[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre avec les morts...

Aller en bas 
AuteurMessage
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Rencontre avec les morts...   Sam 22 Déc - 13:23

Ca commence à faire longtemps que je ne suis pas venue ici.
Elle, en tout cas, elle n'a pas changé.
Toujours aussi impressionante, immuable, jamais changeante, elle restera toujours la même. La même que quand j'y suis arrivée, hagarde, divaguante, effrayée, interdite. Sauf qu'à présent, son ombre qui s'étend sur moi se veut rassurante, protectrice. Plus comme avant, lorsqu'elle me faisait peur et que mes phalanges étaient toujours un peu blanches à force de serrer les poings, en passant dans les couloirs éclairés par des torches. Mais il y a un petit quelque chose d'étrange, d'insolite, une fausse note à peine perceptible dans une mélodie familière...

Elle paraît seule, la forteresse. On dirait qu'elle s'ennuie, la pauvre. Elle me regarde, son ombre me domine, me ravale au rang d'insecte, et pourtant, elle, ma mère protectrice, on dirait qu'elle m'appelle à l'aide, qu'elle me pleure, du moins qu'elle pleure quelqu'un...
La pauvre...J'ai envie de la rejoindre, tiens. De la consoler. De poser ma main sur les murs, et lui dire de ne pas pleurer, de ne pas être triste. Je lui dirai que je comprends, un peu, que je passerais lui faire des visites car, pour moi aussi, elle est le théâtre de doux souvenirs, je lui dirai d'un ton confiant que tout reviendra l'heure venue, je lui dirai des mots qui consolent...avant de me rendre compte que je parle à un amas de pierres sculptées, froid, mort, sec, qui ne parle pas, qui ne ressent rien. Et je me dirai aussi que je suis folle. Alors je continuerai de parcourir les couloirs, en terre-à-terre, sans imaginer que cette forteresse aurait pu me parler.

Je ne sais pas trop par où rentrer. Il fut un temps où je ne me serai même pas posé la question. J'aurai franchi le mince pont de pierre, là, au-dessus de la douve, qui prend ses racines à l'endroit où le bois de conifères devient talus abrupt, puis falaise, j'aurai ensuite écarté les portes restées entrouvertes au bout du pont. Si elles avaient été fermées, j'aurai appelé, cogné sur les battants avec l'énorme heurtoir de cuivre, et on m'aurait ouvert. Ca, c'est ce que j'appelle l'entrée principale, l'entrée des visiteurs, là où la forteresse à l'air la plus imposante...

Mais si je veux être en confiance avec elle, je ne passerai pas par là. Je ne suis pas une visiteuse. Je suis son amie. Je ne passerai donc pas le pont et les portes. Je vais tourner au bord du talus-falaise, à la recherche de l'endroit où le vide se comble, où les remparts touchent les bois. Cela dure longtemps, l'enceinte est grande...Et puis je le trouve, ce pan de mur qui se trouve à deux centimètres de moi. Je tends la main, un peu émue. Un arbre me sert d'échelle, attention, il ne s'agit pas de se louper, sinon, je m'écrase contre le rempart...Hûmpf ! Un bond, je suis de l'autre côté. J'ai pas perdu mes vieux réflexes, on dirait. Ca me tire un sourire. Salut, forteresse. C'est moi, c'est Alquäloth...Tu te souviens ? Attends quelques instants, je trouve une porte et j'arrive...

Une porte, une arche, un trou dans un mur, c'est pas ce qui manque ici. Regard circonspect autour de moi. Je me trouve dans la haute-cour. Là, un genre de terrasse, avec des voûtes et des arches. Je passe sous une des arcades. Une odeur que je connais bien me monte à la tête. L'odeur obsedante de la forteresse...Oh ! Elle aurait bien besoin d'un coup de balai, les toiles d'araignée commencent à se faire épaisses...

Donc, je me mets en marche, dans les couloirs, la main posée sur la pierre, murmurant des mots de consolation et de tendresse. Ecoute, ma forteresse, mon amie, écoute-moi, entends-moi, ne pleure plus, écoute...

Une salle que je ne connais pas. J'enlève ma main du mur. Une porte. Etrange. Je dois la pousser. Il faut que je la pousse. C'est comme ça. C'est pire, c'est mieux qu'une évidence. C'est un réflexe. Familier. Ca vient de quelque part là au fond. C'est...viscéral. Je pousse donc le panneau, et là...

Gris.
Flou.
Contours erratiques.
Aucunes limites.
Formes éthérées et lumière diaphane.
Je ne comprends pas...

Là où les mondes se frôlent.

Pardon ?
On m'a parlé ?
Je ne comprends pas ! Qui est-ce ? Ma conscience ? Mais non, suis-je bête, c'est la forteresse qui me parle...Dis-moi, amie, qu'est-ce que cet endroit ?

Là où les morts peuvent adresser un dernier signe aux vivants. Là où les vivants peuvent se perdre en trouvant les morts. Un endroit de doute, qui ne peut rien t'apporter de bon.

Ah...Si tu le dis...Mais non, cet endroit m'attire, j'y reste, point barre. Tu ne me fera pas changer d'avis. Surtout que si je peux y voir les morts, peut-être que...oui, bien sûr...Peut-être que je vais retrouver Boa, Sin, Arl, tous ceux que j'ai perdu, pendant un temps au moins ! Oui, c'est ça, bien entendu, c'était ça, ce sentiment d'amour, qui m'a poussé ici, je le sais à présent...

Alors je m'assieds, dos à la porte, pour ne pas perdre de contacts avec le monde réel. Je veux sentir le bois sur mon dos. Je ne bougerai pas d'ici avant de vous avoir parlé, mes amis. J'attends. J'ai tout mon temps. Je peux rester ici pendant très très longtemps, je n'ai rien qui m'attend, de l'autre côté. Mais venez, s'il vous plaît, venez me voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre avec les morts...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2010-11: [LIGUE] Le Monument aux Morts
» Quelle est le panda le mieux approprié avec un feca?
» Duo avec un Panda
» Souci avec les spoilers !
» iPhone : Comparatif des 4 applications qui permettent de communiquer avec les lapins Nabaztag

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque Med/FAN (moyen age) :: La Forteresse abandonnée :: L'ancienne Forteresse des Ithryn Luin :: La forteresse par-delà... :: Là où les mondes se frôlent...-
Sauter vers: