[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre glaciale

Aller en bas 
AuteurMessage
Sharden
Saltimbanque
avatar

Féminin Nombre de messages : 191
Age : 26
Jeu : Paria
Race : Humaine (Euh...)
Classe : Barbare (Mouai XD)
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Rencontre glaciale   Dim 12 Nov - 1:50

Tiens…

Je rentre de la chasse. Mitis m’accompagne, fidèle compagnon de tous les périls rencontraient. Fidèle ami surtout. Je déambule dans les ruelles les plus sombres, amies de mes nuits tourmentées. La lune brille… Belle et froide en son lieu délicat. Amie frivole de mes nuits mouvementées. Je me mets en route… Route qui s’appelle nulle part, boulevard des ennuis… Je tourne à droite, puis à gauche, puis encore à droite… Foutu labyrinthe fait de pierres sales et crasseuses… J’arrive, je frôle la pierre de mes doigts, je frissonne. Froide pierre.

Je m’insinue dans la taverne… Terriblement vide. Je m’approche du comptoir, engagée sous ma cape et ma capuche noire, je dévisage le tavernier. Lui aussi est intrigué. J’apporte le malheur, le sait il ? Je cache mon visage sous cette capuche, je renie ma forme humaine, je renie mes origines superficielles, perfides aussi… Je demande seulement une coupe, une simple coupe, et je demande aussi une bouteille de leur meilleur vin. Je fête… je fête quoi ? Ma mort, ma renaissance, ma future mort, ma future renaissance. Je fête ma déchéance et ma foutue solitude… Tant qu’à y être, autant y verser ma peine et ma haine aussi…

Je bois lentement cette coupe… Qu’il est bon ce vin. Mais il manque quelque chose… Un quelque chose essentiel à ma vie… Ma misérable vie… Le sang. Il me faut du sucre, un bon vin coupé avec quelques gouttes de sang… Je sais. Je glisse alors ma main dans une de mes poches et en sort une fioline… Normalement, je la prends lorsque je sors du cimetière pour me remettre d’assaut. Mais ce soir, c’est différent. Je finirais la nuit à l’auberge, pas à la morgue…

Je verse dans ce vin si doux, si relevé, quelques gouttes du liquide vital. Je l’ai prélevé sur une petite fille… Elle n’avait que huit ans, mais elle s’est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Plus de tête, la gamine, retrouvée découpée en morceaux, ses boyaux à l’air, sa langue croquer et ses yeux plantaient.Un vrai massacre… Magnifique. Elle n’a pas eut le temps de savoir d’où venais la douleur que déjà sa tête rouler sur le sol et que son sang giclait sur mes affaires…

J’ai déambulait… Longtemps.

Je suis enfin arrivée… Mitis sort de mon corset, il sort de sa cachette que beaucoup d’homme aurait enviée. Il s’étire, ses yeux d’agates croisent les miens. Le tavernier est habitué au petit félin, il sait que le fauve est propre et qu’il est mien… Je jette alors un regard autour de moi. Trop peu de monde, mais trop pour attaquer quiconque.

Mes longs cheveux dépassent de la capuche. J’aurais du les attacher quand je suis partie de la forêt, mais je n’y pense jamais. Mitis miaule alors et intéresse mon voisin de buverie. Il a l’air d’avoir attirer l’attention ce fauve sombre. Je sort ma main de sur ma cuisse, je la découvre. Fine, blanche et douce, aussi diaphane qu’une main d’elfe… Je caresse avec celle-ci la tête du félin qui ronronne à son touché…

Je souris. Mon voisin ? Je lui jette un regard interrogateur, que regarde t’il comme ça ?



(Bisous Gan-Chan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 29
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   Ven 17 Nov - 2:41

Le jour se faisait de moins en moins intense, et la nuit reprenait les lieux sous son aile.
Plongé dans une légère torpeur, je m'éveillais peu à peu, comme le jasmin révélant ses parfums le soir venu.
J'avais passé la journée, baigné dans l'oisiveté, à penser sur mes actions passées... Sans grand résultat.
L'envie me prit de me rendre en ville, peut être y aurait il de l'animation...
Plus que dans cette chambre, c'est certain.
Je me levais de ma couche, havre de paix pour mes soucis, puis j'enfilais un manteau noir brodé d'argent.
Élégant, mais armé, je fermais la porte de ma demeure, et m'engageait sur le chemin aussi tortueux que mon esprit.
La ville, aussi obscur que le cœur d’une femme, tempête et glas pour notre âme…
Ardents corbeaux déchirant la chair, ou silences sifflés par de souples serpents, tout est danger et vice dans la cité…
L’âcre parfum du mensonge, fini la douceur de mon songe, ici rien que l’essence fugace et si volatile de la Mort…
Combien de sang à été versé pour bâtir cette cité ? Combien de vies détruites pour le prestige d’une ville ? … Trop.
Les villes m’ont toujours fait horreur, écoeurante puanteur, et pourtant je suis obligé de m’y rendre…
Elles sont un abysse attirant les hommes, leur volant leur vie pour leur en donner une autre, leur pervertissant l’esprit pour les noyer dans une prison de raison…
Mon cœur me poussait à m’y rendre, car peut être est cela qui me manque ?
Un peu d’humanité…
J’avançais avec difficulté dans une grande allée, où pourtant il n’y avait âme.
Le Char solaire achevait sa course, il ne restait qu’un point de jour au loin qui m’éblouissait quelque peu.
Je ne supportais pas ces rues ingrates, respirant toute la souffrance de ce monde déjà au bord de l’abîme…
La porte de l’auberge se dessine enfin. Je pousse la porte et laisse mon dégoût à l’entrée, m’installant dans le fond de la pièce, de façon à éviter les importuns…
Une jeune serveuse me fait un sourire juste avant de me demander commande… Je déteste…
Elle semble m’apprécier mais en réalité seuls mes biens l’intéresse, malheureusement pour elle ne possède pas grand-chose…
Je fixe la jeune avide un instant puis je me décide enfin à jouer à son jeu étrange…
Un sourire et quelques mots :


Un autre aimable sourire et un hydromel ma chère, cela suffira…

Étrangement celle-ci étouffe un petit rire aigu… Peut être n’était elle pas si idiote après tout…
Elle s’exécute et reviens quelques instant plus tard, une coupe pleine d’un liquide mordoré.
Je lui tend quelques gopis, puis elle s’en retourne, avec un dernier sourire moins surfait que le premier.
Je m’en rends compte à présent mais la taverne est murée dans le silence…
Un jour morne à en juger la tête du tavernier qui me regarde d’un air ahuri avec ses yeux porcins.
Peut être est il étonné de mon apparence… Ce ne serait pas la première fois. Ou simplement car je suis son premier client de la journée à commander une verre un peu onéreux ?
Mais ces interrogations s’effacent comme mots sur le sable, car une étrange silhouette pénétra dans la bâtisse.
A en juger la démarche assez souple, et les formes de sous son voile il s’agit d’une femme…
Étrange… A-t-elle honte de son visage meurtri, ou tient t’elle à ne pas rester dans les esprits ?
Je l’observe et l’écoute parler à l’aubergiste.
Sa voix est effectivement celle d’une femme, mais si froide et triste, comme le souffle d’une journée d’hiver qui s’achève…
Elle s’assoit. Je ne la quitte déjà plus, fasciné par une si étrange créature… Un félin sort de dessous sa tunique, quel étrange endroit pour un animal… Elle plonge son regard dans le mien.
L’agate et l’émeraude, bijoux éternels se rencontrent dans un moment si bref. Je suis découvert, mais est-ce une bonne chose ?
Je repousse d’un geste de la main une mèche de cheveux me tombant sur le visage, la quittant un instant des yeux.
Elle a déjà détourné la tête, elle m’a déjà oublié…
Hésitant à aller me présenter, redoutant un cœur de glace, je reste bien tranquille à ma place…
Je m’éclairci légèrement la gorge pour attirer son intention, et d’un signe de la main je l’invite à me rejoindre.
Je n’ai pas encore touché à mon verre, buvant déjà le mystère entourant cette étrange demoiselle, qui pourrait bien me jouer un tour sans pareil…


[HRP : Toujours aussi talentueuse Sha' bisou ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharden
Saltimbanque
avatar

Féminin Nombre de messages : 191
Age : 26
Jeu : Paria
Race : Humaine (Euh...)
Classe : Barbare (Mouai XD)
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   Ven 17 Nov - 21:58

Essaye t-il de me refaire tourner, ne serais-ce que pour croiser son regard ? Le félin le sait, lui, il est physionomiste, il sait… Moi, j’ignore. Je me retourne, prise d’une certaine curiosité, laissant ma main caressée le derrière des oreilles du fauve. Je croise ce regard… Qu’il est étrange cet humain, si différent de ses confrères, et pourtant si normal. Etrange prodige de la nature, peut être singulier, peut être comme des milliers d’entre eux. Je sens alors la boule de poil filait entres mes doigts et sauter du comptoir.

Il atterrit agilement sur le sol, les coussinets tous aussi noirs que son pelage étouffant la chute. L’animal semble d’humeur à m’agacer, et pourtant, je ne peux plus rien ressentir si ce n’est cette tristesse qui m’étouffe. Pourquoi ? Je n’en sais rien… Elle m’a gagné bien tôt, il y a quelques jours. Je me lève, gardant sur ma personne meurtrie le lourd secret de mon existence ratée. Mon voile, aussi fin aurait il pu être, suis mes moindres mouvements, et vole aussi gracieusement que je me déplace.

J’ose croisait une fois de plus le regard du jeune homme. Ma bouteille de vin si chère payée dans une main, une coupe dans l’autre, je m’approche lentement de sa table. Il est bien loin des autres ivrognes, quoi que peu nombreux ce soir. J’essaye de sourire, mais mon sourire ne doit pas être bien beau, animé par la tristesse…

Quelques secondes qui m’ont parus si longues et je me retrouve assise en face du mystérieux jeune homme. Qu’aperçoit on de sous mon voile ? Je n’en sais rien. Peut être mon menton, mon sourire délicat mais peiné, peut être mon regard, peut être rien. Je ne sais pas si les ombres me sont favorables ce soir…

Qu’il en dit long son regard sur les épreuves qu’il a vécu… Je crois y voir des songes, mais ils sont trop flous. Je quitte ces yeux, ennuyée de si peu de joie dans un être pourtant beau… Je tourne alors mon regard vers l’animal qui me regarde. Il semble être heureux lui… Il miaule et vient s’allonger sur mes genoux.

Et maintenant ?

Je n’ai jamais été doué pour les tirades, même sympathique. Je n’aime pas parler. Je n’aime pas dire ce que je pense comme ce que je ne pense pas… C’est bête ? Et bien oui, je dois avouer que c’est assez navrant, surtout quand c’est un beau jeune homme en face de nous. Mais là n’est pas le problème. Je bois une gorgée de mon liquide si précieux, mes sens en éveillent… Je sais que dire.

Je souris, toujours ce sourire triste, et dit d’une voix tout aussi mélancolique :

« Mon nom est Sharden…. Et le vôtre ? »

C’est un mauvais début. Mais avec un peu de chance, Amy ne le tuera pas, Diablazane ne le mangera pas, et je partirais comme je suis venue : comme une ombre.

[Je luuv ta façon d'écrire U.U Cro fort]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 29
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   Jeu 23 Nov - 2:25

Quelle étrange femme, Pensais-je en croisant son regard à nouveau.
Ne dit on pas que les yeux sont le miroir de l'âme, mais pourtant je n'y vois qu'un pâle reflet...
Je suis friant de mystère et de belles femmes...
Et elle semble correspondre aux deux critères...

Tentons de percer ses secrets, sans jamais l'avoir rencontrée, lisons ses plus noires pensées, celles murmurées au moments les plus sombres de la nuit.
Elle se lève et viens vers moi.
Etrange instant où le temps ne semble plus faire loi.

Simples regards échangés, tant de tristesses partagées, visiblement cette soirée serait loin d'être achevée...

Subjugé par la belle inconnue, avec qui j'oublie les déconvenues, qui m'obsèdera jusqu'a quelle soit mise à nu...

Je ne me lève pas lorsqu'elle arrive, perdu bien loin de cette rive, dans une délicieuse et curieuse dérive...

Elle quitte mon regard. J'ai été trop brusque. Elle me fuit, comme les autres. Mais leur est elle semblable ? Tant de mystère, cela m'est impossible d'y refuser.

Ses lèvres se plongent dans le rubis... Le vin, une boisson rafinée, et si dure à comprendre. Il faut du temps pour l'apprecier et découvrir tout ses secrets...

Une voix, sortie d'un hiver sans fin s'adresse à moi.
Elle semble gênée, mais surtout animé d'une souffrance réelle.
Elle me donne son nom. Sharden... Décidément elle n'est pas comme les autres... Je marque un pause avant de lui répondre, puis je me lance, un sourire plutôt chaleureux :


- Enchanté, Dame Sharden. Je me prénomme Erohir, simple client qui préfère boire avec un peu de compagne...

Que devrais je lui dire pour essayer de la mettre en confiance.
Que puis je faire pour lever ce voile sur son visage ?
Est elle effrayée par ma personne ?
A t'elle honte de se montrer en ces lieux ?
Je ne puis encore le dire.
Je porte ma coupe à mon visage et je trempe mes lèvres dans le liquide ambré, ne la quittant pas du regard.
Moi, d'ordinaire assez bavard, je ne sais que lui dire.
Je me décide néanmoins à briser le silence, quitte à être ridicule :


- Vous savez, vous n'avez aucune crainte à avoir vis à vis de moi. Je vous promet qu'il ne vous arrivera rien en ces lieux.
Pardonnez mon audace, mais laissez moi voir votre visage, je le devine déjà, et mon coeur se questionne. Vos visites ici sont elles si dangeureuses que cela pour se masquer ainsi ?


Je ne me reconnais plus. Je suis loin d'être courtois, je suis même des plus vulgaires... Est ce étrange ombre qui me rend comme celà, ou mes démons qui ressurgissent face à l'envie de découvrir ?
Je lui sourit à nouveau, me voulant apaisant sans pour autant quitter son regard envoûtant...


[HRP : Désolé pour le retard, tu mérites mieux Sha >< Et l'admiration est réciproque Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharden
Saltimbanque
avatar

Féminin Nombre de messages : 191
Age : 26
Jeu : Paria
Race : Humaine (Euh...)
Classe : Barbare (Mouai XD)
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   Ven 24 Nov - 23:33

[ Pas rave Gan, sha me co,nvient! J'aime beaucoup! Quand à ma suite, elle risque d'être décevante... Et moi j'ai le temps... ]


Je bois une deuxième gorgée de ce délicieux liquide, j’en profite, ce goût est si sucré, si délicieux, qu’il me fait frissonner. Sharden… Mon prénom à l’air d’une caresse entre ces lèvres, cela me fait baisser les yeux… Comment peut on avoir tant de chaleur dans de simple parole ? Elles sont si différentes de celles que l’on me prononce habituellement, tellement sympathique, tellement simple au contraire de ces méchants jurons… Il me donne son prénom, un beau prénom à la hauteur de la beauté de celui qui le porte d’ailleurs. Erohir. Nom divin ou non, exquis à prononcé, il porte sur son visage un tel sourire que je ne peux résister, je souris à mon tour, de sous mon voile.

Je reprends une petite gorgée quand il brise le silence infernal qui commençait à peser… Mon visage bien que moins pâle qu’à l’habite de teinte de rouge. Je me recule lentement, comme surprise par une telle demande. Mais il a raison… Et c’est extrêmement impoli que de garder un couvre chef en parlant à quelqu’un, surtout si cette tirade dure longtemps… Mes visites sont elles dangereuses ?

Peut être bien, peut être pas, que répondre à cela ? Enlever mon voile, lui montrer la laideur de mes traits ? Lui montrer la douleur, la haine, la détresse et la peine ? Lui montrer mes traits disgracieux déshonorant mon ancien rang ? Il me fixe, je me laisse bercer par ses yeux d’émeraude. Je sens cette satanée tristesse, pourtant, qui reviens à la charge, qui noue ma gorge et qui me serre les boyaux.

Non, je n’ai pas plus mal qu’à l’habitude, mais c’est de faire de la peine aux autres qui me fait bien plus mal. Il me sourit comme personne ne l’a fait… Que j’aimerais être belle et humaine pour lui rendre ce sourire, mais le mien ne peu pas être chaleureux… Ou pas dans ces cas là. D’un geste assez lent après quelques minutes de réflexions, ne quittant jamais des yeux sans regard fixe, j’enlève ma capuche dans un geste presque cérémonial.

Après cela, je sens mon cœur se soulager. Pas de gestes brusques, il n’a pas peur… J’ai l’apparence humaine mais le cœur d’un démon… Ô oui, et mes démons sont si terribles. J’apporte malheur et désolation, je ne suis qu’un oiseau de mauvais augure, là où je passe, le sang coule… J’ai mal, mais je ne dis rien… Souffre en silence, dit on. Je sourie, un petit sourire, premier sourire sincère, fait par inadvertance, sourire un peu moins mélancolique, peut être plus « chaleureux »…

Mais j’ai toujours cette angoisse d’être reconnue, d’être attaquer, encore et toujours, transpercer ma chair et croire que je mourrais alors, qu’au contraire de l’humain, je suis immortelle… Je renais, sans cesse, sans jamais pouvoir dormir. J’essaye de voir sa réaction… Que ce silence devient lourd maintenant que j’ai la tête mise à nue, mes yeux d’un bleu marin plongé dans ses émeraudes tandis que mes lèvres languissent se sentir le verre et le liquide filer entre ses lèvres.

Mes yeux, mélangent entre le bleu opaque d’un lac d’hiver et le bleu translucide d’un saphir trop clair pour l’être, j’hésite à détourner le regard… J’essaye, mais son regard est tellement persistant, si intriguant et envoûtant… Je me décide à rompre le contact, je quitte des yeux le jeune homme pour regarder le comptoir et le serveur, pauvre serveur sans le moindre travail.

Je me décide à plonger mon regard dans le sien, sans jamais lâcher mon verre… Je penche la tête vers la droite, mes quelques cheveux entre le fauve et le châtain roulent devant mes yeux, cachant de ces quelques mèches mon nez et mes lèvres cramoisies. Je le fixe et dit :

- Mes visites sont aussi rares que les gens qui ont vus mon visage…

Je regarde le fond de mon verre et j’y vois mon ombre, infime particule d’obscurité sur ce liquide pourpre. Je sens son regard sur moi, me traquant peut être, me regardant juste. Qu’il regarde la mort dans les yeux n’a pas l’air de le gênait, je relève la tête et ajoute :

- J’aime votre audace… Bien quelle soit maladroite…

J’essaye de sourire. Y arrivais-je ?

A-t-il peur de moi ? Sent il ce que je ressens ? Lit il quelque chose dans mes yeux, moi qui ne voit pas mon reflet ? Parfois, je me le demande… Et là plus que jamais, cette question me trotte au dessus de l’esprit. Je, gênée, prononce d’une voix faible :

- Avez-vous peur de moi ?

Quelle idiote parfois ! Est-ce ce regard qui me glace les sangs et qui je sens transpercer mon âme ? La pauvre âme défaite de son enveloppe impure ? Je me sens terassée par osn regard si pénétrant... Terrible sentiment de traque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 29
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   Dim 3 Déc - 19:35

J’avais laissé de côté le liquide mordoré stagnant dans ma coupe, subjugué par l‘envoûtement que dégageait cette si jeune femme.
J‘ai du mal à tenir en place, grisé par la curiosité et l'envie de savoir plus de cette étrange créature...
Je m’étais installé aussi confortablement que possible sur le tabouret.
Quel serait donc le visage de la Peine ?
Quelle image à la Tristesse ?
Combien de temps avait elle souffert, ses traits sont ils devenus ses cicatrices ?
Tant de questions sans réponses qui allaient bientôt être éclaircies...
Le voile lentement se lève. Le rideau se lève et le spectacle se révèle, un instant de tension extrême, la faute de Pandore… Je reste statufié, devenu marionnette qui se contente de contempler la Désolation qui a pourtant un si beau visage… Mes yeux s’embrasent, je rêve de la dévorer, à cet instant, je désire plus que tout enflammer ce chardon, à la fois si piquant, mais tellement beau…
Il n’ose toucher ce visage si proche du sien, du peur de le voir disparaître sous ces doigts.
Je me noie dans ses yeux, autrefois océan de larmes, qui parait avoir tellement coulé.
Je retrouve chez elle celui que j’aurai pu devenir, un autre moi…
Elle aussi porte un tatouage… A l’opposé du mien, je suis sur la gauche sinistre, elle sur la droite…
Est ce un signe ?
Elle semble hantée par des démons, ou de sombres furies, un autre point commun pour l’incube que je suis… Elle est vraiment très belle malgré les marques laissées par la Douleur, complètement différente des quelques nymphettes qui errent dans les citées asservies par la pouvoir et l’argent.
A présent elle aussi me fixe. Étrangement, je suis presque gêné… Cela faisait longtemps que je n‘avais pas ressenti ce sentiment…
A présent elle aussi me fixe, quelques cheveux rebelles cachant son visage, toujours comme un masque…
Elle me parle alors de son propre chef. Elle semble parler en confiance, elle a l’air d’avoir perdu son appréhension vis-à-vis de moi. Je lui dis après avoir vu un sourire apparaître sur son visage qui a du tant souffrir :

- Cela nous fait un point commun ma chère… Je ne fréquente guère toutes ces gargotes et autres tavernes, d’ailleurs je vais le moins souvent possible en ville… J’exècre l’ambiance putride de ces endroits… Mais hélas c’est là que naissent de sublimes créatures telles que vous… Mais c’est là aussi qu’elle meurent…

Je marque un légère pause, puis je réponds à sa deuxième phrase en inclinant légèrement la tête, d’un air légèrement désolé :

- Si vous vous êtes sentie brusquée, je m’en excuse… Pour ce qui est de l’Audace, je pense que c’est un de mes plus grands défauts… Si c’est n’est pas une qualité… Pour ce qui est de la maladresse, je veux bien l’entendre, cela doit venir de vous… Vous devez me mettre en émoi.

Je le fait un petit sourire coquin dont j’ai le secret, puis je lui porte un léger toast et je bois une gorgée d’Hydromel. Elle me pose alors une question… Cette dernière m’intéresse quelque peu, je lui fait un nouveau sourire, puis je lui répond :

- Peur de vous ? Qu’appelez vous la peur ? Celle qui vous paralyse face à l’inconnu, la peur inutile qui mène à une fuite sans fin ? Si c’est cette peur là que vous évoquez, je peux d’ors et déjà vous répondre non, je ne suis pas effrayé par vous… Bien au contraire, je suis plutôt quelqu’un de téméraire…
Quelqu’un à d’ailleurs dit ceci que je trouve très vrai :

« Le feu des plus nobles passions, comme celui des plus obscures, produit toujours un peu de fumée, qui offusque notre raison »

Cette phrase me définit complètement… Mais… Cette question je vous la pose également…
Pourquoi donc fuyez vous mon regard, pourquoi vous cachez vous derrière ce tissu mensonger ?
La peur est inhérente à chaque animal, à chaque homme, ne vous en faîtes guère…
Il n’y a que les incubes qui n’éprouvent pas ce sentiment, il faut être réellement irréfléchi pour ne pas l’éprouver… Je ne vous cache pas que vous posez en moi mille et une interrogation… Et j’adore cela.
La mystère c’est un des sentiments qui me fait me sentir vivant… Vous êtes pour moi comme un coffre que j’aimerai entrouvrir pour en apercevoir les richesses… Qu’importe vos démons, ils font de vous ce que vous êtes, tout comme les miens. Vos défauts sont des qualités, tout dépend de celui qui les apprécie… Parlez moi donc un peu de vous… Parlez moi de ce qui vous a poussé à vous asseoir à cette table avec moi… Quels chemins tortueux avez-vous empruntés ?


Mystiques créatures que sont les femmes… Envoûtantes et désirables, mais tellement inaccessibles parfois… Sharden me semble intouchable, totalement hermétique pour garder ses secrets… Cela la rend d’autant plus intéressante… Je ne quitte son regard, prêt à boire ses paroles comme de l’ambroisie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharden
Saltimbanque
avatar

Féminin Nombre de messages : 191
Age : 26
Jeu : Paria
Race : Humaine (Euh...)
Classe : Barbare (Mouai XD)
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   Sam 9 Déc - 4:01

Ais-je le droit de le regarder dans les yeux? Elles m'opressent, me sursurrent des idées morbides après des scènes de plus ardentes... J'en ai assez d'elles... J'en ai assez de les entendre geindre des idées éxécrables et répugnantes... Ne pourrais-je pas rester quelques minutes avec lui? Seule et posée? Non, jamais elles ne cesseront de me harceler... Je ne veux plus quitter son regard... Ses traits fins et réguliers sont si délicats que je les envies... Moi qui suis sûrement laide.

Je suis ses paroles, oublie celle de mes habitantes, je suis éperdue... J'aime ce sentiment de bien être, quoi qu'un autre bouscule les autres... Mais ce n'est pas bon signe, il ne faut pas que je m'attache, non, je n'ai pas le droit... Je quitte son regard, désolée, et plonge mon regard dans le liquide de mon verre. J'aime sa voix... Il paraît tellement identoqie à moi, et pourtant si différent... Et lui, quels chemins t t-il prit? Quels sont les démons qui le rongent? Quels sont les voix qui lui assaillent l'esprit et le font pleurer dans le noir de la nuit? Quels sont les plaisirs qui lui font oublier les marques du passé? Je voudrais savoir, je suis comme lui, curieuse, trop curieuse. Je relève le regard, devrais-je lui répondre franchement que je suis ce que je suis, ne rien lui cacher, le faire fuir dans le pire des cas? Mais il est téméraire... Saura t-il comprendre?

- Je...

J'hésite. C'est manqué. Je n'arrive plus à sortir un mot, ma gorge semble nouée. Mon estomac crie, mais pas famine, il se serre tout seul, me torture de l'intérieur. Je voudrais m'arracher le coeur, cessait de vivre quelques minutes pour quitter le regard de l'incube qui me fixe de son regard émeraude. Ne peut il pas virer de bord? Je cherche une réponse, pendant que mon chat ronronne sur mes genoux, griffant parfois ma jupe déchirée... Dire, se taire, partir, fuir... Je n'ai plus envie de fuir.

- J'ai oublié... Je sais que les chemins que j'ai pris furent les plus durs, les plus terribles, et ils m'ont portés sur ces terres... Mais que furent ces chemins, c'est trop demandé... Loin de là que je ne veux pas, après tout, que vous le sachiez ou non, celà n'avancera pas le monde, mais...

Deuxième hésitation. Parler encore, ou fuir. La porte est si proche... Le chat saute des genoux de la dame, s'étire sur le parquet, et part vers le comptoir. Je ne sai plus quoi faire. Mitis m'abandonne.

- Je suis amnésique... J'ai du prendre un coup de trop sur la tête, à force de faire le pître...

Je soupire, pourtant, je sourie. J'essaye de détendre l'atmosphère qui m'opresse, j'essaye d'oublier leur idée de torture morale et physique, mais elles sont si durent avec moi, que je n'ose pas imaginait ce que, si je m'abandonnais ne serais ce que quelques minutes, elles lui feraient subir. Non, elles ne le toucheront pas... Elles n'ont pas le droit de gâcher mon bonheur.

Je pose ma main crispée sur la table, un peu plus loin que mon verre... Je prends confiance, il le faut si je veux continuer cette discution... Je n'ai pas envie qu'il parte... J'engage, il joue, c'est un bon jeux de mots et de phrases pour l'instant... Tant qu'elles ne viennent pas.

- Je me suis assise ici car je cherchais... Cherchais, un bien grand mot... J'ai trouvé de la compagnie pour ce soir... Pour quelques minutes... Pour quelques temps...

Je lève le sourcil, et je le fixe. Mais phrases sont peu cohérentes, hésitantes... Il doit me prendre pour une folle tourmentée, ce qui est au fond vrai... Que dire de plus?

- Dîte moi, mon cher... Pourquoi m'avoir parlé? Avec vous connus des chemins dangeureux? Des chemins qui vous hantent encore?

Je lis dans son regard quelques étincelles, je ranime en lui le passé, secoue les démons... J'aime voir ce qui s'est passé dans leurs prunelles, surtout dans les émeraudes claires du jeune homme.

- Quels sont vos démons? Votre histoire, en somme?

Je me rappelle les miens. Le vieux bâteau et leurs corps gîsants sur le sol, boyaux extirpés de leurs carcasses infâmes, leurs corps désatirculés et pantins regroupés en vulgaire charpie et amas de chair, puants. Je me rappelle de tant de chose. Du sang qui dégouliné de mes lèvres, qui glissait de mon menton et s'écrasait sur ma poitrine... Que dire? Rien, il fallait qu'il ignore... Je sourie, je posa mon menton dans ma paume, et attends un de ces discours si intéressant...

(Cro court U.U)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre glaciale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre glaciale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chloton, panda 200
» [Sacrieur 199] Kiirito

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: La bibliothèque Ithryn Luin - Archives :: Ithryn Luin de toutes les couleurs :: Les inclassables :: Le port des brigands-
Sauter vers: