[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sous la colline...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 23
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Sous la colline...   Lun 16 Juil - 21:07

J’ignore comment nous nous sommes retrouvés là, auprès de ce feu dansant, sous cette petite combe nichée au pied d’une colline verte et accueillante de jour, mais si ténébreuse et imposante dans les ténèbres de la nuit.
D’où le feu qui nous réchauffe.
D’où ses mains sur mes hanches, ses mains puissantes et réconfortantes.
D’où mes bras jetés autour de son cou l’une refermée sur sa nuque avec mes ongles qui rentrent légèrement dans sa peau tatouée.

L’obscurité de la nuit mêlée aux ombres dans lesquelles est plongée la combe m’empêche de voir clairement son visage, d’où le bout de mon doigt qui passe et repasse sur les contours de son visage, dessinant chaque trait, me les appropriant, car c’est moi qui décide comment il sera cette nuit là. Ce ne sera pas Erohir. Ce sera Mon Erohir, mon guerrier, celui que je choisirai.

Pommette. Un peu plus haute, plus fière. Parfaite.
Je descends…
Joue. Plus creuse, un peu tirée, merveilleusement.
Pli de la bouche, remonté en un sourire un peu gouailleur, ce sourire que j’aime.
Menton…Non, je ne le touche pas, il est déjà parfait.
Je le remonte juste d’un doigt allongé, histoire de voir l’éclat insistant dans ses yeux brillant, la seule chose brillante dans cette combe plus noire qu’un puits dans la nuit. Hormis le feu.
La mèche de cheveu qui pend devant ton visage…je la redresse un rien, l’allonge un petit peu, la brunit un peu plus, l’échevèle juste ce qu’il faut…

Là, il est parfait…Il manque quelque chose…

Ses mains que j’affine et que j’allonge un peu des miennes mais sans toucher à leur rudesse, cette paume dure qui fait la main du guerrier…
Tu vois, c’est cette main là qui parcourt mon flanc et que je trouve du meilleur goût qui soit.
Cette main là qui sait comment déclencher les bons frissons au bon moment, les frissons qui naissent au creux de mon ventre pour envahir tout mon corps, comme si une vague me parcourait de l’intérieur…

C’est un dieu que j’ai créer qui s’anime devant moi. Un dieu portant le nom d’Erohir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 28
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Sam 28 Juil - 20:28

Une panthère noire... Un autre fauve.
Ses prunelles m'observent, regard inquisiteur et plein de désir.
La satisfaction de l'artiste contemplant son oeuvre d'art, le miroir de ses pultions...
Elle est ma princesse, ma reine d'un soir, ma jolie maîtresse...
Des flammes dans ses yeux, reflet du feu ou de son humeur de l'instant ?
Ce brasier n'a pas raison d'être, proche d'elle je n'ai pas froid, bien au contraire...

Ses ongles sur ma peau, la tigresse s'accroche. Essaie tu de te mesurer à moi Alqualoth ? Tu veux prouver que tu peux dominer ?
Essaie un peu... Le jeune lion ne lâche jamais sa proie...
Tenue entre mes mains, je sens le corps de la guerriere vivre entre mes doigts... Je joue comme le chat avec le souris, jusqu'a ce que je la croque.

Avec ses doigts, elle refait mon monde et mon visage... En une nuit, elle détruit le résultat d'une vie pour atteindre la perfection... Sa perfection.
Je ne suis pas un pantin ou une couche de glaise que l'on façonne, elle n'est pas Prométhée... Et pourtant, je la laisse faire, amusé et curieux de la voir à l'oeuvre.

Sa main glisse sur mes lèvres qui ne sont plus tout à fait les miennes.
Son oeuvre s'achève. Entre mes lèvres j'attrape la main de l'artiste, sans la blesser... A mon tour de lui montrer mes talents...

On désire souvent ce que l'on ne peut avoir, mais une fois qu'on l'obtient, le désir disparaît... Alqualoth. Lorsque tu es venue à nous, tu semblais si froide et pleine de rancoeur... Tu te trouves à présent au creu de mes bras. Le diamant contre l'ardent...

Ma main contre sa hanche se glisse sous ses vêtements et vient effleurer sa peau... Un frisson en moi, puis une bouffée de chaleur, j'ai la chair de poule. Un mot ne pourrait décrire cette sentation étrange, mais mon sourire parle mieux. Approche lentement mon visage du sien.
Frère et Soeur d'armes. Guerriers aux mains ensanglantées.

Brûle moi Alqualoth...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 23
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Lun 30 Juil - 12:04

Il est tellement près de moi, une proximité rassurante franche, et je peux sentir son haleine sur mon visage. Il a capturé ma propre main, il la garde pour lui, m'empêchant ainsi tout accès à ses lèvres.
Je n'aime pas ça...Le contact de sa bouche et du bout de ses dents sur ma paume, ça oui, j'aime, mais le fait de ne pouvoir m'approprier chez lui les endroits que je veux, parce que je le veux, ce n'était pas dans le contrat.

Mais rien n'était certain... Tout est allé si vite, j'ai l'impression d'avoir débuté une course interminable il y a longtemps, et que d'un seul coup j'en atteignai la fin sans même avoir vu les drapeaux marquant l'arrivée claquer dans l'air de la nuit. Et je sais aussi qu'il en a brisé plus d'une, j'ai vu le visage décomposé par la honte de Nenya lorsqu'elle était sortie dans la couloir où je passai à l'instant même, revenant tout juste d'un rêve éveillé avec le même homme qui me tient à présent dans ses bras.

Et j'hésite....Et je n'ose pas détourner le regard, de peur que mes yeux ne se tarisse si son image parfaite ne peux plus s'y reflèter.
Et je n'ose pas le repousser, car si mon coeur s'écarte de celui d'Erohir, il risque fort de ne plus battre, et il a besoin du son régulier et lancinant du sien plein de vie et de désir.

Et pourtant, j'ai peur qu'il me laisse, que sur un mot qu'il prononce notre idylle d'un soir s'effondre, et qu'il me laisse là, abandonnée de lui, de son corps, de son coeur, devant un feu sur le point de s'éteindre, les dernières braises rougeoyant comme les premières lueurs de l'aube grise et rouge, porteuse de mauvaises nouvelles, apparaîtraient dans le ciel encore endormi.

Alors je profite. Mon choix est fait, même si je devrai en souffrir plus tard, lorsqu'au matin je me réveillerais seule avec le feu mourant pour seule compagnie.
Ma main droite, l'emprisonnée, se dégage de l'emprise d'Erohir pour aller glisser le long de sa joue, se refermer sur sa nuque, comme avant. Libérées, ses lèvres encore entrouvertes de la capture de ma main acceuillent les miennes, possessives, elles ne partagent pas et emprisonnent à mon tour quelque chose qui lui appartient. Dans ce baiser, je lui transmets tout mon désir, toute ma passion, ma fougue et je ne le lâche plus...

Tu es à moi. J'ai gagné...pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 28
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Dim 5 Aoû - 23:51

Un, deux... Les yeux dans les yeux.
Ma main au creu de tes reins, tu as peut être gagné cette bataille là mais nous avons la nuit devant nous.
Ce baiser que tu m'as volé, tôt ou tard je le reprendrais.
Bien que ce ne fut pas désagréable, bien au contraire.

Je me suis brûlé au contact de ces lèvres que je croyais glacées.
Alqualoth, guerrière de diamant, ce soir ce nom ne lui va guère.
Elle semble si forte et pourtant je la tiens contre moi... Vulnérable.
Je n'aurai pu imaginer qu'une telle femme sommeillait derrière la tueuse.
Ce soir avec moi elle sera nue, sans masque.
Toi et moi, nous deux, seuls.

Elle a dévoilé quelques unes de ses armes à mon tour de lui montrer mes talents. Je retire ma chemise en soie et la serre contre moi.
Ses mains dans les miennes, je prends contrôle.
Un sourire satisfait, un regard brûlant.
La voici contre un arbre, cette fois elle ne peut plus fuir.
Alqualoth, lorsqu'on réveille le fauve c'est à ses dépends...

Je reprends ce baiser que tu m'as dérobé. Nos lèvres se rencontrent une nouvelle fois et s'unissent encore. Hum... Un léger goût de fraise... Délicieux. J'en veux plus. Mon corps me brûle, mes tatouages semblent prendre vie sur ma peau qui s'embrase. Mon souffle chaud contre se peau d'albâtre, j'ai l'impression que le désir s'empare de moi. A la limite de tout contrôle. Mes lèvres effleurent sa nuque jusqu'au creu de son épaule.
Peu à peu je relâche mon étreinte et je fais un peu en arrière.
Je comtemple l'objet de mon désir...

Les mains ouvertes, je l'encourage à venir vers moi.
Sourire complice, hors du temps, aussi fort qu'un dieu.
A cet instant je suis infini, elle est tout.
Quelques mots :

- Alors... On joue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 23
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Lun 6 Aoû - 10:53

Bien sûr...
Moi je peux jouer. Mais toi...Saura-tu réussir à gagner cette manche ?
Alors oui, jouons. Mais n'oublie pas que qui s'y frotte s'y pique...
Et tu risques de te piquer, Erohir, très fort, voir même de te brûler, mais cette souffrance ne sera sûrement pas vaine...
Mais prends garde !
Je ferai naître en toi une flamme ardente qui embrasera tes chaires de l'intérieur. J'éveillerai dans ton corps toute une passion destructrice. J'animerai cette flamme pour qu'elle englobe et annihile tes sens sans laisser à ton esprit d'autres pensées, d'autres buts que Moi.

Les mains tendues, sollicitant une étreinte, mais elles tremblent un peu, ces mains, et il ne peut le cacher...
Mes yeux étincellent, et j'arrive, sur un sourire, à la fois très doux et très malicieux.

Et je me laisse happer par le voile de ses bras, submergée par son odeur, immergée dans un cocon de feu.
De feu doux, qui ne brûle pas. Un feu ami, c'est tout.

Il a ôté sa chemise qui gît à présent en un petit tas informe et incolore près du feu. Un de ses tatouages m'attire le regard. Il coule derrière son épaule et dans son dos comme une mèche de cheveux sombres collée à son corps. Je le suis des yeux, puis du doigt, doucement...Tant qu'il dure sur son épaule et son omoplate. Ensuite, je ne le vois plus. Tant pis. Je préfère ses yeux...

-D'accord...Jouons ! Atrappe-moi si tu peux...

Le jeu de la douceur fini, place à la malice. Je lève sur lui deux yeux pétillants de vie et d'amusement...Je veux jouer. Lui aussi. Ca se voit dans ses yeux. Je me dégage légèrement de son étreinte, mais ma main gauche est toujours posée à plat sur son torse nu, la droite grattant sa nuque. Et je joue.
Je taquine sa bouche de la mienne, ouverte comme pour prononcer des mots qui ne sortent pas. Mon menton, il s'avance comme pour émettre un son qui reste piégé.
Je taquine sa bouche de la mienne, j'avance vers lui, et quand il croit avoir réussi à la capturer, je repars, je m'attarde ailleurs, à la naissance de son cou, sur ses épaules musclées, puis je reviens, bouche toujours ouverte, sur ses lèvres...Je les effleure, puis retire la tête d'un coup sec, un rire taquin m'échappant... Renversée en arrière, gorge offerte, je me rends compte que je l'ai mis en position de gagner...Il n'a pas perdu une seconde, le sournois, pour m'empêcher de la redresser...

Mes mains le guide et l'amène à terre. Là, sur le sol, je défait les premiers boutons de ma chemise, dévoilant la naissance de mes seins. Cette chemise d'homme...Oui, en réalité, cette espèce de blouse trop grande pour moi, d'un bleu vert, aux manches retroussées vers les coudes, c'est une chemise d'homme. Et elle accentue mes manières parfois un peu mâles, mais il n'a pas l'air de s'en soucier. Au contraire, ça a l'air de lui plaire...Cette chemise, ce pantalon, cette tresse lâche qui retient mes cheveux en arrière de mon visage n'ont pas l'air de le déranger. Tant mieux, car je ne me mets que très peu souvent en robe. Je n'aime pas ça, même si c'est joli. Et mes lèvres à présent domptées, qui n'opposent plus de résistance à ses assauts, murmurent son nom...

J'aime ce nom, on peut le prononcer d'un souffle, sans bouger les lèvres, comme un ventriloque. Terriblement sensuel, j'adore...

- Erohir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 28
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Mer 15 Aoû - 19:18

Une vague unit nos corps et nos esprits. Nous vibrons à l'unisson, nos esprits ne formant qu'un. Un être parfait, l'enfant de nos deux désirs, se lève et fait ses premiers pas. Il guide nos gestes, nos regards et nos sourires.
Lui donner un nom serait l'enraciner à une terre, ou quelqu'un mais il est libre. Rien n'est plus libre que lui, plus libre qu'un rêve, que le vent sur les rochers. Plus libre que les rêves et les dieux eux mêmes, la merveille de l'espèce humaine... Et son plus grand défaut.

Sans lui, nous se sommes que des pantins errants dans les ténèbres, à la recherche de la moindre lumière, ou une étoile pour nous guider.
Il est le feu, brûlant et embrumé, si beau dans sa vie, si laid à sa mort.
Il est le réconfort et l'espoir, il est la douleur et la mort.
Entre lui et la glace, il faut tirer à pile ou face, le choix ne nous appartient pas.

Je m'allonge à ses côtés, aveugle guidé par ses sens. Son corps se réchauffe sous mes doigts, je la sens vivre et aimer. Ma main remonte lentement le long de sa cuisse. Mes lèvres échappent à mon contrôle, elles prenent vie et n'ont qu'un but : Effleurer la peau de la belle.
Celle qui veut jouer les dures et faire la guerre semble bel est bien éteinte. Elle est morte et à laissé place à la femme depuis trop longtemps plongée dans le sommeil.

Cette inconnue face à moi n'est plus ma soeur d'armes, elle est vraie, sans artifices. Mes lèvres viennent se poser sur les siennes durant un instant avant de reprendre leur périple érotique. Un menton, puis un cou à ma merci. Je tiens sa vie au creu de mon poing, si vulnérable.
La naissance de ses épaules et de ses bras. Je n'ai encore jamais croisé le fer avec elle, mais je sais qu'elle a déjà versé le sang. Je le sens dans sa chair. Son bras est comme son âme, marqué d'un sceau invisible, celui des porteurs de mort.

Tiens... Qu'est ce que ceci ? Deux beaux attributs féminins qui me sont dévoilés ? Le corselet de la guerriere peut parfois cacher une tout autre arme... Je pose ma paume contre son sein. J'entends son coeur battre à l'unisson avec le mien. Je retire une mèche de cheveux de son visage d'ange avec un sourire en coin.

Les mots ne me viennent pas, cet instant n'appartient qu'a nous, pas à eux. Je détache peu et à peu sa chemise, m'aventurant un peu plus loin dans ses secrets. Mes tatouages semble bouger avec mon corps, animés d'une volonté propre. Ils vibrent avec moi, font partie de moi... Bientôt ce sera toi Alquäloth...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 23
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Jeu 16 Aoû - 12:12

Ma peau d'albâtre fond sous la caresse de ses lèvres, une ultime neige qui se tranforme en flaque sous le picotement d'un premier soleil de printemps, les cristaux qui s'évaporent, enveloppés par ses rayons d'or.

Ses lèvres....Elles brisent la couverture de glace solide construite autour de moi, la coque se fissure d'abord, puis tremble, fond par endroits, les lézardes s'agrandissent et lui en profite, il se plonge tout entier dans ce qu'abritai le masque de glace qui se craquelle et s'abat sur le sol. Et qu'abritait-il ?

Moi, moi révélée, moi naturelle, moi vraie sans ma carapace construite que jamais personne n'a su ôter, je suis là, derrière, entière et saine, et sans armes, sans quolifichets, sans....rien.
Juste mon corps qui s'offre sans que je ne le contrôle, mon esprit est de toute façon parti, loin, dès que nous nous sommes rencontrés sous cette combe.

Ses lèvres sont les braises qui raniment l'étincelle mourante, et elles le parcourent de part en part, et je m'embrase...
Je ne pense plus. Je suis hors du temps, transportée, dans ses bras, dans cet anneau de chair et de muscles, serre-moi, Erohir....

Je suis là, allongée sous toi, nue, entièrement nue et offerte, à toi...Et toi, tu es à la fois ma nouvelle victime et mon prédateur, proie consentante, chasseur et gibier, tu m'étreins, et moi ta Diane chasseresse, vierge et guerrière, je te captures, tu es à moi, je suis à toi, soumise, recroquevillée sous toi, dominante, sur toi, allongée, contractée, souple, mes mains griffent tes bras, ton torse, me l'approprient, et au final, ce que j'ai modelé tout à l'heure, ton visage, tes bras que j'ai perfectionné, je les défaits. Au diable, artifices et prétendue beauté ! Je te veux naturel, je te veux tout simplement Erohir, je démodèle tout ce que j'ai créer, tant pis pour toi, tant mieux pour moi.

Si je tourne le visage à droite, il y a lui. Le côté de son visage, de son oreille. Alors, c'est ici que je murmure :

- J'aurai pu te tuer...Ce jour-là, j'avais ma lame sous ta gorge.
J'aurai pu la faire danser, j'aurai pu te tuer de sang-froid.
Mais je ne l'ai pas fait, parce que tu m'a parler, et là, je ne pouvai plus. Plus rien faire. Et tu ne m'a pas craint alors que j'aurai pu t'enlever la vie.
Mais si tu n'avais rien dit, je t'aurai tué. Je l'aurai fait sans regrets immédiats. J'étais déjà trop coupable pour en éprouver encore.

Je n'en dit pas plus, il comprendra. D'un baiser tendre au bas du cou, à l'attache de l'épaule terminé par une très légère morsure, je me l'appropries juste le temps qu'il se demande ce qu'il se passe. Puis je revient en face de lui, sous lui.
Regarde...Sous tes yeux, un territoire vierge à explorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 23
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Sous la colline...   Sam 20 Oct - 0:26

Le feu a baissé, il n'est pas encore tout à fait éteint, quelques braises rougeoient encore à sa base.
La lune s'est presque enfuit, supplantée par le soleil.
Entortillée dans une chemise trop grande pour elle, Alquäloth se tourne, remue, s'éveille.
Sa main cherche, à tâtons, celui qui devait être à ses côtés.
Seul le contact dur, mat et franc du sol de la combe, sous le fin tissu d'un pantalon qu'elle reconnaît comme étant le sien, lui répond.
Elle soupire.

Pas de déception.
Pas de regrets.

Il est parti, comme elle le prévoyait. Au point du jour, comme effrayé par les rayons du soleil, il est parti.

Alquäloth n'a pas ouvert les yeux. Les heures défilent. Elle s'est à moitié endormie. A moitié.
Enfin, elle ouvre les yeux sur un plafond naturel de roches, de mousses et de violettes grimpantes, du même violet que ses cheveux.
Elle se redresse, le chemise d'Erohir glisse de ses épaules. Elle la remet en place. Le soleil inonde à présent la combe.

Pensivement, elle se rhabille, cherche un instant sa botte gauche, s'arme et renoue à la hâte ses cheveux en une tresse lâche.

Elle recouvre les dernières braises mourantes, les éteint, les tue.
Seule.
Elle ramasse la chemise d'Erohir, s'enivre une dernière fois de son odeur, la plie ensuite soigneusement et la dépose par terre, sous la colline, dans l'ombre, en retrait du feu. Sa main parcourt les violettes grimpantes, détache l'une d'entre elles, vient la loger sur l'habit.
La violette a résisté un instant avant de se détacher.
Comme à regrets.


Alquäloth jette alors un regard derrière elle, sous la colline. Elle sourit pensivement.
Où que tu sois, Erohir, je te remercie...


Elle quitte rapidement la combe.
Derrière elle, le soleil se lève.

Sous la colline, une odeur de violettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous la colline...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous la colline...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Tuto] Créez une autoroute sous votre ville
» Les officiers sous Napoléon -- votre patronyme
» une histoire de sous-couche
» Petites histoires de sous marins de la 2 nd guerre mondiale
» Litterature guerre sous-marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque contemporaine (Présent) :: Le Théâtre :: L’avant-scène des libertins-
Sauter vers: