[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une baignade à venir...à venir.

Aller en bas 
AuteurMessage
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Une baignade à venir...à venir.   Jeu 3 Mai - 20:24

(Venant de là : http://ithrynluin.conceptforum.net/Autour-de-la-Forteresse-c7/La-montagne-des-maudits-f10/In-esperance-p73343.htm#73343 )

Elle a marché à pas pesants, jusque dans sa forêt.

Traînant des pieds, laissant une trace dans l'herbe, un sillon creusé par ses pas lassés, elle parvient à traîner son corps qui lui paraît trop lourd et trop gros, trop...inutile...

Elle s'assoit donc sur le rebord de l'étang où gargouille la grande fontaine.

Un son rythmé, régulier, qui tombe dans la mare brillante et qui coule, indéfiniment, indifféremment...Un son qui lui dit de se reposer, de s'endormir, de ne plus penser, allez, Alquä, ne t'en fais-pas, tout va bien, dans le meilleur des mondes, la vie est belle, la mort aussi, elle n'est qu'une étape, tais-toi Alquä, tu es stupide de t'attrister comme ça, ne pleure pas, tais-toi, supporte nom de Dieu, avec le destin c'est Marche ou Crève, tu connais la rengaine, courage, Alquä, ne la maudis pas, ne la blasphème pas, tout ira bien, ne t'en fais pas, tout ira bien...

Elle s'assoit, et elle ressasse, pense, se mord un peu les joues, par reflexe, mais ces pensées reviennent toujours, toujours, à un seul nom, unique, deux syllabes et trois lettres...
Elle se blottit sur la rive du lac, se déchausse, se déleste de toutes ces armes, elle commence par la ceinture auquel pendent ses fourreaux, elle la déboucle, tire ses épées de leur protection, et pose le tout à côté d'elle, à sa droite.

Bien rangées, disposées bien à plat. Ordonnées. Bien.

Elle continue, déboucle les sangles de cuir fixées à ses jambes, qui maintiennent ses nombreux poignards et courtes lames. Méthodiquement. Avec patience.
Elle les pose à son côté, le gauche cette fois.

Bien rangées, disposées bien à plat. Ordonnées. Bien.

Elle embrasse d'un regard la ferraille qui repose tout autour d'elle.
Elle est une vraie pelote d'épines, en fait...

Mais ce n'est pas tout.

Elle dégrafe ensuite la broche d'argent qui fixe sa cape bleu foncée à son cou, la cape qui la protège de la pluie et des intempéries.
Déjà trop de ferraille dans ses armes, elle refuse de supporter en plus le poids d'une lourde armure de plaques.

Elle plie soigneusement la cape. La dépose au sol.

Bien rangée, disposée bien à plat. Ordonnée. Bien.

Enfin, elle dénoue les agrafes et les lanières de cuir qui maintiennent sa tunique de solide cuir brun sur son torse. Puis elle ôte ses genouillères d'acier, ses épaulettes et ses protection pour les coudes. Le pantalon de cuir sombre, assorti à la tunique, glisse le long des jambes d'albâtre insoupçonné de la guerrière. De hâlé, il n'y a que son visage, son cou et ses bras. Les jambes, le ventre, le reste, qui demeure caché, sont d'une pâleur plutôt laiteuse. Qui contraste avec son visage.

Elle plie ses vêtements, époussète ses protections et armures fines.

Bien rangées, disposées bien à plat. Ordonnées. Bien.

Sous la carapace d'acier et de fer, elle porte un long débardeur bleu et vaporeux. Presque transparent. Il est informe et il ne sert à rien. Juste à se protéger la peau des irritations que lui procure la tunique de cuir.
Sur les jambes, pareil. Un petit pantalon assorti qui descend jusqu'aux genoux. Même fonction.

Tout est trop rangé. Ca contraste tellement avec son humeur...
Son coeur en bouillie, en orage qui gronde...
...et qui explose.

Elle envoie des coups de pieds désordonnés dans toutes ces armes rangées méthodiquement. Une vaine tentative de cacher son trouble, mais maintenant, elle disperse tout. Un coup sur une plaque de métal lui tord un doigt de pied. Peut importe. Elle tape.
Des éléments vont valser dans l'eau, s'enfoncent sous les nénuphars. Les récupérer est le dernier de ses soucis. Elle cogne, elle tape, presque nue et délivrée de ces foutus plaques qui lui pèsent sur le dos.

Et elle crie. Très fort, à s'en déchirer la voix. Elle hurle, tellement fort, elle gueule sa haine et sa tristesse et son impuissance, elle crie jusqu'à ce, cassée, déchirée, sa voix s'éteigne d'elle-même...

Elle s'effondre finalement, entre une genouillère et son pantalon, le reste dispersé dans l'étang, coulant peu à peu vers le fond, où trop loin dans l'herbe pour qu'elle se donne la peine de les regarder...

Elle ne pleure pas, non. Elle regarde avec des yeux grands ouverts, la terre sèche qui ne lui dit rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Une baignade à venir...à venir.   Ven 4 Mai - 16:42

La tête lui tourne encore de son cri inhumain, déchirant.

Lentement, profondément, elle reprend son souffle par vagues régulières. Elle respire, éxagéremment, elle respire. Tout va bien...

Etouffant un grognement de dépit, Alquäloth se tourna sur le dos.
Ses yeux regardent le ciel, infini.

Fait-il nuit ?
Ou fait-il jour ?

Le soleil, elle le supporte mieux à présent, et elle a besoin de chaleur...

Vienne donc le jour !
Et il fait jour...

Elle n'avais pas vu le soleil se lever. Depuis combien de temps...?
Elle l'ignore.

Une légère brise agite ses cheveux.
Finies, les rafales glacées qui manquaient de l'arracher de son avancée rocheuse au bord du précipice !
Fini, le froid tailladant sa chair !

L'onde claire et limpide l'attire, formant des ridules cristallines à sa surface.

Elle se relève.
Son cri l'a libérée...
Elle est sereine à présent.

Elle s'approche de l'eau, y trempe un pied, deux pieds, ça va, elle est bonne...Elle étouffe un petit cri aigü, de douleur quand elle tape sans le faire exprès, dans un caillou pointu qui réveille sa torsion du doigt de pied. Souvenir de sa fureur.
Cette soudaine accalmie, trop soudaine, l'inquiète.
Qui se passe-t-il ?

Elle a de l'eau jusqu'à la taille, elle avance, progressivement, assurée.
Ces cailloux qui piquent les pieds, qui tapissent le fond de la mare, ces cailloux tranchants, elle les connaît, elle sait comment il faut poser le pied dessus pour ne pas se piquer...D'ailleurs elle ignore bien comment elle sait ça, c'est bien la première fois qu'elle se baigne en cet endroit de repos...

Et alors ?
Elle s'allonge soudain, patauge un peu, puis transforme sa nage en une brasse régulière.
Un éclat dans l'eau attire son regard.
Elle n'a plus pieds, à un mètre près.

Elle plonge.

L'éclat métallique qu'elle aperçoit dans l'onde est simplement le reflet d'une de ses épée, la principale, Erendal.
Quelle horreur, elle coule !!

Elle nage à toute vitesse vers l'éclat blanc. Allonge la brasse. Se propulse. Bizarre, elle aurait déjà du avoir touché le fond...
Tant pis, elle continue.
Le manque d'oxygène commmence à se faire sentir.
Mais bizarrement, plus elle se rapproche de l'épée, plus celle-ci s'éloigne. Elle doit bien être à quatre mètres de fond...Il n'y avait que deux à tout casser !
Alquäloth panique.

C'est...un piège ! C'est un piège et je me noie...
La tête lui tourne. Elle a mal, une illusion...
Au secours...Non...
Ce n'était qu'une illusion et je me noie comme un bleu...
A l'aide...
Oh, Ithryns...J'ai besoin de vous...
Je...
Je...
Je ne vois plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une baignade à venir...à venir.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Lego] Une nouvelle boutique en ligne LEGO à venir !
» 2010-11: Réglement pour la saison à venir.
» grève à venir
» Parodie à venir
» [HRP] Comment venir se présenter ? (Par Ezio)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: La bibliothèque Ithryn Luin - Archives :: Ithryn Luin de toutes les couleurs :: Les inclassables :: Le bosquet d'Alquäloth-
Sauter vers: