[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 sièste opportune au bord de l'eau

Aller en bas 
AuteurMessage
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: sièste opportune au bord de l'eau   Dim 1 Avr - 21:24

Partie me promener pour oublier une mausaise nuit ( Liûie à encore frappé ), j'ai avancé longtemps droit devant moi, la tête de plus en plus vide. Il y a des fois comme ça où on voudrai tout oublier, ne rien penser.
Les yeux ouverts, je ne regarde pas.
Mes pieds marchent mais se fiche de savoie où ils vont.
Les oiseaux chantent mais je ne les entend pas.
Le soleil me chauffe la peau et pourtant je ne perçoit qu'un peu de froid.

J'avance longtemps comme ça à travers une clairière ensoleillée. Le vert que je perçoit est un premier réconfort. C'est pas grand chose mais ça me berce un peu, quelques instants loin de mon pâle néant.

J'avance ainsi à demi vide jusqu'à ce qu'une drôle de sensation me réveille : j'ai mis un pied dans l'eau. Comment ne pas être réveillée avec cette désagréable impression de "mouillé". Une grimace comme quand le matin arrive trop tôt. L'eau est calme, sont bruit me repose malgré le premier désagrément. Ce vert, ce bleu, cette fraicheur ondulante qui me rapelle que je fais parti de ce monde et que ce n'est pas si mal.
Pourtant, un larme tombe dans les flots.

Les yeux fatigués, je regarde la fontaine. Elle est belle. Mais où suis-je arrivée ?
...ce n'est surement pas très important. J'ai envie de me poser dans l'herbe et de me laisser bercer par le spectacle. Je m'allonge à moitié courbée et repart au pays des songes. Car une fois éveillée, il faudra que je repense à la bête, alors je part avant que l'angoisse ne m'attrappe.

Le soleil fait dorer mon poil et les odeurs de naturs ramène peu à peu ma vitalié.
C'est si bon...


Dernière édition par le Ven 4 Mai - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Dim 1 Avr - 22:50

Alquäloth, à califourchon sur un branche d'arbre, suivait des yeux la félyssette couleur fauve qui s'étendait sur l'herbe douce.
Elle sourit...Au moins, sa forêt aurait servie a quelqu'un d'autre qu'elle.

La félys a l'air d'être dans un monde à part. Et elle...
...elle pleure.
Alquäloth tendit le cou, essaya de suivre les mouvements de la chatte, mais elle s'éloignait, et de son arbre, elle ne pouvait plus la voir.
Elle sauta à terre, avec souplesse, et atterit sur le sol avec un petit bruit mat.
La première personne qu'elle rencontrait depuis son départ de Satowa...

La blessure en son coeur, qui s'était légèrement apaisée, se rouvrit brusquement, et elle tomba à genoux comme sous l'effet d'un coup de poignard dans la nuque.
Ses mains sanglantes s'humidifièrent de rosée et se tachèrent de terre et de quelques brins d'herbe.

Elle se redressa mollement...Elle retint une larme, mais celle-ci finit tout de même par rouler sur sa joue.
La guerrière se secoua, prit une profonde inspiration et se dirigea vers la petite forme couchée à terre. Elle ignorait si elle devait dégainer et poser sa lame sur la gorge de la chatte en attendant de connaître son identité, ou l'interpeller gentiment...
Elle opta pour la deuxième solution. Après tout, sa forêt était un hâvre de paix et de repos...

Elle se racla la gorge, appela donc d'une voix douce...


- Hhrm...Excusez-moi...cet endroit vous plait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Ven 4 Mai - 23:24

Une voix. J'étais à peine endormie. je ne suis pas sûre d'avoir envie de prendre la peine de me réveiller.
Cette voix est agréable. Surement plus agréable que celle du monstre de mon cauchemard qui revient inlassablement.
Je sent de la méfience mais elle n'est oas agressive, alors, gentiment, je m'éveille. Peut-êre qu'elle me distraira et me fera oublier ma peine.
Sans bouger, j'ouvre un oeil et parle assez clairement malgré l'appelle de la sieste.

-Il est agréable. J'espère que je ne dérange pas.

Je n'ai pas envie d me lever. je me dis que si elle voulais me poignarder, je la laisserai faire sans bouger. Mais je sais que je me ment. Rien ne m'arrachera à cette vie, aussi terrible soit-elle par moment.
D'un soupir, je me redresse sur mes genoux, un peu de travers. je n'ai pas envie de me méfier, pas cette fois.
Je voudrai oublier mon mal, mais mon regard mi-supliant me trompe lorsque je deigne tourner le regard vers cette personne. Je ne veux pas inspirer la pitié. Je ne sais même pas si je la mérite et ne veux pas le savoir. Alors je baisse les yeux.
Je l'ai vu sans la regarder. Pourtant, le réelle ne me sauverai-t-il pas du cauchemard ? Mais le cauchemard est-il réel ? Qui est Liüie, où plutôt qu'est-ce que c'est ?
Je frissonne. j'avais peur de réfléchir mais je n'y échappe pas. J'ai froid.

Je n'ai pas envie de paraïtre faible devant une inconnue. je sais que ce n'est que de la futile fièreté... ou bien c'est instinctif... Je suis fatiguer de penser sans savoir. Une larme sort de mon oeil tandis que mon nez se plisse. J'ai mal. j'ai un caillou dans la gorge et un point dans le coeur. Pourtant, je suis vivante, je devrai être contente... mais j'ai mal et voudrai ne pas l'admettre.

L'oeil éteint, je regarde fixement les brind d'herbes que j'enroule machinalement autour de mes doigts.

Je voudrai me cacher mais je ne suporte plus. D'habitude, il n'y a personne et je peux craquer sans qu'on me pose des questions dot les réponses méchappent. Mais là, je ne peux pas lutter. je suis coincée et j'ai ai assez.

Les yeux humides et la voix un peu tremblante malgré moi, j'ose ces quelques mots, ouliant un instant que je ne connais pas cette elfe.

-J'ai peur...

J'ai someil, tout d'un coup. Est-ce que je fuis dans la somnolence ?
Les main crispée sur la terre, je reste paralyser, l'eau trop longtemps retenue coulant de mes yeux d'azur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Sam 5 Mai - 11:01

Son visage s'affaisse.
Et elle pleure.
Oh, non...
Ne pleure pas, chaton...

Je ne sais pas consoler les gens qui pleurent...

Elle s'approche, alors.
Tout doucement.
Elle s'assoit à côté de la jeune felys en larmes.

Ne fais rien.
Regarde droit devant soi.
Et puis, elle entend ces mots...

-J'ai peur...

Petit chat, moi aussi j'ai peur, je ressasse chaque jour et chaque heure, à tout moment j'ai peur et je regarde mes mains tâchées de sang...Et j'ai peur du regard des autres, chaton, je me souviens du regard que m'on porté les gens que j'allais tué, et j'ai peur, tout le temps peur, qu'il m'oblige à commettre des atrocités...Peur qu'il me faille m'emporter après n'importe qui, comme je l'ai fait le soir de ma première chasse...Peur qu'un jour, je dégénère et me mettes à rouer de coups la personne assise juste en face de moi...Là, par exemple, maintenant, je pourrai te sauter dessus et t'égorger, si il m'insufflai l'envie de te tuer...Ca aurait pu être avec toi, avec Boa, avec Caroline, mon amie, ma grande soeur...J'ai tout autant que toi des raisons d'avoir peur, d'être terrifiée de moi-même, lorsque je passe devant un lac ou un miroir, je prie pour que l'eau soit boueuse ou le miroir brisé, j'ai si peur, tout le temps, de ne pas savoir comment je vais vivre l'instant d'après...

Alquäloth se tourne vers le petit chat. Oui, un petit chat, un chaton qui pleure, une peluche qui mord, elle marmonne maladroitement quelques mots de réconfort, mais sa curiosité et son outrecuidance, malheureusement, eurent raisons des timides paroles qu'elle prononçait et modelèrent les maigres balbutiements en une phrase-poignard, pourtant trop courante dans ce genre de situations, mais qui n'aide pas du tout...Stupide phrase...

Stupide elfe...

-Qu'est-ce qui ne va pas...Vous pouvez me le dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Dim 6 Mai - 22:50

Les gens sont-il bon par nature ? J'aime à le croire et ça question innocente m'y aide.
Ravalant un sanglot, je cherche les bon mots pour m'expliquer. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai honte de cette créature qui me suit.
Je tourne les yeux vers elle puis fuis du regard et recommence ces allés et venus entre sa compation et mes pensées tourmentées.
Je soupir un grand coup pour me calmer, puis je me fixe, le regard loin dans le vide.

-Il y a une bête... un monstre, un cauchemard. Il me suit... je ne sais pas pourquoi.

Un sourire nerveux. Je me contient mais mes griffes se contractes sur ma jambe et m'égratignent la peau.
Qu'est-ce qui me fait le plus peur à présent, la bête en elle même où le fait d'y mêler quelqu'un.

-Il s'appelle Liûie... Il vient surtout quand je dors où si je perd connaissance.

-Je croyais qu'il n'était pas réelle mais si... et je crois même qu'il est très dangereux dans notre monde.

Le sel de mes larmes sèche sur mes joue et rendent pas peau raide. A mesure que je parle, je reprend courage et la haine pour me battre. Je ne sais pas comment, mais je dois me battre. Il ne dois pas m'empècher de vivre !

Je tremble. Je suis fatiguée. Mais elle, qu'est-ce qu'elley peut ? Comment m'aider ? Ai-je vraiment besoin d'aide ?

-J'ai peur de m'endormir. Mais si je ne dors pas de mon plein gré je risque de m'évanouir ou de perdre la tête... Je ne sais même pas s'il est réelle quand je dors.

Les yeux grands ouvert, je m'arrête un instant sur ces derniers mots. Pourquoi je n'y avais pas pensé ? C'est simple, si je ne sais pas sce qu'il se passe quand je dors, je n'ai qu'à le demander à quelqu'un d'autre... Mais c'est peut-être dangereux pour elle.
Je la regarde pour la tester de mon empathie surdéveloppée. Elle cache un lourd secret, comme beaucoup sur ces terres. On dirai qu'elle suporte mal ma détresse. Elle ne sais pas quoi faire. Quoi de plus normal. Mais il y a autre chose : une agressivité chachée, enfouie dans son oeil méfiant. Comme si elle gardait un souvenir meurtrier.
Je sens le doute en elle. Mais mon instinct me dis de lui faire confiance. Son esprit est fragilisé, mais c'est quelqu'un cette elfe. Elle me fait penser à une louve chassé de la meute, èrant en solitaire et ne comptant que sur elle même. Mais les loups on besoin de compagnie. Qui sait, mon maleur fera peut-être sont bonheur.
Elle ne me met pas spécialement à l'aise mais le destin semble avoir voulu cette rencontre. Alors, je me lance, le plus calmement possible :

-Veux tu m'aider ? Il te suffirait de m'observer pendant mon sommeil.

Mon regard s'illumine devant l'espoir qu'elle me révèle ma condition. Mais je dois tout de même la mettre en garde.

-C'est peut-être dangereux. Je ne sais pas ce qu'il fait quand je dors. Il est terrifiant et il a déjà tué. Mais peut-être qu'il ne sera là que dans mes rêves et tu ne verras rien de plus qu'une félys qui fait un cauchemard. Accepte-tu de m'aider ? ...

-... s'il te plais...


Ces derniers mots ce font implorant malgré la peur qu'elle y reste. Sur le coup, j'ai peur d'être égoïste. Mais si il ne se passait rein ?


Dernière édition par le Mar 8 Mai - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Mar 8 Mai - 11:03

Le tutoiement est venu de lui-même, ça facilite l'échange. Ainsi donc, elle est poursuivie...et poursuivie dans ses rêves.
Quelle horreur !


Pour moi, le repos est mon sauveur, quand je m'endors, il me permet d'oublier ce que je suis mieux que n'importe quelle chope de bouffone, grâce à lui, j'oublie ce que j'ai fait, et mes rêves sont rarement portés sur les atrocités commises, celles qui m'ont ravi mon âme et ma conscience. Dormir est ma roue de secours et je vole, je vole alors entre deux rêves, avant de me réveiller, l'esprit reposé et sereine...
Pour un temps, car la honte, le dégoût de moi-même reviennent bien vite.
Mais je peux tout oublier durant ces périodes bienfaitrices, tout...

Mais il n'en est pas de même pour elle. Elle a peur de dormir, elle a peur de s'enfoncer dans un monde inconnu où elle ignore ce qui l'attend, et elle s'endort quand même pour ne pas sombrer dans la folie du manque de sommeil...Elle va d'elle-même à la rencontre de cette chose, Liûie...

- Je veux bien t'aider. Le temps est peut-être venu pour moi de racheter quelques unes de mes fautes, pas toutes, mais bon...Dis-moi d'abord ton nom, s'il te plaît...

Alquäloth fit allonger Miw sur l'herbe tendre, lui intima d'écouter régulièrement la fontaine couler, en respirant bien...Au moins, elle s'endormirai l'esprit en paix.

Bien qu'il n'en soit pas de même lorsqu'elle sera à l'intérieur de la nuit de son cauchemard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Mar 8 Mai - 22:32

-Merci... merci...

Une autre larme mais cette fois de soulagement.

-Je m'appelle Miw... et toi ? Il faut que je connaisse le nom de celle qui va veiller sur ce que j'ai de plus précieux.

Alquäloth m'installe et me calme par quelques conseils. Allogée sur l'herbe, le coeur empli d'une nouvelle chaleur, je ferme mes yeux brulés par le flot salé et respire profondément. Cet air qui me soulève le ventre me donne une impression de vulnérabilité. Ma respiration tressaute et ma poitrine se comprime comme pour lutter contre la détente, comme si mon corps était persuader du mal qui l'attend.

Je me tourne sur le flan en position presque foetale. Ma main empoigne l'herbe à côté de la main de l'elfe. J'ai besoin de m'accrocher au réel tandis que je me sent tomber dans le sommeil noir et profond. Je sent la chaleur de sa main mais je n'oserai m'en approcher plus car j'ai peur de ce que je transporte avec moi pourrai lui faire.

J'ouvre un peu l'oeil pour voir mon ange gardien une dernière fois. Un soupir et ma main se relache avec toute fois une griffe laissée plantée dans la terre.
Je n'ai plus la force de prier pour que la bête ne face pas de dégats.
Je ne vois plus le soleil. L'ombre onirique me happe. Le voyage commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Jeu 10 Mai - 17:57

Miw...Un nom rêvé pour un, que dis-je, une félys !
C'est joli, félin, ça me fais penser à la fois à une pelote de laine, ou une petite chose toute douce et toute ronde, et en même temps à un matou qui hérisse son pelage et sort les griffes...
Comme quoi, certains noms sont justement attribués.
Comment ça s'appelle, déjà ?
Ah, oui, la prédestination, je crois.

Je ne suis pas sûre...
On l'entend pas tous les jours, ce mot.

En plus quelques fois, il est complètement faux.
Prenons mon nom par exemple.
Le cas Alquäloth.

Alquäloth signifie Fleur de Cygne en ma langue.
Une fleur, c'est délicat, c'est joli, quelque fois c'est moche, et ça pique, et c'est venimeux mais ça reste toujours soi-même, bien plantée dans son sol, dans sa propre motte de terre, la fleur est née pour être rouge ou bleue, piquante ou avec des soies, mais elle ne change pas, quelle qu'elle soit.

Moi, si.
La preuve, j'étais peut-être prédestinée à un avenir peinard à Valinor, ce pays des Elfes, ma terre native, où il ne se passe rien ! Manque de chance, un coup d'épée de travers et on m'en bannit. Bon, ne baissons pas les bras, me dis-je, il n'y a pas que Valinor sur terre, si ? Je découvre le Sarwyën, m'ancre dans cette idée d'être pour le bien, et, re-manque de bol, quelques années après mon exode, je me retrouve plus enfoncée que jamais dans les ténèbres...

Ensuite, le cas du cygne.

Tout le contraire de la fleur à quelques détails près.
Le cygne, lui, vole, il est libre, il ne reste jamais au même endroit que s'il en a envie, et s'il veut redécoller, il le fait, le symbole de la liberté c'est lui, le cygne...
Et même si je ne végète pas comme une fleur, si je ne peux rester enracinée quelque part aussi paradisiaque soit-il, je ne suis pas non plus libre, quand je cours mes ennuis s'accrochent à mes pas, et je ne peux voler, moi...et cette tendance à n'attirer que les ennuis me donnerai le désir profond d'avoir une paire d'ailes, ne serait-ce qu'une semaine...


La prédestination...
Tsss...Encore un mot inventé par des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent...



Alquäloth soupire.
Elle regarde Miw s'endormir. Les yeux de la félysse se ferment, son visage se détend, elle plonge dans les ténèbres.
L'elfe scrute attentivement le visage apaisé de Miw. Tout semble normal.
Un chat qui dort.

Qui ronronne.
Qui rêve.
Qui...

Alquäloth ouvre des yeux effarés. Le visage de Miw s'est crispé, ses orbites roulent sous ses paupières closent, ses traits se tendent, son nez se plisse...
Une expression de terreur, de pure et simple trouille faute de mot plus adapté apparaît sur son visage félin.

Elle grogne, se débat, agite les pattes et lance des coups de griffes de partout...La guerrière se recule un peu pour ne pas être à portée des pattes de Miw,
Une douleur, une souffrance se peint sur sa face, elle se tourne et se retourne sur l'herbe, se contracte, puis se détend d'un seul coup, laboure la terre de ses griffes, en proie à une extrême panique, le tout dans les bras de Morphée, ses yeux ne se sont pas ouverts...

Alquäloth appelle alors.
Elle appelle, elle ne sait quoi, elle a l'impression que le fait de dire le nom de ce qui ronge Miw va l'aider...

...Ou la tuer.


- Miw...Liûie !

Miw a un spasme encore plus brutal que les précédents.

-Liûie ! , hurle l'elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Sam 12 Mai - 1:05

Je suis là.

Je la vois.

Est-ce un rêve ?

C'est ça, une vraie proie ?


Pourquoi m'appelle-t-elle ? Quelle inconscience ! Elle veut mourrir ? Elle va la réveiller, elle qui a tant besoin de repos !.

Un croc dépasse des lèvres de Miw. L'oeil grand ouvert à la pupille cerclée de rouge, elle fixe celle qui l'appelle, sans le moindre clignement de paupière. Ces griffes semblent s'allonger. Immobile, la bête dévore l'elfe de regard.
Un crissement de la terre sous la patte de la félys attire l'oeil d'Alquäloth. Pourtant, les herbes ne sont même pas applaties, elles passent à travers les griffes commes si elles n'éxistaient pas.
Quand son regard revient sur le visage de Miw, la canine qui dépassait semble aussi s'être alongé. Elle dépasse le menton.

Enfin, l'oeil de feu porte son regard au alentours et un sourire carnassier apparait accompagné d'un son entre le ronronnement et le grognement.
La félys semble plus sombre, comme recouverte d'une ombre brune.

La bête fixe à nouveau celle qui l'interpelle. Le blanc de l'oeil s'assombrit sans être vraiment noir. La salive lui coule le long des dents.

Une main aggripant le sol, l'autre restant endormie, c'est un regard affamé et un peu pervers qui irrite la peau de l'elfe. Alquäloth sent la une chaleur abrasive, comme une nuée d'insectes qui lui ronge un peu la peau.
La langue s'agite un peu derrière les dents humides.


-Est-ce que je veux la manger ?


Dernière édition par le Jeu 30 Aoû - 20:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Dim 13 Mai - 11:44

Tout d'abord, l'aspect de Miw qui change.
Puis, cette consistance diaphane, immatérielle...fantomatique.
Enfin, sa peau qui gratte, qui démange horriblement, qui rougit et s'irrite, comme une violente crise d'urticaire...
Pour finir, cette vox, voilée, brumeuse, caverneuse...Pas celle de Miw.

Machinalement, l'elfe se met à gratter furieusement son bras.
Un petit son, virant dans les aigus lui échappe...
Ca la gratte trop, et plus elle gratte, et plus ça démange, et plus elle s'applique à se déchirer franchement la peau d'horripilation ...


Un filet de sang ruisselle sur son bras entaillé. Elle trépigne, saute sur place, se mord les lèvres jusqu'au sang, ça gratte trop, vraiment trop, et ça pique en même temps...

Elle gémit, une seconde fois.

Il lui faut faire quelque chose, c'est horrible, insuportable...

Miw, où es-tu ?
Liûie, qui es-tu ?

Elle porte, doucement, la main à la poignée de son épée qui dépasse de son fourreau. Serre très fort.
Puis elle s'approche du corps inerte de Miw, partagée entre la rage et l'envie de la taillader de sa lame, et la peur de blesser véritablement Miw.

Je te ferai sortir, abomination...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Dim 13 Mai - 22:58

Tandis qu'elle s'approche avec son épée, un cercle de feu jailli du sol entourant la félys qui se retourne dans son sommeil. Elle gémit un peu de sa voix de chaton.


Qu'est-ce qu'il fait chaud ! LIÛIE !!! Pourquoi ?! Tu veux me faire rotir ?
Je sais que je rêve, mais je sent la présence d'Alquäloth.
J'ai peur. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais je suis terrorisée.
Liûie est là mais cette fois, ce n'est pas moi qu'il fixe. Qu'est-ce qu'il regarde comme ça ? Il est placé juste au dessus de moi et m'enjambe.

Je rampe pour tenter de lui échapper pendant qu'il regarde ailleurs mais plus j'avance, plus il fait chaud. De toute façon, il me rattrape et me ramène sous lui d'un coup de patte.

Ce n'est toujours pas moi qu'il fixe de son regard accusateur. Pliée sur moi-même, je me fais la plus petite possible en espérant qu'il m'oubliera, lui mais aussi cette chose qu'il ne quitte pas des yeux. Peut-être un autre prédateur ou peut-être l'elfe dont je sent la présence.
Je vois quelque chose qui brille dans l'obscurité... c'est long... on dirait... une lame. Il y a du sang dessus. Je sent l'odeur du sang. Je salive.
Moi ? Non, la bête ! Mais est-ce que c'est moi ?


Je suis très énervé ! Il y a une petite elfe qui me menace avec un objet pointu, un ridicule petit cure-dent. J'ai envie de la crocquer, l'insolente. Elle s'imagine pouvoir tuer le fauve, avec ses petits bras ?!
JE VAIS TE BOUFFER ALQUÄ !!!


On entend un grognement roque mais impossible de savoir d'où il vient. Il semble survoller. Les brulures d'Alquäloth s'intensifient. Pourtant, à part les traces de ses propres ongles, elle ne voit rien sur sa peau. Cette fois, ça la mange jusqu'aux os.


Quoi ? Comment je connais son nom ? Ah bas normal, puisque je suis Miw partout où elle va ! Mais je vais vraiment la manger ?
La raaaage !!! Je suis ivre de rage ! J'ai faim de haine !!


Mais voilà que je me retrouve hors de ce corps de monstre brun. Il me regarde et m'accuse de ses quatres yeux. J'ai peur. Ces yeux aux couleurs indescriptibles me glassent le sang.


Les démangeaisons cessent d'un coup laissant place à la brise de printemps. Les flammes s'abaissent et deviennent bleues. Miw transpire et grimasse toute recrocvillée. Des larme coulent de ses joues.


Pourquoi ? Pourquoi tu me regarde comme ça ? Pourquoi j'ai tellement peur ? Je veux que ça cesse !


Dernière édition par le Jeu 30 Aoû - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Mar 15 Mai - 18:28

Miw...
Liûie...
Non pas ça, ne fais pas ça...
Ca me gratte jusqu'au os, je pourrai m'arracher la peau !
Aïe...
Miw, réveille-toi, s'il te plaît, je veux pas y passer, pas maintenant, pas ici, pas comme ça !!
Ses yeux de braise me fixent, Miw, j'ai peur, pourquoi tu me regardes comme ça ?
Chaton, réponds-moi !
Est-ce que se sont tes yeux ?
Non, je ne crois pas !

Les tiens ne font pas aussi peur...
Ton regard, son regard, vos regards, vous me faites peur, fusionnés, luttant et s'enlaçant, s'aguichant et s'enrubannant, vous n'êtes qu'un mais vous êtes deux...
Deux âmes pour un corps.
Miw...te laisse pas faire bon sang !
Tu ne vas pas te laisser faire...
S'il te plaît...

Tu peux pas !
Tu peux pas...
Il va me crever...

Non !
J'ai...mal...
Et peur, je crève de peur, je crève de tout, au secours, j'ai mal, petite elfe appelle à l'aide, petite elfe va y passer, personne ne verras petite elfe crever, petite elfe lance S.O.S, attention, petite elfe affolée, petite elfe va s'affaisser, là, doucement sur l'herbe, petite elfe va fermer les yeux, petite elfe va attendre de crever, ça y est, petite elfe a fermer les yeux, petite elfe meurt, rongée de douleur et de coups portés psychologiquement dans son propre esprit, violée dans son mental, ses doigts se dessèrent de son épée, petite elfe à l'aide, petite elfe foutue, petite elfe meurt, ça y est, petite elfe est finie...Au revoir petite elfe...


....

Alquä !
Alquä, réveille-toi bon sang ! T'es pas morte !

...

Ben oui je sais, mais non tu n'es pas morte.
Allez, debout ma p'tite éthérée !

Mouarf...te voilà revenue, toi...
Toi qu'on appelle conscience, je t'appelle seconde pensée, horripilante et répugnante...

Allez hop, debout la p'tite !
Debout...
T'as un chaton à réconforter !


Alquäloth ouvre les yeux, des yeux brumeux et voilés.
Miw est assise par terre, et darde des yeux bizarres sur la guerrière.
Bizarres ?
Mais non, normaux...
Elle soupire, profondémment, de soulagement.

Tu es redevenue toi-même Miw...
Alquäloth rengaine prestement son épée puis s'avance. A quatre pattes, le long de l'étang, elle tend une main vers Miw prostrée à terre.

-Miw...Ca va ?

Humpf...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Sam 19 Mai - 14:20

Je reste figée devant une elfe rampante. Elle qui paraissait pourtant solide, la voilà qui échappe à l'agonie.
Ca recommence, je n'ai plus envie de penser. Je voudrai que le temps s'arrête et me fiche la paix.
Elle a failli mourrir... par ma faute... Et maintenant, je sais qu'il intervient dans le monde réelle quand je suis endormie. Je sais qu'il échappe totalement à mon contrôle...
Je pali. J’ai froid. Il y a un cercle brûlé sur le sol, autour de moi.

Figée devant la vérité, je ne sais pas quoi dire à Alquäloth. Elle me tend sa main fébrile en me demandant si ça va. Mais toi, tu ne te soucis donc pas de ton propre sort ?! Elle a pourtant du comprendre que j’étais dangereuse !
Peut-être que je ne suis pas un monstre. Qui ? Moi ou Liûie ?

C’est dur… très dur. Je sent qu’à l’intérieur j’explose, mais j’ai peur de craquer… je n’y arrive pas. Ca me soulagerai de hurler ma peine mais ça reste bloqué à l’intérieur. Peut-être un espoir… J’ai une drôle d’impression qui me dit que nous ne sommes pas perdus. Peut-être que la bête a une bonne raison d’être ici.

Je dois garder ma réflexion pour plus tard. Pour l’instant, je sais que je suis trop secouée pour avoir les idées claires et Alquä à besoin de moi. Je trouverai mon réconfort en m’occupant du sien.

J’attrape sa main et me rapproche d’elle pour la prendre dans mes bras. Puisant dans l’énergie qui n’est pas partie avec ma joie de vivre, je me concentre sur sa guérison, l’entourant d’un léger halo vert. Mais il n’y a rien à soigner autre que la fatigue. Contre quoi a-t-elle lutté ? Liûie, qu’est-ce que tu es ?

Mes yeux se noient mais j’empêche le flot de couler sur elle. Elle a déjà beaucoup donné pour moi. C’est mon tour d’en prendre soin et non de m’appuyer sur ses épaules blessées.
Je lui sourit pour tenter de l’apaiser, puis la serre contre moi.

Je fais le vide dans mon esprit avant d’entrer en résonance avec le sien. Respirant profondément (ce qui n’est pas facile après un tel cauchemar), j’impose le vide et le calme à nos deux âmes. J’entend le chant des oiseaux et la brise dans l’herbe verte. Le soleil bienfaiteur qui nous réchauffe la peau… Un soupir… j’ouvre les yeux. Elle est belle. Dans ce moment de détente un peu forcée, je ne voit que ça pureté. Elle paraissait farouche mais elle est chaleureuse et généreuse. Je lis des blessures du passé derrière son âme apaisée. Je ne sais pas ce qu’elle a vécue ses dernières années, mais elle a du en baver.

Le calme que je lui donne me revient comme un écho. Qu’il est bon de vivre et de donner.

-Je vais bien… maintenant.


Dernière édition par le Jeu 30 Aoû - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Mar 22 Mai - 19:13

Tu dis que tu vas bien mais tes paroles sont détrompées par tes yeux encore rougis et douloureux de tes larmes versées. Versés pour quoi ? Quelle queston...Je me la pose et pourtant, j'ai une très nette idée de la réponse à ce "pour quoi".

On m'a toujours dit que les elfes avaient un don de guérison inné, pas seulement physique mais aussi mental.
On a voulu me faire croire que notre peuple pouvait facilement trouver les mots pour consoler, apaiser, détendre.
On a toujours essayer de faire rentrer dans ma caboche d'entêtée que j'étais prédestinée à pratiquer la magie, voir l'archerie.
On a voulu m'apprendre cette compétence à soigner d'un simple mouvement de la main, d'une caresse dans les cheveux ou d'un mot prononcé en roulant les "r", les blessures les plus enracinés au fond de l'esprit et les coups du destin les plus rudes...


Et elle, Miw, me vois comme ça.

On lui a toujours dit que les elfes avaient un don de guérison inné, pas seulement physique mais aussi mental.
On voulu lui faire croire que mon peuple pouvait facilement trouver les mots pour consoler, apaiser, détendre.

Tout ça...
Ca fait beaucoup de fariboles, quand même.
Moi, je n'y arrive pas.
Je ne sais pas faire.

Moi, je bâtis ma douleur derrière mon armure d'acier, je me renferme derrière mon épée et chaque coup ajusté que je porte me tere encore plus dans ma forteresse, la mienne, celle que j'ai construit pierre par pierre avec ma tristesse comme mortier et mon orgueil comme moellons...

Je ne suis pas de ceux qui savent soigner, Miw.
Non, je ne suis pas de ceux là, je ne sais pas faire...
Vois, la question qui franchit mes lèvres n'est pas celle qu'un elfe normal et normalement constitué poserai en ces cas là...


- Miw. Qu'as-tu vu, dans ton rêve ? Excuse-moi de te demander ça ici et maintenant, et en ces circonstances, mais...il faut que je sache...

Une pause. Ne pleures plus, plus maintenant...

-Dis-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Lun 28 Mai - 0:10

Je ne répond pas tout de suite, pour plusieurs raison. Premièrement, j'ai peur de l'effrayer et de m'effrayer moi-même en me remémorant la sombre scène. Ensuite, j'ai beaucoup de mal à me rappeler. D'habitude, les souvenirs de mes rêves son clairs, mais là, c'est plus difficile.
Seulement, je sais d'expérience qu'il y a des choses qu'il ne faut pas savoir, des savoirs interdits.
Mais qui m'interdit mes propres rêves ? Mon inconscient ? Le démon qui possède mes songes ? Il y a quelque chose qu' "on" ne veut pas que je sache !

Je ferme les yeux pour mieux me concentrer. J'essaie de me souvenir tant que c'est frais car j'ai peur que quelque chose d'important soit perdu. La main sur le front, les soucils froncés, quelques images me reviennes mais surtout des sensations... un sentiment d'incompréhension... peut-être de sécurité. Je ne suis pas sure, ça me parait tellement incohérent...

Je n'y arriverais pas... pas toute seule. Peut-être que si je lui dit à haute voix, je comprendrai mieux, je me rappelerai mieux.

-... c'est pas facile... D'habitude je me souviens bien de mes rêves, mais cette fois, c'est trouble. Je me rappelle de sensations assez... incohérentes...

-Il était au-dessus de moi, mais... oui, c'est ça, il ne me regardait pas comme d'habitude... il ne me regardait pas. D'habitude, quand je rêve de Liûie, il y a toujours un moment interminable où il me fixe dans les yeux. Son regard est insoutenable mais je n'ai pas le choix, je suis obliger de le regarder, je suis comme coincée.

Je me reprend le front dans la main. Le fait de lui expliquer le rêve courant me distrait du souvenir dernier rêve. Je fais un peu le vide pour ne voir que ce que je veux. Je sent le vents qui souffle puis j'oublie jusqu'à l'odeur de l'herbe sur laquelle nous sommes assises.
Ca y est, je le tiens et m'empresse de divulguer ce que je sais avant que ça ne tombe dans le néant.

-Il grognait après quelqu'un d'autre. Je croit avoir vu une épée et j'ai senti... ta présence.

Je m'arrête, les yeux exorbités. Il faut que je vois quelque chose. Me penchant brusquement sur le fourreau qui est à la ceinture d'Alquäloth, je saisie son épée et l'extrait avant qu'elle n'ai eu le tend de faire un geste.

Cette épée... c'est elle... J'en suis sure ! Je l'ai vue ! Je reconnais les moindres détailles, le pommeau, la forme de la lame et mêmes les dessin formés par le sang sèché.

Je sert très fort le pommeau mais ma main tremble. Je deviens faible et mes doigts s'ouvre contre ma volonté laissant l'arme tomber au sol en plein sur le sillon creusé par le feu.
Je vois cette lame tachée qui brille sur la cendre. Mais je ne pense plus rien, je n'y arrive pas. J'ai peur.
Je voudrai tendre la main sur l'épaule de mon amie elfe, mais je ne sais pas si je dois le faire. Je ne sais pas ce que je dois faire.

Je reste figée devant la scène de l'objet sur la terre brulée. Ma tête est vide... mais je dois sortir de cette torpeur... Comment ? J'en oublie où je suis, par moments.

Ok ! Ca suffit ! Je cligne fort des yeux, soupir un grand coup et reviens à la réalité. Elle est là et elle attend des explications. C'est tout à fait légitime ! J'ouvres des yeux qui me paraissent brulant et tourne la tête vers Alquä.
Il faut que je dise quelque chose, vite ! Juste pour entendre ma voix.

-J'ai vu ton épée.

Je le lui dit avec un sourire crispé et un ton léger, sur l'ère de la mauquerie. Pourtant, il n'y a pas de quoi rire.

- C'est bien celle-là, je la reconnais.

Comme si elle n'allait pas me croire... Après tout, elle me demande de lui raconter un rêve, une histoire sans preuves. Elle ne me poderai pas une question si elle n'avait pas un minimum fois en ma parole.

Je ris un peu nerveusement.

-Comme si tu voulais me tuer dans mon rêve. Quelle idée !

Mes propres mots me font peur. Jusqu'où est-ce que je me raconte une blague ?

-De ton côté, qu'est-ce qu'il s'est passé ? Tu as vu Liûie ? Ce cercle de feu...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Mer 29 Aoû - 18:14

Alquäloth regarde Miw, interloquée.

Elle dont les yeux s'affolent, elle balbutie, titube, ses paroles aussi, elle a peur de l'épée, peur de la reconnaître comme celle qui a failli la pourfendre, elle essaye de se convaincre du contraire, Alquäloth le voit bien...

Mais elle ne peux pas. Et elle demande...Elle veut des explications.
Comme si c'était facile à donner !

Comment expliquer ce qui s’est dérouler sous ses yeux par de simples mots, ceux qui animent le commun des mortel alors que ce qui vient de ce passer n’est pas du ressort de ce monde, encore moins de celui d’une pauvre elfe désemparée et d’une féline créature possédée…

Impossible de raconter tout ça sans mentir, elle ne pourrait se résoudre à dire la vérité pour voir l’incompréhension et le presque-désespoir prendre vie dans les yeux de Miw, pour accentuer la tristesse et la culpabilité déjà présentes dans ses prunelles félines. Dommage. Elle aurait aimé être franche, mais elle ne peux pas, c’est fatal…

Mais là…

Elle a vu la larme perler dans les yeux de Miw. Elle a vu aussi l’effort qu’elle a fait pour pouvoir la ravaler. Et là, elle ne peux plus rien lui cacher. Alors elle lui raconte, tout, tout en détail. La vérité. Et une expression étrange apparaît sur le museau félin, mélange d’incertitude, de désespoir...de tant d’émotions différentes, alors elle baisse les yeux, l’elfe, sans regarder Miw. Et, tripotant machinalement les brins d’herbes qui sa balancent dans le vent du soir naissant, elle lui raconte tout.

Elle lui raconte comment, d’un sommeil paisible et peu troublé, elle est passé au stade de la possession par Liûie, comment ses canines s’allongeaient, comment l’anneau de feu avait encerclé son corps, l’étouffant de chaleur, sans prêter attention à ses gémissements.

Elle lui raconte la voix hideuse et rauque qui entrecoupait ses plaintes, la voix du démon, celle qui la menaçait, la narguait, l’affolait, ces paroles de feu et de sang, elle les lui répète, mot après mot, phrase après phrase, impassible.

Elle lui raconte cette chaleur qui lui étreignait les avant bras, qui la démangeait et la brûlait tant et si bien qu’elle n’avait plus qu’un désir en tête : se ronger les chaires jusqu’à l’os, ça aurait fait mal, une pure et franche douleur, mais au moins elle ne serait plus dévorée par cette furie horripilante qui lui faisait se lacérer la peau jusqu’à ce que le sang roule sur l’herbe.

Elle lui raconte enfin comment, au milieu de son agonie, elle avait tiré l’épée dans l’espoir vain de faire peur au monstre, comment elle s’était approcher de Miw, ignorant s’il fallait frapper son corps, ou l’anneau de feu, ou les prunelles sombres devenues une paire d’yeux démoniaques…

Et pour finir, elle lui raconte comment Liûie la vidait de ses forces, comment elle avait lâcher son épée qui était tombé sur le sol, comment ses brûlures s’intensifiaient, comment elle avait failli rester allongée sur le carreau, le cœur éteint, l’esprit divaguant.


-Mais ça a cessé juste à temps. Ensuite je me suis relevée, et me voilà…conclut Alquäloth maladroitement. Miw regarde toujours l’épée d’un air suspicieux, alors la guerrière la sort du fourreau et la lui présente.

- Voici Erendal…Mon épée. Je l’ai depuis longtemps. Elle n’est pas méchante, tu sais, ajoute-t-elle avec une demi-sourire, comme si on présentait à quelqu’un un chien qui venait d’essayer de le mordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miw
Tichat
avatar

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : félys
Classe : sorcière
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Jeu 30 Aoû - 21:42

Elle ne voulait pas me tuer. Ca me rassure. Elle ne savait pas quoi faire, tout simplement.

Mais il me vient une bien sombre idée. Et si jamais, il fallait me tuer pour arrêter Liûie ? Je n'aime pas cette pensée. Je ne veux pas mourrir même si ça peut sauver ceux qui m'entourent. C'est égoïste mais j'aime trop vivre, je ne ferais pas ce sacrifice. Je continuerais à m'isoler s'il le faut mais jamais je ne donnerais ma vie.

Je fixe cette épée qui aurait put tout arrêter. Mais je n'ai pas de regret. Je trouverais un autre moyen... j'espère...

En plus d'intervenir dans notre monde, cette saletée se permet de m'emprinter mon corps et de le changer. Je vois ma main en essayant d'imaginer les griffes fantomatiques.

-Ton épée n'a pas réussi à me... à nous...à le tuer. Elle n'est pas méchante, en effet. Ce n'est qu'un objet. Si seulement je pouvais contrôler la bête comme on tient une lame...

Je ne veux pas rester en bas à contemler une puissance qui m'échappe. Je ne sais pas comment mais je me relèverai. Je veux vivre !

Fini l'apitoyement ! Ma main se referme et le regard sombre, je me lève.

-Tu as assez souffère. Je te remercie de m'avoir aidée. Je ne te le demanderai plus.

Je lui adresse un léger sourire.

-Tu es courageuse. Tu t'en es bien tirée. Il y a quelque chose que je peux faire pour te remercier ?

En annonçant ces mots, je m'apprète à partir. J'ai du pain sur la planche si je veux trouver une solution. Je n'ai d'ailleurs aucune idée pour le moment de ce que je vais faire, mais en tout cas, j'y vais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alquäloth
MinItrhyn de luxe
avatar

Féminin Nombre de messages : 1566
Age : 24
Jeu : Ithryn Luin
Race : Elfe
Classe : Castagne !!!!
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   Ven 31 Aoû - 18:27

Ses paroles me font sourire.

Elle est plutôt gentille, bien que je ne connaisse pas beaucoup de choses d'elle. Hormis le fait qu'un démon s'empare de son corps quand elle s'endort. Mais en la regardant, en l'entendant me parler, pas besoin de savoir grand-chose d'elle, pas besoin de connaître sa bière préférée ou le bois qui compose son bâton de sorcier pour affirmer sans détour qu'elle est quelqu'un de bien.

Quoi qu'un peu ignorante sur certains domaines...


- Non, ce n'est pas qu'un objet, que j'affirme d'un ton affectueux en passant ma paume tout le long du plat de l'épée. C'est...une soeur armée, une pensée protectrice.

Peut-être est-ce que j'abuse un peu, mais qu'importe.
De toute manière, elle s'en va.
Je n'ai que le temps de lui lancer un :


- La seule chose que tu pourras faire pour moi, c'est...repasser me voir, un jour, si le coeur t'en dis ?

C'est si bon de se sentir apprécié...mais déjà elle tourne le dos. Je lui recommande simplement :

- Pour sortir d'ici, passe dans les buissons en face de toi. Ca paraît très touffu et piquant, mais à l'intérieur il y a un sentier qui rejoint la forêt des Murmures.

Le bout de sa queue disparaît dans les fourrés. Au revoir, Miw...Apprivoise ton démon, c'est tout ce que je peux te souhaiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sièste opportune au bord de l'eau   

Revenir en haut Aller en bas
 
sièste opportune au bord de l'eau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» journal de bord d'un jeune cpt
» [Blog] Poésie: "Au bord du lac" signé à la plume de TS
» Stalingrad la bataille au bord du gouffre (Jean Lopez)
» Carnet de bord de kiki
» Tableau de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: La bibliothèque Ithryn Luin - Archives :: Ithryn Luin de toutes les couleurs :: Les inclassables :: Le bosquet d'Alquäloth-
Sauter vers: