[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 48
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Un soir   Lun 6 Aoû - 0:26

Musique

Un soir de brume tiède, la torpeur d’un été chaud et sec, l’esprit vague.
Une chambre d’hôtel, la fenêtre ouverte sur la rue où tintent les couverts des restaurants, le claquement des talons sur le pavé des passants qui brassent l’air chaud, l’air heureux sur le visage.
Le piano d’en face joue un air de blues, il écorche les accords en note bleue, ces lamentos qui s’attachent aux tripes et serre la gorge, trop peu l’entende, peu savent y trouver un sens, certains l’écoutent mais ils n’entendent pas la note bleue, celle qui fait vibrer jusque sous la peau, la recouvre de frissons émus.

Assis sur le rebord, je regarde la rue, la vie qui s’éveille d’une journée trop chaude.
Je regarde le ciel, la nuit qui le noie et noie les nuages d’un jour peut-être un peu gris, mais parfois le gris n’est pas triste, il cache seulement le plus profond bonheur, ces instants éphémères et qui pourtant durent une vie et accompagnent les jours gris où le gris n’a plus rien à cacher.

J’allume cette cigarette qui me fera tousser demain, lorsque le jour sera là, encore une fois, encore une cigarette, encore une nuit, un jour, demain, toi.
Je tire et avale, recrache la fumée que j’aime avaler. Je sourie amer de mourir un peu plus de ce poison qui distille ses venins dans mes poumons.

Le pianiste abandonne son air de blues et ses doigts s’enroulent sur les touches, un air, une mélodie du bonheur, ton sourire dans la nuit tiède, un air frais qui caresse mon visage, je te regarde dormir, nue, si belle.

Tes bras étendus autours de la tête, en arche.
Le visage tourné vers moi, la joue couchée sur le drap.
Tu me regardais avant de t’endormir.
Ta poitrine qui se soulève au rythme de tes inspirations, s’affaisse en soupires nonchalants. Je regarde ce qui fait que la vie est excusable, toi, belle, nue allongée sur le lit dans cette chambre d’un hôtel qui aurait du être quelconque, sans toi.
Je regarde tes yeux que j’aime et qui m’aiment lorsque je m’y regarde.
Ce reflet absent ce soir, mais qui brillera tout à l’heure, lorsque lasse de te regarder sans te toucher, je m’allongerais près de toi, contre ton corps nu, en face de tes yeux qui s’ouvriront et brilleront de tous les reflets qui font ta beauté.

J’écrase ma cigarette sur le rebord et la jète machinalement au son de cette mélodie d’un pianiste aussi triste qu’une chambre d’hôtel sans toi.
Je quitte la scène de la rue, et je m’assoie sur le bord du lit.
Ma main tremble sur ton visage, nerveuse, sans doute la nicotine qui entache mon sang de la prochaine cigarette ou alors la peur de te toucher ce soir, tu as l’air si paisible.
Je mime les caresses qui envelopperaient ton visage, ta joue tiède, ton nez que je survole et redessine du bout du doigt, ton nez que tu trouves pas beau ou bien trop gros, trop long, je ne sais plus, je ne vois pas la même chose que toi.
Tes yeux endormis sous les paupières, ta bouche entrouverte, tes lèvres sur lesquelles je passe un doigt et souligne l’arrondi.
Sur ton front, je gomme la ride qui naît entre tes sourcils, sans te toucher, t’effleurer, ne pas te réveiller, j’efface ce qui pourrait être le tourment d’un rêve.

L’index tendu, j’imagine ton sourire et le redessine une fois encore avant de tracer ton profil, descendre le long de ton menton, arpenter ton cou jusqu’à ta poitrine qui se soulève et flirte avec ce doigt qui te dessine, et je crayonne sur ta peau des rêves que nous vivrons ensembles, plus tard, quand enfin je prendrais ta main dans la mienne et que nous marcherons le long de cette rue, où les gens sont libres de marcher ensembles.

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 48
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Un soir   Dim 26 Aoû - 0:07

Encore un soir sans toi.

Tu es la pourtant, tu dors et ta bouche entrouverte souffle sur mon visage des airs que personne ne connaît, ces mélodies qui fleurent la légèreté, la beauté d’un instant si parfait que je le garde pour moi, égoïstement pour moi, rien que pour moi.

Tu es belle quand tu dors, et si un vague dans l’air fait sursauter tes paupières, je chasse l’intrus d’un mot bercé au creux de ton oreille, la où s’emmêlent quelques mèches évadées de ta longue chevelure. Ces délicieuses rebelles que tu aimes à tortiller et entortiller autour de ton index, et parfois que tu chahutes du coin des lèvres.

D’autres fois tu t’enfonces dans ce pull trop grand, le menton enfoui dans la laine blanche, le nez coquin froncé qui pointe et cherche la direction, ma direction, et puis c’est ton regard qui me trouve, ton regard émeraude aux yeux perçants. Ces yeux qui me touchent là où personne n’est encore allé, là où perlent les secrets des jardins qu’on cache pour ne jamais les voir flétrir et s’user des raisons acharnées.

Il faut te protéger, camouflée et cotonnée dans ses jardins précieux, aussi précieux que chacune des qualités qui font de toi l’unique, et ne jamais s’éloigner, te regarder sans t’effrayer, te prendre dans les bras sans t’étouffer, baiser tes lèvres sans les insulter et caresser ta joue sans en ôter sa rougeur timide.

Perle rare, vient dans mon écrin de rêves et de nuages en fuites, le ciel de nos jours partagés.
Ici, les pas sont à nous, de travers, de biais, sautillés ou sur la pointe des pieds, ces pas sont les nôtres.
Ensemble on peut gravir l‘ascenseur des vertus sans avoir à rougir d’un dernier soubresaut, la honte idiote d’avoir voulu être deux, les regards tournés dans les mêmes directions, en aplomb d’un ciel blafard.

Le saut de l’ange, je rêve de toi, allongée contre toi, sur des draps de soie.

_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un soir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Oui, ce soir tu vas prendre
» Vendredi soir 12 novembre.
» [RP]Messe du mardi soir - par Enosh de Noirlac..
» Cours du soir...
» Raid vendredi soir ? Allez on se motive !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque contemporaine (Présent) :: Le Théâtre :: La loge des écrivains-
Sauter vers: