[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quelques morceaux écrits ça et la

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Quelques morceaux écrits ça et la   Ven 19 Oct - 16:35

Impétueuse !

« Qui est-elle ? »

Une fleur sauvage,
Un lilas à l’écorce d’orange
Amère
Mais pas toujours
Il faut la découvrir.

Une page sans livre,
Elle me raconte parfois, et je remplis d’autres pages et j’écris des livres avec ses pages remplies de blancs.

Elle a le teint pâle d’un enfant de tout à l’heure, nouveau-né, le châle sur l’épaule frêle du désir qu’elle inspire. Je devine ses yeux d’espiègleries, ses yeux qui touchent à tout, cherchent le tout d’un tout sans avoir le tout en main, mais je m’en fous, elle est ainsi et elle s’en fout.

Elle a les yeux couleurs d’azur, la prunelle qui pétille et distille des parfums exotiques, parfum de tentation, parfum d’érotisme, fantasme par rime, elle est divine et ça rime, et son crime, celui de ne pas être Mélusine.
Elle est Carmine…

Divine et sanguine !
Coquine, tu turlupines,
Mutine et gamine !

Blessée, l’erreur n’est-elle pas humaine ? Le pardon ne l’est-il pas lui aussi ?

Tu es Carmine, l’Alice d’un autre rêve et Lewis ici, s’est fait la malle, il cesse son imposture dans un dernier râle.
Carmine, tu n’es pas de Sabine, tu n’es pas C. Galante
Tu es Carmine
Féline et tu parchemines
Epine quand on te cherche
Câline quand on te trouve
Taquine pour si peu
Et tu t’obstines,
Lupine.

Carmine aux yeux spirulines, ton regard praline, qui achemine des mots feutrines, des mots javelines, et moi, Cendrillon mort d’avoir touché du bout du doigt la trame d’Alice, poupée de cendres et haillons…
Les mots se perdent dans le labyrinthe des incompréhensions éperdues, trop de colères, trop d’impatiences, toi qui me tente et me hante, toi, morphine de mon rêve, lutine de mes sourires.
Les pourquoi nous ont tué.

Pourquoi ne pas les effacer
Pourquoi ne pas gommer les faux-pas
Pourquoi ne pas recommencer et,
Redresser le tête
Relever le menton
Ravaler sa fierté
Et les orgueils.
Prendre sa peine et en faire des boules de papiers mâchés
Les jeter par la fenêtre des insouciances
Et fermer les volets.
Pourquoi ne pas me rendre ta main
J’en prendrais soin
Cette fois.
Je la blottirai contre ma poitrine
Tu prendras mon cœur entre tes doigts
Et il battra à nouveau
Pour toi.

Le mal par le mal, la conjuration du pourquoi par le pourquoi.
Carmine est un prénom en crayon de couleurs, il est écarlate, vermillon, cendrillon… Colombine.

Viens ! Viens avec moi ! Suis mes pas, j’emboîterais les tiens, je mordrais dans ton pull, je percerais sa laine pour y souffler un peu de chaleur, quand ton cœur te fera des frayeurs, je me ferais petit garçon quand tu voudras sourire et pour un rire, je prendrais ma canne d’ages et je jouerais les pantins de Lewis ou les Arlequins de bois, pour un peu de ton sourire, de ton rire, de tes larmes que je sécherais sans te le dire, pour ne pas te faire peur.

Viens… Suis-moi, laisses-moi te transporter dans mon rêve. J’y ai ôté la colère, j’ai vernis le chemin de mon âme, plus rien de blesse, plus rien ne casse.

Viens… prêtes-moi ta main.

***

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Quelques morceaux écrits ça et la   Ven 19 Oct - 16:52

Alice, Lewis t’a lâché dans son regard d’ailleurs, il a cru, il a su, il s’est trompé de vue. l’Alice de Lewis, son calice de délices au rythme d’une salsa endiablée a séduit Cendrillon si brouillon, et lui s’est laissé emporter par la musique du pays des merveilles de Lewis, pays d’Alice, rêve de Cendrillon.

Cendrillon s’éveille d’un sommeil trop long, ne regarde qu’elle, Alice, délice, supplice.
Sauvage et belle, Alice plisse les yeux et lisse ses lèvres en lys, le vice en exergue, l’iris espiègle, salive de silice. Venin, envenimé, elle glisse en lui et peu à peu Cendrillon sent la maladie ronger sa folie.

La malice d’Alice pique le sein de Cendrillon.

Cendrillon se laisse aller à rêver d’elle, Alice caprice et délice, sauvage et si belle à Lewis.
Cendrillon s’est ouvert les veines de la sincérité, il a cru en déchirant sa chair, faire que sa rose écarte ses pétales d’épices et cesse de faner, ronce d’une once d’épines, taquine pourtant, Alice s’est fermée comme la fleur de lys, et Cendrillon redevient de carton, un embarras à débarrasser, un reliquat de la pensée d’Alice, si chère à Lewis.

Le pantin d’Alice, sévices, service absent, Cendrillon se meurt de n’avoir pas su effeuiller son Alice, il s’est pris les pieds dans le siphon, maladroit et ordinaire, un tiroir pour lui, Alice inaccessible s’enfuit dans les recoins de sa pensée, si ancrée, si pleine de ces certitudes qui ne laissent aucune place au rêve de Cendrillon éveillé, et La Palice s’en fout.
Pas de place pour Cendrillon
Pas de place pour l’éphémère
Pas de place pour le rêve
Pas de place pour Alice
Alice tue Cendrillon d’un coup en pleine poitrine.

Cendrillon crie dans le silence des mots non lus et meurt.

Elle ne comprends rien
Lui n’est rien

Ils ne se comprennent pas
Il a peur
Elle a peur
Il veut la protéger
Elle se protège
Elle ne reviendra pas
Lui non plus.

Arrogante
Orgueilleuse
Prétentieuse
Trop certaine d’elle et de ses belles pensées

Belle !
Superbe de grâce
Impossible à oublier
Sublime de fierté
Trop fière
Pétillante
Séduisante
Qu’elle est belle !

Ta carapace est trop épaisse
Elle est ton carcan
Elle t’étouffe
Elle te perdra
Quoi que tu en penses
Elle est ta camisole

Il a voulu défaire ses liens
Elle s’est froissée
Il a essayé de lui parler
Elle s’est refermée
Il a dit les mots à ne pas dire
Elle s’est enfuie
Il n’a pas voulu la rattraper
Elle s’en fout

Alice…

Il voulait t’offrir
Il ne voulait pas te salir
Il ne voulait pas s’enfuir
Il ne voulait pas te faire fuir

Il ment…

Il voulait te faire fuir
Pour ne pas te faire souffrir

Maintenant…

Il ne souffre plus.

Il a perdu son Alice, délices et vices, calice d’un rêve qui plisse, sans lys, sans l’espoir de Lewis.

***

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Quelques morceaux écrits ça et la   Ven 19 Oct - 17:05

La nuit, sommeil, lointain il s’est évadé avec mes rêves, mes cauchemars sont bannis, obsolètes et vidé de leur substance.
Je regarde le fond la nuit, toile d’étoiles, trame sans drame, ils sont loin, si proche aussi.
Un rayon de lune vient feutrer la larme du bâillement, étincelle, cannelle.

Je la regarde dormir.
Son corps est fin, il brille des étoiles.
Son souffle tiède, chaleur exquise qui réchauffe le cœur.
Elle respire, elle vit, je vis de la regarder.

Le drap pêche par orgueil, il use et abuse de sa finesse pour s’enfuir et découvrir, trop sur de lui, les courbes de son dos.
Je la regarde,
Son dos,
Nu.

Sa peau, grains de sel, sucré, miel, délicate, fragile et je meurs de ne pas la toucher, je retiens la mort qui s’empresse, je la repousse, je la crie, la hurle, la fustige, ta place n’est pas ici, rejoins les cauchemars.
Moi, je rêve.
D’elle
Nue,
Sans le drap
Qui glisse
Sur ses chevilles
Fines et sensuelles.

Ma main tremble, mon souffle s’inquiète, mes yeux d’œillères s’embellissent.
Tu es si belle,
Cruelle.

Ma main s’ébranle, elle coupe le souffle, elle brise les miroirs, elle passe sur ta peau, sans la toucher. Mime des caresses qui chatouillent, celles qui font sourire, celles qui enchantent, celles qui se font frisson, celles qui aiment, celles qui font le désir pour le plaisir.
Pour le plaisir, elle caresserait ta peau, elle chercherait ton ventre, la soie, l’antre, la jouissance.

Tu dors et je te regardes rêver. « Dis-moi, suis-je le rêve ? »

Ton souffle… il me répond des choses absurdes, pourquoi ?

Je pleures
Je crois,
Mais ça ne se voit pas,
Tu ne le verras jamais,
Sauf les sanglots de joie.

Je penche mes lèvres sur ta nuque qui me tourne le dos, un pied de nez, coquine, espiègle, tu joues même dans les étoiles d’une nuit sans sommeil.
Je sens ton parfum, il est nouveau, comme toi, à chaque nouvelle fois, où je sens ton parfum.
Je te désir, mais tu rêves ailleurs.
Je recule.
Je m’enfonce encore
Je perds pieds ;
Tends-moi ton rêve
J’ai froid tout seul
La tête tournée vers les étoiles.

Le cauchemar pointe ses échardes, et je crie sans un bruit, pour ne pas la réveiller : « Sauves-toi, ta place est dans l’ailleurs ! Tu ne vois pas qu’elle dort ! »

Belle,
Suave,
Sensuelle,
Sauvage.

Je n’ose plus bouger, bouger serait te toucher, te toucher serait te faire l’amour, mais tu rêves ailleurs.

Suis-je le rêve ?

Je ne le saurai jamais, le soleil dessoûle la nuit, les étoiles titubent et s’envolent en hirondelles.
Et je te perds encore.

***

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Quelques morceaux écrits ça et la   Ven 19 Oct - 17:13

D’un rêve l’autre, il a volé, bondi, rebondi, franchi le sud quelque part et plus au nord, mais jamais à l’ouest.
Il a gambadé à la fin d’un rêve, pour sautiller entre les suivants
Puis…
Il s’est posé dans un rêve
Il a secoué ses ailes d’azurs
Il s’est frotté les yeux
Parce qu’il n’y croyait pas
A ce rêve.

Elle…
Ses yeux se sont ouverts
Un peu endormie
Un peu rêveuse
Belle, toujours
Mais fragile.

Lui…
Le petit papillon bleu
S’est mis à tournicoter
Ses ailes caressant le miroir
Pour écrire en poudre d’ailes

« Bonjour ! »

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Quelques morceaux écrits ça et la   Ven 19 Oct - 17:19

Son visage, je crois.

Je jouerai avec
Je jouerai à chercher le grain de sa beauté
Quand je l’aurais trouvé et je le trouverai,
Je le signerai du bout du doigt
Puis, je signerai le suivant
Et un à un, je signerai chacun des grains de sa beauté.

Ensuite, je pincerai ses lèvres avec le bout de mon doigt
Je soulignerai leurs courbes
D’abords celle du haut
Un peu fine
Puis celle d’en bas
Un peu épaisse
Et puis… et puis je poserai mon doigt en croix
Pour lui dire « chut ! »

Je sais qu’elle sourira
Elle est comme ça, mon inconnue.

Je prendrai ses yeux dans les miens
Je ne les lâcherai plus
J’aurai trop peur de m’y perdre
Et qu’elle se sauve encore.
Mes yeux souriront
Ses joues rougiront
Elle est comme ça, délurée, mais émue.

Je soufflerai sa mèche
L’insolente qui ose venir tenter ses lèvres
Elle reviendra
Elle est têtue
Comme elle !

Mais il est trop tard
Elle s’est enfuie
Je lui ai fait peur
Et je suis fatigué
D’écrire des mots
Dont le sens m’échappe
Qui ne la touchent pas
Elle est sourde quand elle l’a décidé
Je suis aveugle de l’avoir décidé.

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques morceaux écrits ça et la   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques morceaux écrits ça et la
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelques videos sympathiques
» Quelques sort du Roublard, rien que pour vous :D
» Quelques un de mes écrits
» Voici un truc génial pour se faire quelques billets.
» Recherche quelques dropes de métier et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque contemporaine (Présent) :: Le Théâtre :: La loge des écrivains-
Sauter vers: