[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontres au chateau

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 0:42

Prologue
Une rencontre imprévue, mademoiselle, alors que je traque ce damné roi du chateau de la red army.

Je vous trouve, là, endormie, dans la chapelle, si proche de l'infâme vendu à Tanédhel.
Est-ce un rêve, un trouble de ma vision?

Si vous aviez été réveillée, je vous aurais bien demandé de venir m'aider à faire la fête à ce roitelet!

Malheureusement, je n'ai pas pu rester, et je n'ai pas pu lui montrer de quel bois je me chauffais. Ou plutôt si, mais du petit bois seulement. Chaque coup que je lui infigeais n'était que piqure d'abeille, alors que chacune de ses ripostes me mettaient presque au tapis.

J'espère pouvoir rentrer au chaud au repaire de mes confrères, le chateau n'est pas agréable en ce moment, tant de guerriers sanguinaires qui vous attaquent pour un oui ou pour un non...

Au plaisir de vous revoir, très chère,

votre dévoué Nadhir


[Hrp: dédicace spéciale à Boadicea, pour inaugurer sa nouvelle section Very Happy.
Réservé à elle et moi, jusqu'à nouvel ordre]


Dernière édition par le Jeu 30 Nov - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 0:55

Ce petit mot trouvé posé près de ma tête...

Je soupire, je soupèse ma bourse... Tiens, intacte. Etrange. Nadhir aurait-il failli à la bonne habitude d'explorer mes maigres richesses à chaque fois que je passe à portée de ses pattes soyeuses ?

Je me souviens du mal que j'ai eu moi-même à régler son compte au triste sire à qui il fait allusion... coriace, le monarque ! Pour un vieux tromblon à la barbe poivre et sel... Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit si vif, le bougre... Fatiguée, je me suis endormie dans le coin de la chapelle, apaisée par le calme rare qui y règnait... Seul recoin de ce maudit château où nul brandisseur d'arme n'arpente les dalles à grands coups de talon...

Dommage... J'aurais bien aidé ce petit filou à la fourrure de nuit, d'une flèche ou deux... Tant pis. Il en viendra à bout, il est plus fort qu'il ne le croit, j'en suis sûre...

OooooooaaAAAAh !
Encore sommeil, moi...
Bon, j'y vais ?
Nân. Je me recouche et je me rendors.
Bien mieux. Il pleut dehors, et le vent hurle contre les vitraux de la chapelle. M'en fous. J'aime bien ce bruit. Et je replonge en souriant dans les bras doux et chauds de Morphée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 1:00

Mon esprit s'élève, laisse le corps en sang derrière lui.
J'ai pris, encore une fois, le mauvais côté d'une lame, et m'en vais pour retrouver cette vieille amie, la donneuse d'âme.

Je ne suis pourtant pas pressé, Elle sait que je viendrai, je peux bien la faire attendre un peu.
Je fais un détour, sans même faire attention à la trolesse qui m'a planté là, voguant à travers les murs, quelques guerriers dont j'ai dû faire les poches un peu plus tôt, le roi que je n'ai pas pu faire vaciller sur son trône...
Là!

Voilà la centaure au regard plus perçant encore que ses flèches, et à l'âme aussi douce maintenant qu'elle est cruelle à l'appel du faucheur.

Elle se réveille, remarque mon petit mot. Un doute, là voilà qui vérifie ses fonds de poche. J'en souris.
Non, je n'ai pas osé déranger ton sommeil aujourd'hui, chère Boadicea.
J'aurais été bien en peine de transporter tout l'or que j'aurais pu te voler, alors que je devais encore retrouver et confronter ce satané roi!

M'approchant, je peux presque entendre ses pensées.

Je regarde mes pattes aussi soyeuses qu'immatérielles maintenant. Le chateau de la Red Army ne me réussit pas, ou alors c'est ma morale qui me rattrape en courant. Voilà bien deux demoiselles rencontrées ici que j'ai sciemment évité de palper, malgré mes envies...
Mais celle-ci, aurais-je troublé ses rêves malgré ma dextérité et ma douceur? je le craignais...

Je comprends que le roi lui a donné du mal aussi, mais qu'elle lui a régler son compte. Je suis fier de toi, Boa, et j'espère que tu lui auras décoché une flèche assassine de ma part aussi!
Moi, je ne pourrais plus que vivre avec le triste souvenir que je ne suis pas plus fort que je ne le crois, loin de là.
A peine quelques coups assénés, et je me suis rendu compte que si je suis un talentueux palpeur d'écu, je n'en suis pas moins un piètre régicide. Aurai-je le droit à une seconde chance? je crains que non...

Je la vois maintenant se retourner, pour se rendormir.
Je vois Morphée se pointer pour la prendre dans ses bras. Il a bien de la chance lui! Drogué va!

Sentant l'impatience de la Donneuse, et la force grandissante qui me tire vers elle, je pars...
... Mais dans un dernier sursaut, je laisse une patte immatérielle mais néanmoins soyeuse caresser la joue de son âme. Je lui espère de jolis rêves.

...

Allons, Donneuse, je te la joue au poker cette fois-ci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 1:06

Un courant d'air à travers un morceau brisé du vitrail ? Il m'a semblé voir un reflet étrange, tout-à-l'heure, sous l'oeil de la belle dame en bleu... Une larme de verre ? Ou l'injure innommable du temps qui passe sur son visage au sourire doux ? Un sourire de cristal, cerné de plomb... Fragile... Est-ce la tempête qui fait rage qui s'insinue à travers son regard immobile, et qui vient frôler ma joue ? Peut-être... Je ne sais pas... Je dormais, moi, comment voulez-vous que je sache ? C'était chaud, et l'air est froid. C'est tout ce que je sais.

Je m'étire un peu dans mon presque-sommeil. Je soupire. Je souris... Quelque chose de confus s'échappe de mon esprit prêt à partir en voyage. Un geste... Un salut ? Oui... Un salut de la main, main impalpable, un sourire de mes lèvres imaginaires, et j'envoie un baiser à une ombre de nuit, à un regard couleur de soleil fatigué. Nous partons ensemble, mais nos routes seront différentes, cette fois... Je pars courir par les montagnes où je vivais enfant, me rouler dans la neige d'un rêve qui me laissera au réveil le coeur un peu trop gros... Et toi, sombre volute d'âme, tu vas rendre visite à cette vieille amie évanescente qui rôde pour l'éternité entre les dalles froides qui recouvrent des os. Salue-là de ma part, faiseur de poches, chatouilleur de fortunes... D'autres me trouveront et m'enverront à elle, et toujours bien plus tôt que je ne le voudrais... Pas ce vieux roublard de roi qui faisait semblant d'être vieux et faible. Je parie que ce trompeur-là cache sous la chapelle une salle remplie d'haltères et autres engins propres à rendre à son corps décati la vigueur du meilleur guerrier ! Encore un narcissique qui refuse de vieillir.

Mais je te fais confiance, Nadhir, à l'esprit plus souple et léger encore que ne l'est ta patte aventureuse. Tu es un obstiné. Tu es venu et revenu encore frôler ce qui pourtant est le moins rebondi chez moi, ma bourse et mon humour... Tu viendras et reviendras encore chercher noises à ce vieux roi... Et tu finiras par trouver la faille. (J'ai entendu grincer sa spallière gauche... A bon entendeur...)

Bonne chance, Nadhir... Et à bientôt. Je dois te laisser. Mon rêve de vent et de neige ne m'a déjà que trop attendu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 13:38

Je fuis la Donneuse, avant qu'elle ne se rende compte de ma supercherie.

Evidemment j'ai triché! Comment peut-on récupérer son âme de voleur sans ça?

Encore ce labyrinthe. Heureusement, celui-ci ne fait pas partie des attributions de la Donneuse, c'est long, mais j'y suis en sécurité au moins. A moi la [size=small]belle[/size] vie!

Bon, au moins, je la préfère Elle que Charon. Me fout toujours la frousse celui-là, et il n'a aucun sens de l'humour...

Bref, je passe la porte, celle pour le monde des vivants.
Je sais qu'avant que je ne rouvre réellement les yeux, il va falloir passer par cette phase que j'aime pas.

Sentir n'être qu'une volute d'esprit, qui se condense, se ramasse, aspire à elle tous les résidus d'âme volés à droite et à gauche. Brrr.
Et ça, c'était la partie à peu près digne, parce qu'après, cette volute d'esprit qui est devenue fantôme, se change en un vrai aspirateur!
C'est qu'il en faut, de la poussière, des poils et des larmes, pour refaire un être vivant.
Très déplaisant, mais bien nécessaire pour pouvoir à nouveau fouler les terres argentées avec mes pattes à moi.

Enfin, pas pressé d'y retourner non plus hein.

Tiens...

Elle est toujours là elle?

Malgré le toit, les murs épais et les vitraux qui ne laissent passer que la lumière, les éléments qui se déchainent dehors se sont invités dans cette chapelle.

Etrangement, c'est comme si la neige et le blizzard - blizzard, vous avez dit blizzard? - se concentrent autour d'elle. Mais son corps, pas si recouvert que ça, n'a pas les frissonnements auquels je me serais attendu.

Je m'approche. Mon attention toute portée sur elle, c'est comme si je ne voyais plus les murs autour de nous, plus de vitraux, ma vision périphérique se réduit à du noir, et encore, trouble.

Au fur et à mesure, je la vois bouger. Non, pas comme dans son sommeil, ou en se réveillant, mais comme si elle roulait sur l'herbe, ou dans la neige pour autant que je puisse voir.

Je ne peux plus m'arrêter, je suis comme aspiré par cette vision, extraite d'un passé ou d'un futur, ou d'un ... songe?

Une seule pensée alors, peut-être idiote ou saugrenue...
On ne reveille pas un somnanbule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 20:06

Le ciel blanc, le sol blanc, les arbres vêtus de givre et de glace, presque invisibles... Couchée sur un matelas de neige, je n'ai pas froid. Je regarde venir à moi les flocons lourds, doux, légers comme des plumes de cygne... Le silence est presque total, tous les sons feutrés, couverts par les battements lents de mon propre coeur. Je souris. Je sais que non loin de là la clairière finit, et commence le bois, et qu'au-delà de ce bois dont je connais chaque détour je retrouverai les miens... Ils m'attendent. Que c'est bon de se dire que quelqu'un vous attend... Comme ça tient chaud...

Les flocons me caressent comme mille petites mains d'anges, ils glissent le long de mon corps allongé, s'accumulent contre mon ventre, mes bras. Je n'ai pas envie de me lever, pas encore... Je continue à leur sourire, à observer leur danse insouciante et la grâce de leur vol... Le froid m'enveloppe comme une couverture, comme une protection, quelque chose d'ami qui me garderait des douleurs du monde... Le froid m'engourdit, et cessent alors toutes les vieilles douleurs encore cachées dans mon corps... Le froid me recouvre... me recouvre...

Je ne bouge pas. Mes yeux sont grands ouverts. La neige indifférente vient se poser sur mon visage. Un flocon atterrit dans mon oeil gauche, et je reste immobile. Je voudrais cligner de la paupière pour le chasser. Impossible. J'essaie de bouger un bras. Il est comme mort, comme détaché de moi. Je m'affole. La panique vient, sournoise, me manger les entrailles. Ouvrir la bouche pour crier. Non. Mes lèvres restent étirées en un sourire stupide et figé. Secouer la tête, chasser la neige qui commence à s'accumuler sur mon front. Rien. Rien. Mon corps m'est devenu étranger.

Silencieuse, la neige continue à tomber. Elle recouvre mon visage. Bientôt, la lumière s'affaiblit, puis je reste seule, glacée, à hurler sans un bruit dans le noir.


Dernière édition par le Sam 9 Déc - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 20:36

Je l'observe, fasciné par le spectacle qui s'offre à moi.

Elle est là, immobile, souriante, laissant les flocons de neige la caresser.

Pas de froid, juste ce sourire, comme un sourire d'enfant qui aime voir tomber la neige sur lui, sans se soucier qu'après, il risque de choper la crève.

Il n'y a rien d'autre autour de moi, elle seule, devant moi, et les flocons, qui se font omniprésents.

Je l'imagine jouer avec cette neige, en faire un bonhomme, puis faire des boules pour attaquer ce bonhomme qui se mettrait à jouer à son tour...

Mais non, ça c'est juste mon imagination.

Toujours là, alors que les flocons se massent sur elles, ne sont plus seulement des points sur sa peau, mais des surfaces.

Lentement, elle se couvre d'une peau blanche et brillante.
Je l'imagine alors comme une princesse de glace, qui pourrait amadouer les ours blancs, faire un ballet féerique sur un lac gelé, et qui en respirant ferait laisserait s'échapper des petits cristaux scintillant comme les étoiles.

Non, bon, c'est vrai, c'est son rêve à elle, pas le mien.
Si c'était mon rêve à moi, ça aurait vite tourné au fantasme... mais je m'égare.

C'est dommage, je ne la vois presque plus maintenant, sous cette couche de neige.

Je m'approche tout doucement.
Je ne veux pas la troubler.
Mais j'ai aussi envie de la voir, elle, et pas une demoiselle de neige.

J'arrive un peu plus loin que son visage... Enfin là où son visage devrait être, sous la masse cotonneuse et diffuse qui la couvre.

Une inspiration, une expiration.

Je dirige mon souffle vers son visage, je voudrais que la brise se lève, et commence à emporter la neige, pour revoir Boadicea...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 30 Nov - 20:46

De plus en plus noir, de plus en plus froid.

Est-ce que c'est comme ça quand on est mort ? Quand on est vraiment mort, pour toujours, pas cette espèce de demi-mort temporaire et sans signification que j'ai subie tant de fois déjà ? Mais je ne veux pas être morte, moi ! J'ai des choses à faire, encore, des couchers de soleil à contempler, des fleurs à respirer, du vin à boire ! Il y a plein de chansons que je n'ai pas encore chantées, plein de larmes que je n'ai pas pleurées, les larmes de joie, j'en ai tout un stock intact ! Je ne peux pas mourir maintenant, je ne lui ai pas dit adieu ! Il va m'attendre, ses yeux doux se feront de plus en plus tristes avec les mois et les années, et il oubliera qu'il a rencontré la douceur et la tendresse, il oubliera que le monde n'est pas fait que de brutalité sans but, je ne veux pas ! Je lui ai promis que je reviendrais !

Mais le noir s'en moque... Le noir se tord sous mon corps lourd et immobile... Le noir s'enroule sur lui-même, se creuse, s'ouvre et je tombe en hurlant, la tête la première, je tombe dans une immensité glacée, accompagnée d'une gerbe de neige et de quelques bouts de rocher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Sam 2 Déc - 18:28

Mon souffle a un effet...
Mais pas vraiment celui auquel je m'attendais.

Oui, la distance entre la neige et la peau de la centauresse augmente, mais ce n'est pas la neige qui s'envole, c'est Boadicea qui s'enfonce, qui plonge.

J'ai à peine le temps de lancer mon bras en avant, dans une inutile tentative de la rattraper.

Pourtant, il y a quelquechose qui tient au bout de ma main, quelquechose qui tire, qui me ... hééééééé!!

Ma main, puis mon bras, et puis tout moi, se fait aspirer à la suite de la rêveuse.

Il n'y a plus que de l'ombre, de la neige... et la chute.

Le sourire figé de Boadicea a laissé place à une grimace de peur, et un hurlement qui me glace l'essence.

Jusqu'ou ira cette chute? quel sera l'atterissage?
Mieux vaut ne pas savoir.

Ais-je un semblant de mobilité ici?
Ma volonté est-elle suffisante pour vaincre mon inertie?

Je tends mes bras vers elle.
Je suis trop loin, bien trop loin.
Et même si j'étais plus proche, comment un esprit, une âme encore égarée, pourrait-elle freiner notre chute? Ma main passerait au travers d'elle...

Je ne sais pas si j'arrive à m'approcher, ou si c'est elle qui est moins loin, le fait est que la distance entre mes bras et elle diminue.

Dur, quel coffre elle a! Son hurlement aurait plutôt tendance à me faire fuir là.
On la croirait en plein cauchemar...

Mes mains atteignent finalement ses sabots et ... je les touche!
Oui, ils sont là, j'en sens la rugosité et la force...

Bizarre, je n'ai pas encore l'impression qu'elle ressente mon contact. Ou est-elle en choc de sa chute?

Je remonte lentement en prenant appui sur ses pattes, son flanc, son dos.
Je glisse mes bras sous ses épaules, en essayant de faire abstraction de ces magnifiques globes mammaires qui sont un peu sur le chemin.
Calme, Nadhir, calme.

Et là, mes bras autour d'elle, je tire vers le haut.
Euh, je sais pas comment, mais je tire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Sam 2 Déc - 23:42

Je tombe. Je tombais... Quelque chose freine ma chute, la ralentit, la suspend. Je flotte à présent. Je ne comprends pas. Tout n'est que ténèbres épaisses autour de moi, absence de sensation... Puis je prends conscience d'une présence. Quelque chose, ou quelqu'un. On me retient, deux bras passés autour de mon buste... Une chaleur dans mon dos. Un esprit que je reconnais. Une signature. Nadhir.

Immédiatement, ses bras et son corps prennent forme dans ma conscience. La fourrure sombre et douce sur son corps, la forme de ses bras, même son odeur. Il est là. C'est lui qui a transformé en vol lent la chute vertigineuse... Mais je suis bien lourde pour ses forces... Et de toute façon, où m'emmènerait-il ? Même vers le haut, tout est noir à présent...

Je referme mes mains sur ses bras, rassurée par sa présence, mais terrifiée malgré tout... Où allons-nous ? Quand cette descente prendra-t-elle fin ? Je tords le cou, tourne la tête, pour cacher mon front contre sa fourrure tiède...

Puis, d'un coup, le sol est là. Mes pieds touchent une surface dure. Dallée. Sonore. Echo d'une pièce immense... Les ténèbres deviennent pénombre, et je vois, très loin, presque perdus dans le sombre lointain, des murs, une voûte... Nous y voici. Où, je ne sais. Si ce n'est que j'ai la certitude, et cette certitude me tord les tripes, que rien de bon ne nous attend ici.

Comment est-il venu ? J'étais seule, et le voilà... Comment a-t-il fait ?


- Nadhir... Où sommes-nous ?

Petite voix de fillette affolée... Un souffle, à peine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Dim 3 Déc - 0:41

Boadicea dans mes bras finit par se calmer, se rendre compte de ma présence, réconfort?

Ma fourrure douillette lui sert de refuge, pendant quelques instants. Je ressents quelquechose au fond de mon coeur, paternel, protecteur, mais aussi de l'impuissance. Je ne sais pas de quoi la protéger, ni comment.

Peut-être par mon effort, ou tout simplement son réveil, ou encore les règles du jeu, notre chute se ralentit, et nous finissons par toucher un sol.

Enfin, ses sabots finissent par toucher le sol, parce que moi, agrippé que j'étais à ses épaules, je me retrouve à califourchon sur sa croupe.

J'en descends prestement, gardant mon bras autour de sa taille - parce que je suis trop petit pour rester accroché à ses épaules - pour garder ce contact rassurant. pour qui?

Mes yeux s'accoutument à l'obscurité. Et je n'aime pas ce que je vois.
Des murs, froids, intemporels et oppressants.
Une voute qui a remplacé le puit de notre chute, et qui cache les étoiles, malheureusement.
D'un côté, pas de mur, la continuation de la galerie, à perte de vue.
De l'autre ... même chose.

J'entends un murmure, plein de crainte et d'interrogation. Boa.

Je prend sa main dans la mienne, pour essayer de lui donner un peu d'assurance, à défaut de réponses.

Dis moi, Boa, à quoi cet endroit te fait-il penser?

Un bruit qui vient du fond de la galerite...
Un roulement, comme une sirène qui s'amplifie, comme une cavalcade qui se rapproche, comme un orage qui se prépare à déferler.
Je déglutis péniblement, une sensation amère dans la bouche.

Viens!

Ma main toujours dans la sienne, je la tire dans la direction opposée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Dim 3 Déc - 0:53

Sa question me vrille la tête. La réponse est évidente, mais je n'arrive pas à l'exprimer. Immensité froide et sans vie. Lieu hors du monde. Hors du temps. Temple. Faucheur.

Le son derrière moi. La ruée. La Chasse. Evidemment. Quoi d'autre ? Nadhir me tire en avant. Oui. Fuir. Fuir le plus vite, le plus loin possible... (mais jamais assez vite, et jamais assez loin... )

D'un geste je l'attire à nouveau sur mon dos, il est si léger, il ne gènera pas ma course, et je ne peux pas l'attendre, impossible, la terreur qui m'empoigne est trop présente, trop pressante, pour perdre une seconde de plus... Ses mains nouées autour de moi à nouveau, je prends mon galop le plus rapide, les dalles sombres défilent, le vent me brouille la vue... Jamais je n'ai courru aussi vite, je fonce dans l'obscurité, légère et véloce, mais aucune ivresse ne vient me réchauffer le coeur, contrairement aux autres galops que je m'octroie pour mon plaisir quand une plaine verdoyante offre son sol égal à mes pieds impatients...

Je fonce éperdument, aveuglément, droit devant moi, poursuivie par le fracas de la chasse. Les yeux larmoyants grands ouverts sur l'obscurité, l'attention rivée sur le bruit, cherchant à évaluer la distance, se rapproche-t-il, s'éloigne-t-il, ai-je une chance de leur échapper...

Aussi n'est-ce pas surprenant que je ne remarque que très tard que les murs se rapprochent et que la voûte descend...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Dim 3 Déc - 2:04

Elle ne répond pas à ma question, mais ses yeux m'en disent davantage. Malheureusement, je ne suis pas sûr de comprendre tout ce que ça veut dire.

En revanche, elle répond très bien à mon invitation pressante, en partant au galop avec moi.
Je me retrouve une fois de plus sur elle, m'aggrippant à sa taille.

La peur qu'elle ressent s'immisce de plus en plus en moi.
Nous sommes poursuivis, et je ne peux qu'imaginer par quoi.

Je ne regarde pas devant nous, je me serre contre son dos, tout en gardant un oeil en arrière.

Rien encore, seulement l'obscurité, et le bruit...

Là! Mince, déjà, ça se rapproche, et ça enfle, et ça gronde, et ça fout les jetons!

Son galop se ralentit. Mais non, il ne faut pas, ils vont nous rattrapper comme ça!

Je comprends bien vite mon erreur. Plus très loin devant, il n'y a plus aucun endroit ou galoper, juste un mur, infranchissable.

Pourtant, là-haut, il y a comme une lumière... une ouverture?

Bon sang, oui!

Je saute à terre, me rue vers le mur, sors mes griffes.
Il suffit d'escalader, quelques mètres, une dizaine peut-être...
Facile...

...

Non...

Facile pour moi, mais pour elle?

Impossible.

Je retourne vers elle, penaud d'avoir pensé à cette échappatoire, qui n'en est pas une pour elle.

Je regarde autour, une cachette peut-être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Dim 3 Déc - 14:33

Le mur. Piégée. La lumière là-haut. Inaccessible.

Les parois se sont rapprochées, juste l'espace pour me tourner, et encore. Je me heurte au mur du fond, espérant contre tout espoir qu'il cède devant moi, je me cabre, le frappe de mes sabots, de mes poings, terrorisée et gémissante, les yeux élargis. Je me retourne face au bruit qui s'amplifie, qui se rue vers nous, la croupe tassée dans le coin du mur. Même pas une arme, rien. Et ils approchent, ils approchent, j'entends maintenant leurs cris de rage, leur hululements fous, leurs rires stridents de déments. Les mêmes que j'ai poussés moi-même, frénétique, lancée à plein galop dans l'ardeur de la Chasse.

Bientôt j'entrevois dans l'obscurité les formes mouvantes qui s'avancent à une vitesse impossible, l'éclat rouge des yeux, le reflet blanc sur les dents découvertes. Je tremble comme une feuille, prise de panique, je fouille le couloir d'un dernier regard désespéré, m'attardant une seconde dans les yeux sombres de Nadhir, puis je cherche à nouveau, je cherche ce qui n'est pas là, une échappatoire, une anfractuosité, n'importe quoi qui me permette...

Comment ne l'ai-je pas vue plus tôt ?

Un soulagement indicible me serre la poitrine comme je remarque enfin une mince ligne plus sombre. Et plus je la détaille, plus elle semble se préciser, prendre de la réalité. Impossible d'y passer. Trop étroite. Tant pis, il faut essayer. Et je sais que c'est insensé, mais je parviens à glisser mon corps dans cette fissure pas plus large que ma main ouverte. Etait-elle plus grande qu'elle n'en avait l'air, ou mon corps serait-il soudain devenu compressible, je ne sais, mais ça passe, miraculeusement.

Pas le temps de me poser la question. Ils sont presque sur moi. Un dernier regard en arrière, vers mon compagnon félin suspendu à la paroi. Fuis si tu le peux ! Je fais deux pas de plus, et son absence vient m'agripper le coeur. Je ne peux pas. Je ne peux pas le laisser en arrière, même si sa voie est plus sûre que la mienne, j'ai besoin de lui, seule dans ces ténèbres avec la Chasse à mes trousses, je vais céder à la panique, je vais devenir folle, j'ai besoin de toi, s'il te plaît, Nadhir, il est encore temps ! Ne me laisse pas !

Je tends la main en arrière, les yeux suppliants... Ne me laisse pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Lun 4 Déc - 12:55

Plus le temps, ils sont là.

Je n'ai eu que la présence d'esprit de grimper quelques mètres, vite, pour être hors d'atteinte de leur naseaux fumeux et des flammes de leurs yeux.
Suffisant?
Je ne sais pas.

Un regard vers Boa, elle a réussi à se faufiler dans un trou de souris!
Oui, vas-y, pars, moi j'arriverai à me débrouiller!
J'essayerai de les garder à mes trousses, pour qu'ils te laissent une chance!

Elle me voit monter, plus encore, le long de la paroi.
Elle ne fuit pas.
Est-ce que la fente par laquelle elle est passée est suffisament étroite pour empêcher ses poursuivants de passer?
Elle reste là, tétanisée encore.
Une plainte, une supplique à mon encontre.
Je disparais dans l'obscurité des hauteurs...

...

Elle se retrouve comme piégée.
Un trou de souris, oui, mais est-ce à l'abri de la patte de ces chats sanguinaires qui ne veulent que la croquer?
La brèche semble comme trop étroite à présent, comme si elle se referme, l'emprisonne.
Elle ne peut plus manoeuvrer, ne peut plus avancer, ni reculer.
Obligée de voir les sourires carnassiers de son cauchemard, qui prennent le temps, savourent déjà leur festin annoncé.

Plus rien, plus de combat, plus de fuite, est-ce l'heure?

Viens-là toi!

Un appel, derrière elle, du côté liberté.
Le félys qui a fait le tour, et vient maintenant la tirer vers l'exterieur, la faire s'échapper.

Je tire sur elle.
Malgré ma faible force, je parviens à la faire glisser vers moi.
Enfin!

Tombant tout les deux à la renverse, dehors, nous sommes juste hors de portée de leur forêt de griffes, qui fouillent à l'aveugle à travers la brèche.
Trop étroite pour eux?
Pour combien de temps?

Je me relève, la serre dans mes bras en l'aidant à se relever aussi.

Autour de nous, le décor a changé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Mer 6 Déc - 0:23

Bloquée, coincée, piégée. Perdue. Ils sont là, et je ne peux plus faire un pas ni même tenter de me retourner pour leur faire face. Je vais crever comme un rat dans son trou, tuée dans le dos par une meute hurlante et ricanante.

Puis cette traction sur ma main. Inutile... Nadhir, c'est inutile, je n'irai pas plus loin. Ce foutu corps de monstre me trahit une fois de plus... Là ou n'importe quel humain se serait faufilé sans mal, moi je reste plantée comme une carne stupide, les flancs écrasés contre les murs râpeux. C'est pas la peine, Nadhir... Comment veux-tu ? Même le plus baraqué des orcs ne me sortirait pas de là. Un orc... Oui, même toi, Yrrch... Mieux vaut que tu ne sois pas là, même si ça me déchire le coeur de savoir que tu attendras en vain, dans l'incertitude...

Nadhir, arrête, puisque je te dis que ça ne sert à rien de t'acharner. Ils sont là, je sens leur souffle sur mes jarrets, déjà... Tu t'obstines, tu t'échines, mais...

Mais...

Mais ça marche ! Soudain le roc abandonne sa prise sur mes côtes écorchées, et je tombe en avant, comme une masse, il s'en faut de peu que je ne te tombe dessus ! Une griffe rageuse fouaille l'air derrière moi, accompagnée d'un rugissement de colère impuissante... La fissure se referme... Plus qu'un interstice, à peine. Suis-je vraiment passée par là ?

Je tremble comme une feuille. Agenouillée par terre, j'enfouis mon visage contre la poitrine de Nadhir, cachant mes lèvres frémissantes dans sa fourrure épaisse et sombre, je m'y blottis, je m'y ensevelis, j'aimerais y disparaître, ne plus entendre les cris, les hululements de rage démente qui viennent de si près, bien trop près encore...

Les frissons se calment, lentement... Ses mains douces me réconfortent, m'offrent un appui pour me relever. Incapable du moindre mot, je ne peux que le fixer, hébétée, éperdue de reconnaissance et de soulagement. Le silence nous environne. Les hurlements se sont tus. Je relève enfin les yeux.

Le lac brille sous la lune. Le lac autour de l'île, et les cascades. Le chant des oiseaux de nuit. Paisible et enchanteur... C'est cette nuit-là. J'en suis sûre. Et c'est cet endroit même. J'en reconnais le moindre détail. Sur la berge herbue, doucement inclinée, une chose nouvelle. Un rocher à ras de l'eau. Et une fleur pâle et rosée. Mon coeur se gonfle, je dois rougir violemment... Et un sourire me vient malgré moi.


- Nous sommes en sécurité, ici...

Je tourne les yeux vers mon compagnon. Ses yeux brasillent comme deux cornalines. Le frisson me reprend...


- Tu les as vus, n'est-ce pas ? Tu les as vus, les Chasseurs... Mais ici, ils ne pourront pas me trouver, jamais. Jamais...

Pourvu que ce soit vrai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Mer 6 Déc - 12:24

Passé la brèche, nous nous retrouvons dans un havre de paix, en tout cas comparé à notre précédent emplacement.

Le visage de Boa se perd dans ma poitrine, comme pour se cacher.
Comme une petite fille qui a peur de l'orage, et qui pense qu'en ne le regardant pas, il n'y aura pas ni éclair ni tonnerre.

Quelques caresses dans ses cheveux, pour la calmer, la rassurer, lui faire oublier le temps de quelques respirations ce qu'il y a derrière nous.

Finalement, en nous relevant, Boa remarque notre environnement.
Passée ma surprise, c'est un sourire chargé de bonheur que je vois éclore sur ces lèvres.
Des souvenirs...
Lesquels? je ne sais pas, mais j'imagine sans peine les temps insouciants, ou passionnés, que l'on peut passer dans un tel endroit.

Pendant quelques secondes, je crois parfaitement à la sécurité qu'elle m'assure.
Et puis une ombre, un doute.
Je crains ce doute, c'est certainement lui qui nous met en danger ici.
J'essaye de le balayer.

Ils ne sont plus là, ils sont restés enfermés entre les murs de leur propre cauchemard.
Je n'entends plus de bruit de la Chasse, le mur avec la brèche a disparu.
Je me retourne vers la cascade, le rocher, la fleur... Je prends un grand bol d'air frais et parfumé.
C'est merveilleux ici, on s'y sent comme dans un cocon, bien au chaud, bien douillet...
Je prends sa main, l'emmène vers la cascade.
Comme tu dois avoir des souvenirs de rêve d'ici.

Un sourire, oubliant ce qui s'est passé avant,
un sourire, qui ne fait que profiter de ce que la nature fait de plus beau,
un sourire, qui vient du coeur et qui parle au coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Jeu 7 Déc - 23:55

La peur s'est tapie dans un coin d'ombre, elle est encore là, quelque part, au fond de ma tête, comme toujours. Elle n'a jamais cessé d'être là, depuis cette nuit maudite, cette nuit où la rage a remplacé mon sang pour la première fois. Elle a toujours rôdé dans un recoin de mon esprit, sauf une fois, une seule fois, l'espace d'une heure où l'impossible n'existait plus. Cette heure est passée, enfuie, mais sa puissance est telle que la peur recule devant elle, se réduit, se comprime, laisse sa place à une sérénité si douce...

La nuit, la lune, le clapotis de l'eau... L'impression de renaître et de me redécouvrir, insouciante comme quand j'étais enfant, oublieuse des peines et des larmes qui gonflent mon coeur, jour après jour interminable. Je me retrouve comme une chair fraîchement cicatrisée, encore fine et fragile, terriblement sensible, mais tellement gorgée de vie, d'espoir...

Une main serre la mienne, je ne sais plus très bien à qui elle est, mais c'est une main amie. Les yeux plongés dans la clarté d'argent de la lune, je referme mes doigts sur cette main, et c'est comme si la vie pouvait s'écouler de l'une à l'autre, et avec elle, la joie, l'exaltation, l'impression de bondir, de voler vers la lune... Immobile, les pieds dans l'eau, je me repais de lumière, je me repais de la brise douce qui nous caresse. Tant de beauté, de grandeur, l'immensité du ciel piqueté d'étoiles, le visage rond et blanc suspendu au-dessus de l'eau, et ses reflets qui dansent... Et je savoure le contact de cette vie intense et vibrante qui semble se mêler à la mienne, s'entrelacer à elle, s'amplifier d'elle...

Portés par cette vague, jusqu'où irons-nous, Nadhir ? Crois-tu que nous irions jusqu'à la lune ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Ven 8 Déc - 0:28

Nous avançons vers la cascade, main dans la main, pieds et sabots dans l'eau.

La lune, qui fait briller ses reflets dans les ondes de l'eau.
Et au-delà, les étoiles. Est-ce que tu les vois, Boa, ces étoiles?

Elles sont là, et elles sont si loin.
Inaccessibles, et pourtant il suffit de tendre le doigt pour en toucher la lumière, le scintillement.

Es-tu déjà montée là-haut, Boadicea?
C'est facile, il suffit de fermer les yeux, se laisser porter par notre coeur, par nos yeux d'enfants.
Tu sens comme tu es légère, toi la fière centaure? Plus légère encore que moi tout à l'heure lorsque que tu me portais sur ton dos.
C'est la brise qui se glisse entre tes pattes, qui tourbillonne, qui t'enveloppe pour t'emporter.
T'emporter là où les zéphirs veulent, là où tu veux.

Un clin d'oeil, et je prends sa deuxième main dans la mienne, tend les bras, et commence une danse en l'entrainant dans ma ronde.

Derrière nous, derrière elle, le paysage tourne, tourne...
Il semble s'éloigner, comme par une force centrifuge...

Peut-être sommes nous déjà en route pour la lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Sam 9 Déc - 19:58

La brise est autour de moi, partout autour, légère et douce, elle flotte, elle rit, je suis la brise, le souffle, le rire, et le monde s'efface autour de moi, c'est le ciel qui m'enveloppe comme un regard tendre, et moi je lui souris, je me renverse et je plonge entre ses bras...

Plus rien de solide, plus rien d'autre que les mains de Nadhir et ses yeux de soleil couchant, plus rien que la certitude que plus rien ne peut m'atteindre, plus rien de ce vieux monde, car je l'ai quitté comme le fermier quitte ses galoches boueuses à la fin d'une journée harassante...

Je ne sais pas où tu m'emmènes, mais je te suis. J'ignore ce qui m'attend. Et je m'en moque... Rien ne peut être pire que ce que je laisse derrière moi, tant de peines et de blessures, et une seule vraie tendresse, un seul véritable regret...

Je m'en moque, entends-tu ? Je veux te suivre ! Je veux aller voir au-delà de la lune si ces autres points brillants ont le même visage qu'elle ! Je veux traverser ces immensités sombres et voir si on y nage comme dans l'eau profonde. Je veux aller saluer celui qui est fait d'étoiles et qui est pourtant de la même race que moi, il est juste au-dessus de moi, mon père me l'avait montré, il est là et il m'appelle, je sais que tu peux m'y emmener, Nadhir, je t'en prie, ne me lâche pas, empêche-le !

Nadhir, ne le laisse pas me ramener là-bas... Il est revenu. Son visage fou vient de me reprendre. Il est à nouveau là, malgré tous mes efforts pour l'oublier, il est revenu, et il me retient, je le sens comme si sa main s'accrochait à l'un de mes pieds pour me ramener au sol et m'y clouer, m'y crucifier à nouveau, déchirée et gémissante. Il est revenu du fond de ma tête où je croyais l'avoir enfermé avec toutes mes souffrances et les morceaux de mon coeur brisé. Il s'est enfui je ne sais comment, balayant les obstacles d'un geste nonchalant, son éternel sourire railleur flottant au coin des lèvres, il a fracassé d'un seul regard le souvenir doux de cette heure magique au bord du lac, où j'ai cru enfin me libérer de lui. Il est là à nouveau, il règne à nouveau sur mon âme, en tyran destructeur qu'il est, et ses yeux d'ombre me narguent à nouveau sous ses cheveux de lune, il me nargue et sa voix, je l'entend comme s'il était à côté de moi... Il me dit que je ne suis qu'une femelle centaure, ni femme ni cheval, humaine ratée, un monstre au corps lourd et sans grâce, et que les centaures ne volent pas.

Les centaures ne s'enfuient pas dans les étoiles, noublient pas leurs tourments, jamais.

Les centaures sont trop lourds pour s'envoler sur la brise, les mains liées aux douces mains d'un félys...

Les centaures ne peuvent que basculer lourdement en arrière, retomber dans le lac, et s'y noyer...

Nadhir... Je vais me noyer...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Lun 11 Déc - 13:28

Nous tournons, comme dans une danse, comme dans un manège, comme dans un tourbillon.

Je vois ses yeux, qui reflètent les étoiles qui nous aspirent.

J'arrive à sentir tout ce qu'elle ressent, tout ce qu'elle ne dit pas.

Mon coeur gonfle de ses joies, de ses espoirs, de son insouciance enfantine...

Je suis prêt à tester tous ces mécanismes à la Cyrano pour monter vers ces orbes opalines, et découvrir les états et empires des étoiles et de la Lune.

... et mon coeur s'assombrit, à mesure de sa peur, de sa perte, de cet oeil critique qui la rabaisse et que je ressents autant qu'elle.

Mes mains se resserrent sur les siennes. Elle s'abandonne à ses craintes, se laisse convaincre de sa lourdeur. Terre-à-terreur.

Noyade?

Sa tête tombe en arrière, déjà elle suffoque, ses yeux ne voient plus le ciel qu'à travers une mince pellicule d'eau... salée.
La mer?
Non, des pleurs.
Toujours dans mes bras, quelquepart au dessus du lac, ses larmes la noient, comme elles noient son coeur et son espérance.

Va, Boa, pleure.

Ces larmes qui coulent, il ne faut pas les retenir, il faut les laisser aller, il faut les évacuer, les utiliser!
Ne laisse pas ton coeur se remplir de cette océan de tristesse, il vaut bien mieux que cela. Il suffit d'une goutte de tendresse pour l'épancher complètement.

Ressens!

Qui es-tu?
Une moitié de cheval affublée d'une moitié d'humaine?
Une coquille vide et difforme, qui ne sait rêver?
Non, tu as toute l'élégance d'une jument et la fougue d'une bohémienne!
Tu n'es pas une collection de parties, mais une somme de tout!
Et qu'est-ce qu'il y a autour, entre et en tout cela?
Il y a ton coeur, il y a ton esprit, il y a ton rêve.
Toi seule en a les clefs, toi seule en pose les limites.
Laisse tes larmes noyer ton amertume, et plonge dans mon regard.
Je ne peux te tirer, à peine te guider.
Rends moi fier de toi, ne prend plus comme horizon que les étoiles.

Et vole!


Mes mains la quittent, comme on laisse un enfant apprendre à nager.
Mes paumes vers le ciel, je voudrais l'aider à s'envoler.
Mais je ne le ferai pas.
Oui, elle peut me rendre orgueilleux d'elle... toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Mar 12 Déc - 2:26

Des caresses légères sur mon âme meurtrie et frissonnante, la chaleur douce d'un soleil déclinant pour réchauffer mon coeur transi... Du baume sur une plaie béante, patiemment déposé, touche après touche légère... Ce qu'il dit n'éteint pas la souffrance, non, rien au monde ne le pourrait. Mais sa douce insistance, sa confiance en moi, si ferme, alors que moi-même je n'y crois plus, l'absence de pitié, surtout, je ne supporterais pas qu'il me plaigne...

Et il ne me plaint pas. Il se contente de me renvoyer à moi-même, de raviver le souvenir de celle qui s'était redécouverte belle et désirable, malgré son corps, et grâce à lui... Il s'éloigne, calme et résolu, il ne juge pas, il ne s'apitoie pas. Et dans son regard franc, pur de tout mensonge, je me découvre le droit de pleurer enfin... Car j'ai crié, hurlé, tempêté, j'ai gémi sur ma propre indignité, oui, mais jamais je n'ai pleuré ce que j'ai perdu... Jamais je n'ai laissé l'eau emporter hors de moi le manque et le regret... Je les ai gardé précieusement, jalousement, je les ai astiqués pour qu'ils brillent, tous les jours je les ai ramené à ma mémoire, plongeant et replongeant ce couteau dans mon ventre, me flagellant moi-même de souvenirs qui mordent... Refusant de pleurer, d'oublier, de guérir...

Les yeux noués aux siens, je reste silencieuse. Je ne tombe pas. Je ne meurs pas. Je refuse le monstre qu'il a fait de moi. Je refuse la faute d'être ce que je suis. Je refuse le mépris, le dédain et la haine. Qu'ils sortent de moi, ces venins, ces poisons, qu'ils quittent enfin mon coeur, lavés par les larmes, chassés par le souffle profond qui gonfle ma poitrine avec le sanglot qui monte.

L'eau coule. Boueuse, épaisse... C'est si difficile, mes yeux me font si mal... Mais il faut les laisser sortir, et elles deviendront plus claires, plus pures, je le sais, déjà elles coulent plus facilement, et avec elles s'en vont la boue, la crasse, l'immondice dont je me suis couverte, honteuse qu'un inconstant n'ai pas voulu de moi.

Et apparaît alors, là tout au fond, auparavant cachée, enfouie sous les couches immondes de mon propre mépris, la lueur blanche, aveuglante... C'est là qu'est la souffrance vraie, celle qui est belle. Nettoyée de l'amour-propre blessé, de l'orgueil bafoué, de l'auto-apitoiement, elle éclate enfin, magnifique et pure. Elle peut enfin m'emplir, des pieds à la tête et jusqu'au bout des doigts, intense et rayonnante comme une étoile qui naît.

Je t'aimais. Je t'ai perdu. Je suis vide, creuse, désertée, plus rien n'existe que cette souffrance, enfin avouée, enfin admise dans toute sa simplicité.

Les larmes coulent transparentes. Et mes yeux sont ouverts, tournés vers le centaure d'étoiles. Puisse-t-il être témoin de la fin de mon aveuglement. Et du début de ma guérison. Dépouillée enfin de tout artifice, le coeur à nu sous les étoiles, je peux reprendre ma route... Quelque part sur des dalles de pierre, une centauresse endormie trempe ses cheveux de larmes. Sa route à elle reprendra demain, et elle la trouvera moins sombre et plus facile, même si son coeur n'est pas plus léger, et elle ne pourra se l'expliquer...

Mais demain est encore loin, si loin... Plus loin encore que le centaure d'étoiles. Je ne connais pas son nom. Crois-tu qu'il voudra bien me le dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Mar 12 Déc - 12:29

Des mots sans légèreté, des mots sans douceur?
Des mots qui ressentent, mais des mots sans coeur?
Des mots qui forcent, qui font frissonner,
Des mots qui n'acceptent pas l'abandon.

Ces mots-là, Boadicea les entend, les recueille, les pondere, les ressents, les fait siens, elle s'en fait une nouvelle couronne de fleurs, de celles qui transfigurent la beauté.

Enfin, elle pleure, vraiment, sans se retenir, sans crainte, et sans tristesse. Ce sont des larmes qui apaisent, qui guérissent, qui lavent, et ce sont les seules qui tombent.

La centauresse, elle, devient plus légère à mesure qu'elle fond. Son coeur s'ouvre, se déploie, se montre à elle-même. Elle le redécouvre. Qu'est-ce qu'elle y trouve? Elle seule le sait, et pour cela, j'en suis heureux.

Une souffrance encore? Le témoin de sa renaissance, de son envol. La liberté n'est pas gratuite, le prix à payer souvent amer, mais c'est grâce à lui qu'on la chérit vraiment.

Son regard, à travers ses larmes, percent le ciel nocturne.
Focalisés.
La constellation du centaure.
Son oeil scintillerait-il? Sa main nous appelle-t-elle?

Un sourire échangé avec Boa, un accord tacite.
Nos mains qui se rejoignent, pour commencer la balade.
Ce n'est plus elle qui me porte, ce n'est pas moi qui la tire, c'est nous qui voyageons.
Les yeux fixés sur ces étoiles qui nous réchauffent et nous murmurent.
Plus de ligne d'horizon, rien que l'immensité qui s'offre à notre découverte.

Mais là-bas... Ah, là-bas, malgré mes yeux rêveurs, mon nez toujours levé vers les étoiles, même en plein jour, je ne peux pas aller trouver ce centaure-là. C'est une route qu'elle doit prendre toute seule, j'en suis incapable. Incapable? Ou impressionné? Ou craintif? Ou alors simplement sans volonté de voir de près ces étoiles que je vénère de loin.
Le murmure que je perçois d'ici, ne se transformera-t-il pas en cris là-bas?
Ce scintillement fantastque qu'il me plait tant de discerner, ne se changera-t-il pas en lumière aveuglante, qui grillera mes yeux?

Boa, vas-y, va découvrir ces merveilles, moi je n'en ai pas le courage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Mer 13 Déc - 23:57

Le voyage est sur le point de commencer, mais...

La chaleur de ta main me quitte doucement, et je me tourne vers toi, surprise... Alors on ne va pas voir le centaure d'étoiles ? J'en avais envie, pourtant... Mais seule ?...

Non. Je n'ai pas envie d'être seule, même pour cette aventure-là... J'aime partager, moi, partager la joie, l'amour, la peine ou les rires, partager l'exaltation et l'ivresse, partager l'aventure... Seule... Même le meilleur des vins prend un goût fade quand on le boit en solitaire...

Non, je n'irai pas seule. Pas cette nuit... Désolée pour le centaure d'étoiles, mais il a l'éternité devant lui, il peut m'attendre encore un peu... J'irai le voir une autre nuit, une autre sorte de nuit... Car celle-ci, ou ce qu'il en reste après l'horreur, après les larmes, j'aimerais en faire un cadeau...

Tu m'as suivie dans les méandres de mon esprit, tu as soufflé sur mes yeux humides, tu as serré mes mains tremblantes, tu as été le roc, dur mais solide, où j'ai appuyé ma faiblesse, contre lequel j'ai brisé le carcan qui m'entravait. Mon corps fut libéré il y a quelques temps de celà, ainsi que mon coeur, par de grandes mains rudes et un regard d'enfant émerveillé... Il restait l'âme. Travail délicat que de me faire voir à travers le regret, le ressentiment et le dégoût... J'ai vu, et j'ai compris. Je n'ai plus de haine. J'ai toujours peur, j'ai toujours mal, mais je ne hais plus... Ni moi. Ni lui.

Je suis ce que je suis. Rien de plus. Il en est de même pour tout être au monde. Et on ne peut exiger de personne qu'il soit autre que ce que sa nature lui dicte... Il a suivi sa nature. Je suivrai la mienne, désormais.

Ma nature me dit qu'il faut toujours rendre bienfait pour bienfait... Je ne sais quels sont tes démons, ni même si tu en as. Mon âme est nue, la tienne me reste cachée, ça aussi c'est ma nature, je ne connais pas la pudeur... Mais il est quelque chose que je peux t'offrir, quelque chose que tu ne connais peut-être pas. Un plaisir que je veux partager avec toi...

Les étoiles nous sourient, et le monde est lisse devant nous, grand ouvert. Par là, c'est le côté du soleil. Partons à sa rencontre, Nadhir. Je n'ai jamais vu de plaine aussi vaste, d'herbe aussi douce, et mes pieds dansent déjà, impatients... Laisse-moi t'offrir l'ivresse de la course qui emporte le souffle et fait pleurer les yeux. Laisse-moi te donner la rude caresse de l'air frais et piquant qui plonge dans ta fourrure comme une main joueuse.

Laisse-moi t'emmener vers l'aube à la vitesse du vent... Allons réveiller le soleil, Nadhir... Viens...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadhir
Palpeur d'écu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1483
Age : 39
Jeu : Des étoiles qui brillent dans mes yeux
Race : à griffes et à poils
Classe : Les mains dans les poches
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   Ven 15 Déc - 12:53

La centauresse commence à s'élever, vers les constellations scintillantes. Bientôt, pourtant, c'est bien de l'air frais qui vient caresser sa main, au lieu de la chaleur de ma fourrure. Elle s'arrête, interloquée, me regarde...
Non, vas-y Boa, continue. Ne t'arrête pas pour moi! Va voir ces merveilles, et raconte-moi ce que tu en as ressenti!

Mais non, elle ne reprend pas sa route, elle me regarde, et je vois dans ces yeux toute la dureté que j'ai eu à son encontre, toute l'amertume que je lui ai faite ressentir... Mais ses yeux sont reconnaissants.

Un sourire.
Du fond du coeur.

Oh, comme tu me récompenses déjà! Je ne suis qu'un être féru de liberté, et je m'octroie souvent celle de vouloir briser les carcans des autres. Parfois avec témérité, parfois avec folie...
Mais quand je vois une fleur s'ouvrir à nouveau, je suis aux anges.

Un cadeau pour moi? une découverte, une nouvelle expérience?

Boa me prend sur son dos, à nouveau, et referme mes bras autour de sa taille.
Elle ouvre alors les bras, comme pour embrasser le vent de l'aube.
Moi, je ferme les yeux... Je sens entre mes cuisses ses muscles se bander, entre mes bras, sa respiration, profonde.
Petit moment sans bruit, sans mouvement.
Et puis l'impulsion! je suis tiré vers l'avant, mes membres tentant de ne pas entraver la belle mécanique de sa course. J'entends le claquement de ses sabots sur la brise, de plus en plus rapides. Les battements de mon coeur et ma respiration semblent prendre le rythme. Notre vitesse augmente, continuellement, comme s'il n'existait pas de limite. Au fur et à mesure, je sens le vent décoiffer mes boucles sombres, siffler à mes oreilles, rafraîchir mes joues. Je sens Boa se réchauffer de sa course.
Dans mes narines, je commence à repérer l'odeur de la rosée, des premiers rayons de soleil qui caressent le haut des blés. J'entends au loin quelques cris d'animaux, saluant le nouveau jour qui nait, tels des rois mages. Et nous, nous cherchons l'étoile, celle qui donne vie à nos terres, celle qui nous illumine, qui nous réchauffe le coeur et l'âme, celle dont on languit la nuit, et que l'on craint au plus fort de l'été, le soleil.
Je suis partagé entre l'envie d'ouvrir les yeux plus tard sur un spectacle grandiose, ou maintenant pour en discerner toutes les nuances.
Oh non, je suis trop curieux, et il y a quelque chose que je ne veux pas louper.
J'ouvre les bras à mon tour, de chaque côté. Le vent me pousse en arrière, mais je ne tombe pas, je veux être comme la voile du bateau, qui se gonfle d'orgueil sous la brise.
Lentement, et alors que mes autres sens se rassassient déjà, j'ouvre les yeux. Le ciel n'est déjà plus noir, la terre a déjà des couleurs. Et à l'horizon, là-bas, on sent l'imminence des premiers rayons. Le soleil est en train de se préparer, en coulisses. Il a encore toute une journée de représentation, sur scène. Une journée à être parfait, comme d'habitude, de son entrée à sa sortie, à être flamboyant, brillant, chaleureux tout à la fois. Son registre à lui. Et pour commencer, pour son entrée en scène, il doit marquer les esprits, s'imposer, tout de suite.
Je guette cette entrée, je l'attends, l'espère.
Là!
Le premier rayon, comme un diamant qui perce l'ombre de mille feux, comme un clin d'oeil du ciel, comme la première étoile que l'on aperçoit en levant les yeux vers le ciel de jais.
Je n'aurais raté ça pour rien au monde.
Et comme dans un ballet parfaitement chorégraphé, à partir de ce premier rayon, c'est une multitude de couleurs qui irisent le ciel. Les nuages comme support, le ciel comme fond, et des yeux de gosses comme spectateurs.
Je serre les épaules de Boa de mes bras, glisse mes lèvres jusqu'à son oreille, et lui murmure.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontres au chateau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontres au chateau
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque Med/FAN (moyen age) :: La Forteresse abandonnée :: L'ancienne Forteresse des Ithryn Luin :: La forteresse par-delà... :: Là où les mondes se frôlent...-
Sauter vers: