[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un rosier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shery
Gamine... (?) (Tic et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1178
Age : 32
Jeu : Sarwyen
Race : Descendante du singe
Classe : Pie
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Un rosier...   Lun 30 Juil - 13:26

Une nuit comme tant d'autre...

Les belles dames se font encore plus belles dans les vapeurs suaves des hammams, les messieurs, eux, rêves de belles dames en train de se faire une beauté aux hammams

Préoccupée, trop occupée...

Aucune méchanceté, chacun a besoin d'un moment de solitude, de rester seul en compagnie de celui ou celle qui le comprenne vraiment, soi-même...

Ces jours là sont une vraie contrainte pour moi, chipie solitaire, sauvageonne en soif de compagnie, éternel besoin des autres.
Toujours aux aguets, à l'affut de ne serait-ce qu'un regard, qu'importe, tant qu'il m'est destiné.

Mais ce soir... disparaitre en silence, sans tirer de révérence, attendre le moment opportun et réapparaitre, sans même qu'ils aient remarqué mon absence. Ainsi vont les choses...

Recroquevillée sur moi-même, quelque part dans l'immense jardin à l'entrée du domaine, emmitouflée dans ma robe de chambre, juste les pieds qui dépassent, je m'endors. Loin de tous, en silence, sans nulle trace.

L'entrée... la sortie en même temps. Sortir en entrant, entrer en sortant, ou simplement rester...

L'été est à son apogée, les nuits sont douces, l'herbe garde encore la chaleur du jour, je n'attraperais pas froid, bonne nuit...

Un peu plus loin, dans l'ombre de quelques arbres, un chat s'inquiète.
Les yeux écarquillaient, les oreilles penchées, il écoute. A ses pattes, la terre craque, vie, remue.
Très vite, la masse brunâtre s'entrouvre et recrache une jeune pousse. Le chat, terrifié, recule un peu, sa curiosité vainc son instinct, il s'arrête, observe.
La jeune pousse grandit, quelques feuilles, timides, apparaissent déjà, un bourdon, gardien du secret, se faufile enfin et continue sa course folle vers le ciel noir.

Le chat se redresse, sous ses pattes et ailleurs la terre se remet à craquer, le chat panique et s'enfuit. Plusieurs nouvelles pousses apparaissent tout autour de la première. Plus solides, menaçantes, recouvertes d'épines sanglantes, criant garde à quiconque voudrait s'approcher du trésor qu'elles enferment, ce bourgeon encore trop timide pour éclore.

Les arbres témoins muets, spectateurs immobiles, pourtant l'un d'eux décide de rompre le silence. Le vent, son complice de tout temps, se tient déjà prêt, encore un instant.... petit bruit et une feuille se détache et se fait immédiatement emporter par le vent, à travers le jardin.

File petite feuille, annonce la nouvelle avant que les ronces ne te retiennent à jamais.

D'abord un frisson, je ramène mes genoux encore plus à moi, puis un semblant de chatouille sur la joue et le nez, mon esprit retrouve langoureusement le chemin de ma conscience. Les yeux toujours clos, je devine

Boadicea ? non il y aurait l'humidité du hammam
Erohir ? non bien trop occupé avec Alqualoth
Mais alors qui ? Personne ne me chatouille à part ces deux !

D'un coup de nez je chasse l'intrus qui revient de plus belle. Agacée, j'ouvre les yeux, laisse mon regard s'habituer à l'obscurité ambiante et cherche... rien ?

Appuyée sur un coude, je tourne la tête et sens de nouveau ce frôlement anonyme sur la joue, d'un geste brusque j'y plaque la main
Quelque chose gigote sous mes doigts
Une feuille !

Debout, je la relâche et la suis du regard. Au lieu de tomber au sol, dans un ballet gracieux, celle-ci s'envole, tournoie au-dessus de ma tête, avance revient et m'invite à la suivre dans un recoin du jardin que je ne connais pas encore.
Un doute m'envahit, pourtant quelque chose m'y attire

Mon guide virevolte un instant au-dessus d'une boule de ronces et s'y dépose doucement.
Transpercée par l'une des nombreuses épines, elle s'élève encore dans un dernier souffle et disparait en poussière.

Drôle de plante, pas très accueillante, presque repoussante, pelote de ronce sans début ni fin.
Mais il y a cette chose, là au milieu, perdue entre toutes ces épines, victime de cette toile de flore.

Qui es-tu jolie fleur ? Pourquoi te caches-tu là bas ?
Petit point rouge étouffé par du vert...

Laisse-moi t'approcher, envie de sentir la douceur de tes pétales sous mes doigts, ton parfum envoûtant
Laisse-moi...

Hypnotisée, j'avance, à chaque pas mon coeur accélère, mes tempes se recouvrent de sueur, mon ventre se noue de peur et pourtant je continue
J'aurais mal je le sais, mais elle est si jolie... c'est plus fort !

Mon bras se tend vers elle, traverse le bouclier, évite les épines mais c'est encore trop loin...

J'avance encore, mon pied pénètre la boule de douleur, puis ma cuisse, quelque épines s'enfoncent dans ma peau, je ne le sens pas, je continue, le tissu se déchire, mon ventre, ma poitrine, mon visage ensanglanté, j'avance encore...

Le petit point rouge reste immobile tout en reculant, il fuit, me tente, des larmes de douleur envahissent mon visage s'insinuent dans mes blessures, ça pique ! Je gémis, mon corps et sur le point d'abandonner, mais mon coeur et plus fort, je poursuis mon chemin, je la veux, j'en ai besoin !

Encore quelques pas, la douleur devient insupportable, je trébuche, les épines lacèrent ma peau, s'enfoncent jusqu'à l'os. Ignorant d'où me vient se courage, je me relève.

Les ronces s'emmêlent dans mes cheveux, tirent, me ralentissent, petites mains vicieuses, jalouses de leur trésor, encore.... un pas... J'y suis..

Exténuée, je tombe à genoux en pleure, une petite voix s'élève, quelques mots qui se transforment aussitôt en pluie apaisante.
L'eau coule le long de ma peau endolorie, rince tout le sang, lave mes blessures, revigore mon coeur...

Je peux enfin la regarder, la sentir, l'avoir..

Rose rouge, coeur palpitant, sans armure ni artifice, rouge vif, parfum de vie...

Du bout du doigt j'effleure un de tes pétales, douceur sublime, envie d'y plonger mon visage, tu es enfin à moi, rien qu'à moi, ton bouclier nous gardera des autres, ne pas te toucher juste te regarder, te sentir, être prêt de toi, oublier tout le reste. Prend tout, fait de moi ton jardinier, laisse-moi prendre soin de toi, ne me donne rien en retour, sois juste là et ne me rejette pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un rosier...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evan Rosier~ Oseras-tu m'approcher?
» [Chronique] La famille Rosier
» [Décors]Amera Plastic Mouldings
» ~~ Emilie Rosier entre en scène ~~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque Med/FAN (moyen age) :: Les Faubourgs :: Chambre de Shéry&Arlequin-
Sauter vers: