[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Rose et le Paon

Aller en bas 
AuteurMessage
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: La Rose et le Paon   Mer 25 Oct - 19:27

A la douceur d’un soir d’automne,
Ecoutant la bise, et son chant monotone,
Ses doux yeux verts perdus dans le vague,
Son esprit empli des fracas et de carnages.

Le soleil au loin déclinant de la regarder,
Elle, sa création, maintenant de sang maculé,
Une rose qui devait illuminer son jardin,
Arrachée ce matin par la mort, sombre paladin.

Elle l’avait embrassée, à l’aube sous ses yeux,
Acceptant ainsi, les caresses de ce précieux,
Aveuglée par des mots si langoureux,
Elle avait trahi la douceur des cieux.

Aislin implorait le pardon de son père,
Mais, il quittait l’horizon de cette terre,
La laissant à la nuit, triste et éperdue,
Son amour lui était à jamais perdu.

La mort était maintenant son maître,
Pourrait elle un jour dans ses bras renaître ?
Elle avait choisi, à la croisée des chemins,
Préférant la colère à la douceur de sa main.

Un bruissement dans son dos lui parvint,
S’avançant lentement comme un malandrin.
Elle se leva, faisant face à cet intrus,
Mille couleurs s’offrant à sa vue.

Drôle d’oiseau, un jour entrevu,
Au bras de Dragonia, elle l’avait vu,
De si beaux atours, pour un Paon sans vertu,
La voleuse s’amusant déjà de sa venue.


Dernière édition par le Ven 27 Oct - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Jeu 26 Oct - 2:53

[HJ : Je suis scoché, ^^' j'ai peur de pas être à la hauteur mais je me lance Mr. Green (premier rp en vers, pardon pour les rimes... Etranges ^^')]

Une ombre parmi les étoiles
Un insecte prisonnier d'une toile,
Erohir, homme brisé par son passé
N'était qu'une silhouette emportée
Par une brise que l'on nomme Destin.

Des feuilles dansaient avec le zéphyr.
Chêne, frêne, bouleau ou quelque fruitier,
Tous les acteurs de cette valse sans fin,
Etaient unis pour le meilleur et pour le pire.

L'épéiste semblait surgir d'ailleurs,
Ses cheveux de jais jouaient avec les vents,
Il cheminait, le doute amplisant son humeur...
Sa rêverie solitaire le prenait souvent,
l'emmenant parfois sur de sombres sentiers.

Il n'avait vu âme qui vive dans sa balade,
Simplement lui et ses souvenirs sans pitié,
Qui continuaient de le rendre fou à lier...
Une ombre, une vue, une silhouette nomade
Se dessinait au loin, inconnue ou alliée,
Qu'importe il décida de s'en approcher.

Une belle femme lui était offerte en spectacle,
De plus cette dernière lui semblait familière,
Car oublier une dame était pour lui un péché...
Son souvenir lui parvint tel un oracle,
Et il décida de s'approcher, sans aucune prière.

Vêtu d'une ample robe, ébène et sang,
Il était prêt à faire connaissance de cette ombre
Au calme et à la plus charmante apparence...

Un léger sourire se dessina sur son visage,
Il passa sa main dans ses cheveux sombres,
Et fit une légère révérence, non sans élégance.

En faisant cela, il trahissait son ancien lignage,
La vie qu'il lui a été prise et qu'il aurait du avoir.
Il se redressa lentement, et se présenta à nouveau,
A Aislin, prénom que lui souffla sa mémoire...

Je me prénomme Erohir Saligem, simple errant.
Je ne sais si mon visage ne vous fait défaut,
Mais je n'ai point oublié le votre, Madame,
Lorsque je suis arrivé dans ces lieux si charmants.

A ces mots, le jeune homme sourit à cette femme,
Image lui avait semblé aussi douce et piquante,
Sûrement la plus belle de toutes les roses urticantes.

L'âme solitaire, regardant cette fleur,
Il semblait intrigué, car pour lui jamais rien,
N'arrive sans que le Destin ne le décide...

Une réponse, un dire, une parole qu'elle soit acide,
Ou simplement celle d'une femme de bien,
Tel était ce qu'attendait, ce jeune homme,
Aux anciens chemins jonchés de tombes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 27 Oct - 14:42

Mon père arrêta sa course vers les cieux,
Suspendant le temps, atout si précieux,
Retenant au loin ce maître capricieux,
Pour cette rose, sa fille, cadeau des dieux.

Ainsi le feu inonda la terre de mille flammes
Laissant à Aislin le repos de son âme,
Elle s’avança, pour mieux voir son visage,
Il lui paressait ne pas avoir d’âge.

Une main passant dans ses cheveux sombres,
Elle admira le geste du précieux encore dans l’ombre,
«Je me prénomme Erohir Saligem, simple errant »
Sa voix était clair, le timbre doux, modestie du rang.

Elle se souvenait parfaitement du paon
Faisant la roue, tout en se pavanant,
Un sourire satisfait, sur ses lèvres, s’illuminait
Et la colère de la rose grandissait.

Doucement, d’un geste fort gracieux,
Tendant sa main vers ce malicieux,
Pour un temps, entrant dans son jeu,
« Je suis Aislin, voleuse en ce lieu »

Ne quittant pas son regard des yeux,
Elle attendait, observant le mystérieux,
Songeant à cet oiseau divin ou moqueur,
« Vous êtes vous perdu sur ce chemin si sombre ?
Où cherchez vous en ce lieu une ombre ? »

Aislin ne pouvait détacher son regard,
La rose se préparait, telle une abeille, son dard
Une proie facile, il semblait au désespoir,
A la nuit tombée, Erohir n’aura plus d’espoir.

Chétifs Amants, cadeau du destin, venant s'offrir
Elle savourait d’avance de le voir souffrir,
La mort le suit, et veut le voir mourir,
Et Aislin est là pour s’en nourrir.

Mais la lueur de son père, persiste à durer,
Lui laissant la chance de s’échapper,
De la combattre ou de la charmer,
Malicieuse, elle saura en profiter.

(HRP : Mais si tu seras à la hauteur ... jette toi à l'eau et prend ton temps pour te déshabiller !!!!! langue )


Dernière édition par le Ven 27 Oct - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 27 Oct - 16:42

Ses yeux verts plongés dans ceux d'Aislin,
Découvrant un peu plus la jeune femme,
Aux attitudes et aux manières de féline,
Il tentait déjà de percer les secrets de son âme...

Cet homme était loin d'être le prince charmant,
Souvent, pour parvenir à ses fins il usait
Des stratagèmes et des actes les plus détestables,
Comme le prédateur attendant patiemment
La moindre faiblesse de celle qu'il traquait.

Un fauve, usant de belles paroles et autres fables,
Comme d'une toile ou une belle et trop vive abeille
Viendrait se prendre dans sa toile de mots...

Les femmes, plus belles de toutes les merveilles,
Pourtant il les adorait, leur coeur corruptible,
Hélas, pour la plupart, et leurs attraits les plus beaux
Elégance, charme, beauté et tout l'invisible,
Un mystère si grand qu'il rêvait un jour de percer...

Mais cette fois, là il ne le faisait que pour son plaisir,
La séduction, jeu dans lequel on aime être bercé,
En essayant de ne pas sombrer le premier...

Elle lui offrit sa main, un pas vers le désir,
Pour gouter le délicieux fruit interdit du pommier...
Il s'en approcha lentement, et fit une révérence.
A la fois rafiné, mais sans trop d'excès,
Il approcha, ses lèvres, frola la main sans la toucher,
De cette rose aux allures qui font perdre le sens...

Il répondit à cette si étrange et délicieuse fleur
«Perdu ? Non... N'est perdu que celui qui a peur,
De retrouver son foyer et les siens. L'ombre,
Elle fait partie de mon coeur et ses décombres...
C'est une rêverie, qui a porté mes pas jusqu'ici,
Et je dois avouer qu'elle m'a plus que bien guidée.

Bien que je ne sais si les questions vous importunent,
Dans lequel cas, je suis désolé, mais je vais oser...
Ainsi, donc Dame Aislin, Que vent ou belle fortune,
Vous porte en ces lieux emplis de mystère...
Vous êtes une voleuse... De quel joyau ou pierre ?
Je pense l'être moi aussi sur certains fronts...
Je dérobe le plus souvent des âmes, par mon épée.»

Erohir avait déjà déposé ses pions sur l'échiquier...
Il ne savait pas encore ce qu'il allait faire d'Aislin,
Mais il savait que ce combat de charme serait long.
Il voyait que sa proie n'était pas très farouche,
Et il n'est pas facile de capturer une femme si féline...
Mais la toile était tendue, comme la mouche,
Prise au piège de l'araignée, se débattre c'était périr.

Avec toujours le même regard, et un beau sourire,
Le jeune homme restait encore obscur et voilé...

[Hrp: Je suis dingue de ton style... *Voire jaloux XD*
Tu veux déjà voir Ero tout nu... C'est toujours meilleurs quand on attends, et quand ça dure Mr. Green]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 27 Oct - 19:06

Le jeu se montait dans ces règles éternelles,
Celles des charmes et frivoles dentelles,
Celles du sang et des actes mortels,
L’un et l’autre en équilibre sur cette passerelle.

Sa main dans la sienne, d’une révérence accordée,
Elle sentit la finesse de sa peau, de sa main dégantée,
Ses lèvres effleurant la sienne, raffinement extrême,
Etudiant chaque geste, la contraignant au dilemme.

Par ces paroles, il s’ouvrait à elle,
Menaces et promesses pour une belle,
Mais le jeu de la chasse devenait fort exquis,
Il suffisait simplement de savoir pour qui.

« Vos questions ne me gênent nullement,
Vous êtes ici dans un jardin d’abandonnement,
Mais il est certain qu’avec votre tempérament,
Une voleuse doit se comporter modérément. »

Elle ne pouvait pas s’empêcher de lui sourire,
Interprétant sans équivoque ses dires.
« Quand aux pierres ou joyaux de mes désirs …,
Disons que nous verrons ce que vous avez à m’offrir.

Mais remettons à plus tard ce point … matériel,
Nous aurons l’occasion de parler de ces merveilles,
Visitons ce domaine en nul autre pareil,
Parlons de votre … Art et de toutes … Vos veilles.»

Rajustant sa chevelure, jouet du vent survenu,
Attrapant son bras, affichant un sourire de bienvenu.
Elle isolait le bras, et l’épée du parvenu,
Ce protégeant ainsi de certains … malentendus.

Elle devait jouer de prudence, le paon s’affichait,
Proie et prédateur, lentement, ils marchaient,
A chaque pas, son bras, un peu plus l’enserrait,
L’un de l’autre, chacun se méfiait.

Sa robe de soie était loin d’être favorable,
Et un combat face à face était inconcevable,
Il lui fallait trouver un endroit pour ce diable,
Afin de maîtriser l’épée de ce notable.

« Je voudrais vous montrer mon humble jardin,
Nous n’y trouverons aucun gredin,
Vos poches seront loin de leurs larcins …,
Mais peut être craignez vous … Mes mains ? »

(HRP : haa ! interdit de me faire rougir .. Non mais ! pas du jeu ça !
Pis pour le bain je suis patiente ! Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Sam 28 Oct - 3:02

Un jeu de regards des plus passionnant,
Pas de doute, ses attraits étaient des plus charmants.
Chaque seconde, à éviter le moindre faux pas
Qui pourrait le faire tomber dans ses bras...

Ravi de voir que ses interrogations avaient réponse,
Et que la rose, était loin d'être une ronce,
Bien que ses secrets demeuraient bien cachés,
Visiblement le masque était loin d'être tombé.

Elle semblait presque gênée par l'attitude d'Erohir,
Parfois, un peu trop formelle, et intimidante...
Il la regarda de ses yeux verts et lui fit un sourire,
Cela, le plus souvent, amenait plus de détente...

Lorsque la belle lui proposa de quitter l'endroit,
Il ne dit mot, et se contenta de tendre son bras.
Elle le pris sans hésiter, un instant, et emboita le pas,
Alors que la jolie rose serrait fermement ses doigts.

Il avait apperçu, le regard d'Aislin sur sa rapière...
Pourtant, en sa compagnie elle n'avait rien à craindre
Respectueux des coutumes et des bonnes manières,
Aucune femme n'avait eu sur ce point à se plaindre...

Il prit une décision étrange, digne d'un téméraire,
Et retira alors la ceinture, d'un geste rapide,
Puis lui tendit l'objet de l'inquietude timide.
Visiblement il craignait plus le poison dans un verre...

Il accompagna son geste de quelques paroles...
«Je viens de m'en rendre compte à présent,
Tenez, prenez donc mon arme en m'excusant,
Cet lame n'aura strictement aucun rôle...»

«Votre jardin, si il est à réellement à votre image,
Doit être une des merveilles qui vaut la Mort.
Vos mains ne m'éffraient guère, car je n'ai Or.
Aussi, j'espère que je ne subirais pas cet outrage...»

Erohir avait le coeur empli de curiosité,
Ce défaut était sans doute sa principale faiblesse,
En dehors de femmes et ses autres bassesses....
Elle le plaçait devant son monde, et lui donnait la clé.

En confiance, mais ne sachant ce qu'il trouverait
Le jeune homme demeurait tout de même inquiet.
Fallait il s'attendre à la mort de la part de la beauté ?
L'étrangeté de cette fleur entrouverte demeurait...

[HJ : Nouvel objectif atteint, s'astreindre aux règles des 4 vers par strophe ^^' En tout cas je suis content J'ai trouvé déjà un de tes points faibles Wink Mais la partie est loin d'être finie Mr. Green]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Lun 30 Oct - 13:39

Quand il s’arrêta, et décrocha sa rapière,
Le sang d’Aislin se figea comme la pierre,
Mais d’un geste élégant d’une amazone fière,
La rose se saisit, de ce cadeau des plus austère.

L’arme chauffa du feu de marbre sa main,
De son sang sera telle souillée sur ce chemin.
Que ce cachait il derrière ce sourire de malandrin ?
La mort sera là pour l’accueillir au matin.

D’un geste habile, et ne quittant ses prunelles,
Sortant la rapière et jouant avec elle,
Le temps ne pouvait que lui paraître éternel,
Une erreur peut être face à cette infidèle.

Mais d’une main experte, le tissu céda,
La robe s’ouvrit, et de la soie la libéra,
De la fente sa cuisse, à son regard, lui révéla,
Le voyant ainsi gêné, elle s’en amusa.

Attachant l’arme à sa taille, le sentier reprenant
Avec un sourire, par la main, maintenant le guidant,
Vers ce jardin merveilleux enfin l’attirant.
Mais pour elle, il paraissait trop confiant.

Sur le chemin le doute un instant la ronge,
Flattant ses sens de ce doux mensonge,
Tout ce passait comme dans un songe,
Redoutant la mort où son âme plonge.

Poussant une grille de roses et de ronces,
L’attirant sur le chemin, ils s’enfoncent,
A ses questions, elle ne donnera nulles réponses,
Mais ce trahissant par un sourcil qui se fronce.

« Voici le lieu qui retient mon âme prisonnière,
Qui me rends parfois si cruelle et si fière,
Mais je trouve ici tant de joie et de lumière,
Vous pouvez ici sans crainte fermer les paupières.

Cette rivière rafraîchissante, votre courroux apaiser,
Les fleurs venant, votre haine diviser,
Votre cœur s’éveillant, doucement reposer,
Le parfum enivrant d’une rose vous embrasser.

Baigner dans ces eaux vos pleurs,
Faite lui partager toutes vos douleurs,
Etendez vous sous ce saule pleureur,
Dans votre âme naîtra de nouveau la chaleur.

Bientôt viendrons les lucioles nous éclairer,
Si la nuit, les doutes viennent vous effrayer,
Un chevreuil viendra peut être à passer,
Mais chez vous certainement voulez vous renter ? »

Aislin prit alors un air attristé,
Le piège allait il fonctionner,
Le jardin à clé maintenant fermé,
Sa main dans la sienne serrée.

(HRP ... je m'amuse de plus en plus en te lisant !! Wink ... Mais attention au soit disant point faible, ils peuvent devenir aussi tranchant ! siffle )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mar 31 Oct - 4:38

Le jeune homme semblait un peu gêné...
La Douce Rose venait hélas de se blesser,
De sa main, tombait un sang des plus rouges,
Celui qu'on voit généralement dans les carnages...

Mais cette entaille ne semblait pas dérangeante,
Car Aislin continuait de jouer avec la lame...
Il la regardait faire, jouant telle une mante,
Avec l'arme utilisable pour lui voler son âme.

Il se détourna d'elle et de l'arme pour voir au loin,
L'endroit mystérieux vers lequel elle le menait...
Il n'avait pas la moindre envie de s'en aller,
Et de fuir la compagnie, à qui il s'était joint...

Ce n'était que ce bain d'incertitude où il attendait
Une lumière, une éclair, une réponse claire,
A toutes les questions, qui demeurent sous la mer,
Tous ces secrets que jamais elle ne perd...

Le sourire du jeune homme revint enfin,
Ils étaient arrivés au havre de la Rose,
Là où tout le monde connu s'écroule et prends fin,
Lieu de joie, mais aussi de chagrins moroses...

«Cet endroit est ma fois une magnifique prison,
Et, comme vous, il peut faire perdre la raison...
Un doux courant, où on se laisse porter à l'infini,
Jusqu'au plus lointains confins de la vie...

Dans ses eaux, la baignade doit être agréable,
Mais j'hésite encore, car avec tant de beauté,
Un étranger n'a pas sa place ici à vos côtés,
Et je ne voudrais une fois encore tenter le Diable.

Mais, mon âme déjà corrompue ne peut revenir,
Ces lieux et son hôte, m'ont offert un nouveau jour,
Dans lequel je ne peux pas faire demi-tour...
Mais dois je succomber totalement, moi, Erohir ?... »

Face au fruit défendu, avec son âme pour serpent,
Allait il comme Eve sombrer dans le tourment ?
Mais déjà la pomme était au centre de son attention,
Aislin, sa paume contre la sienne, était la tentation...

Mais cet homme n'était pas comme les autres...
Sur le fil, sans jamais tomber dans un âbime,
Ce funanbule des sentiments, restait sur la cime,
Dominateur, et réfléchi, il ne perdait jamais son être.

[HJ : C'est avec ce genre de lame que l'on aime être coupé Wink Je m'efforce sans relâche de t'égaler...
Et c'est pas gagné XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mar 31 Oct - 15:16

Par ce jeu de lame, un instant fut distrait son attention,
Dans ses prunelles, elle avait perdu sa concentration,
Le sang avait coulé de sa main de cette distraction,
La Mort pour elle n’aurait plus aucune considération.

La bise lui renvoie ce roseau qui frissonne,
Sentiment étrange émanant de sa personne,
Mystérieuse nuit de ce jour d’automne,
Sa main et ce sang, alliance qui l’étonne.

Son Père à l’horizon semblait toujours resté,
Arrêtant le temps pour mieux la protéger,
Mais le piège sur elle pouvait se refermer,
Telle sa main dans sa paume déjà serrée.

Ces paroles certainement sincères, la faisaient sourire,
« Le Diable dite vous ? Mais que pouvez en dire ?
Tout lieu apparaît magnifique, pour qui se sent mourir !
Le Diable n’existe seulement pour celui qui va périr !

Pensez vous que l’un d’entre nous sera le Diable ?
Regardez autour de vous, ce jardin est plus qu’agréable !
Suis-je à vos yeux qu’une Voleuse fort peu aimable,
Que vous sentiez qu’un instant je puisse être désagréable ?

Une prison sans murs ni frontières,
Juste des ronces et un simple lierre,
Végétation obscure et fort singulière,
Mais à chaque instant, pour la vie un cimetière.

La vie mène toujours cet éternel combat,
Même si l’aveugle lui, ne le voit pas,
Croyez vous qu’il ne puisse être las,
De savoir ce qui se trame ici bas ?

Oublier un instant cette tristesse et cet haine,
Venez prés de moi sous ce beau et grand chêne,
Vous trouvez peut être ici la clé de vos chaînes,
Parlez moi de cette amour, de qui vient tant de peine !

Mais je parle et je parle … Telle une pie,
Voleuse à ses heures des poches impies,
Regardez autour de nous toute cette vie,
Seule les roses dans se jardin, n’ont plus d’envie. »

Lâchant sa main, contemplant un ciel fait d’or,
Comme se couchant elle aimera encore l’aurore,
Pourra t’il trouver et gagner ce merveilleux trésor,
Lui qui par son passé vie encore avec la mort.

(HRP : M'égaler ? tu me prêtes un talent que je n'ai pas, je ne cherche qu' a faire plaisir à nos lecteurs et tu m'y aides grandement sache le ! langue )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Jeu 2 Nov - 4:07

Mystère envôutant de cette bien étrange rose...
Elle maniait le beau parlé à la perfection,
Sa beauté mettrait en émoi n'importe quel morose,
Avec ses manières élégantes, il n'y a de décision.

Le jeune homme sourit à cette voleuse des coeurs.
«Le Diable ma chère est en chaque naissance...
Pour ce qui est de vos intentions, j'ai confiance.
Mais sachez que le Malin jamais ne se meurt...

Il réside en moi comme le corbeau hante l'arbre,
Il ne s'en ira pas avec ma mort, mais avec l'oubli.
J'en ai assez de toujours brandir le sabre,
Mais je ne puis cesser cela, ce n'est plus ma vie...

En ces lieux apaisants, pleins de délicatesse,
Je vais néanmoins me permettre un peu de tendresse
De tout ceci il restera rien le lendemain,
Car le Destin m'aura repris par la main...»

Avec grâce et finesse il passa dans le dos d'Aislin.
De ses lèvres, il frola son épaule très lentement,
Dans un murmure, il lui offrit des paroles fines,
Dévoilant ainsi son désir, à cette dame du firmament.

«J'accepte votre douce invitation ma chère,
Vous parliez d'une clé il y guère, elle est en vous...
Mais si vous espérez me mettre d'autres fers,
N'essayez pas, vous perdriez un temps fou.

Laissons nous simplement aller à nos désirs,
Ils sont souvent d'excellents conseillers.
Abandons nous seulement aux doux plaisirs,
Et oublions ce qui nous fait chaque jour éveiller.»

Il la rejoignit sous le chêne, comtemplant la beauté,
De ces lieux pleins de mystère et de trésors,
Comme cette voleuse aux si délicieux attraits,
Qui l'emmenait loin du monde, tout en dehors...

Qu'allait il trouver dans ce voyage vers l'inconnu ?
Toutes les réponses ne lui étaient pas sues...
Qu'importe tout cela, c'est ce qui fait le charme,
De cette balade de l'esprit, sans la moindre arme.

L'émeuraude de son regard plongé dans ses yeux,
Le son léger de l'onde, qui vit pour l'éternité.
Toile tissée par ses désirs désormais posée,
Le prédateur avait débuté son plus délicieux jeu...

[HJ : Comme dirait l'autre, je fais ce que je peux ^^ Mais c'est réellement un style tout nouveau pour moi, et je commence vraiement à bien apprécier Mr. Green Aussi bien le fond que la forme d'ailleurs Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Jeu 2 Nov - 18:32

Sur son épaule venant se poser,
Délicatesse de ses lèvres posées,
Sur sa peau, un tendre baiser,
Pour un instant se laissant abuser.

Elle écoutait ce serpent siffloter,
Son venin de Paon mystifié,
Le sang se remit à s’écouler,
Doucement entre ses doigts serrer.

S’éloignant de lui, cherchant refuge et chaleur,
Sur sa peau, baiser subtile et de rare valeur,
Mais il ne savait rien de la rose, étrange fleur,
Des piquants acérés, dénuée de tout honneur.

Détournant les yeux, jouant les proies apeurées,
Il était si facile, pour la rose ainsi les abuser,
Joli Paon, que voilà, ce dit elle amusée,
Charmant prédateur, avec qui elle allait jouer.

La terre buvait chaque larme de son sang,
Les ronces et les lierres lentement grandissant,
Lui refusant toute retraite en cet instant,
La chaleur de sa mère maintenant l’envahissant.

La rejoignant, le désir accompagnant ses pas,
Prédateur aveuglé par le parfum de cet appât,
Ignorant de l’imprudence et de son futur trépas,
Cueillir la rose sera peut être son dernier combat.

Elle sentait de nouveau ce doux parfum,
Chacun de ses gestes le rapprochait enfin,
Sa main effleurant sa peau, d’un geste mondain,
Dessinant ces courbes d’un air encore incertain.

Aislin se retourna enfin, et lui fit face,
Ses yeux riant d’une agréable audace,
Sa main sur ses lèvres prenant place,
Un sourire plein de charme et de grâce.

« Chut ! Ne parlons pas de vos fers,
Ne pensez vous pas qu’il y a mieux à faire,
La Mort m’a offert cette clé naguère,
A vous de la mériter et de la satisfaire.

Je ne suis qu’une humble messagère,
Mais je suis curieuse et ne veux me taire,
Votre sang est réclamé par cette terre,
La mort n’est autre que ma mère.

En vous menant ici, je vous ai trahis »
A ces mots la rose frissonne et pâlit,
Déposant un baiser, elle lui sourit,
Elle se sentait de nouveau meurtrie.

(HRP: alors travaillons le fond et la forme !!! langue )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 3 Nov - 4:57

Une main douce posée sur son visage.
Pour Erohir cela, relevait souvent de l'outrage.
Mais un sourire si charmant, invitation au partage,
Le laissa un moment oublier tous ses carnages...

Prédateur, certes, mais peut être un peu proie,
Car cette rose à de nombreux attraits qui font loi...
Le jeu de la séduction n'a qu'une reine ou un roi.
Il devait pour cela, resister à ses charmes de soie.

Il était armé d'un grand sang froid sans cesse,
Les moments comme ici, où dans les bassesses
Sa volonté, même face à la Mort, restait maîtresse...
Mais chaque homme à une ou plusieurs faiblesses.

Quelques mots de la Rose résonnèrent en lui...
Ainsi le masque de la voleuse tombait dans l'oubli,
Elle l'avait amené pour déverser son sang par ici,
Encore une fois quelqu'un l'avait à nouveau trahi...

La réaction d'Aislin lui paraissait un peu suspecte.
Un ennemi ne dévoile jamais ses facettes abjectes,
A moins qu'il ne soit autre chose qu'un insecte...
C'était peut être le remord qui la délecte...

Il fixait Aislin d'un regard froid peut être éternel.
«Après m'avoir offert ce doux cadeau charnel,
Pourquoi me dévoilez vous vos projets criminels ?
Soyez franche avec moi sur votre côté irrationnel...

Je préfère croire que vous dites la vérité,
Car le mensonge est d'une grande vulgarité...
Qu'importe que je ne soi plus ici en sécurité,
Je préfère encore cela, à votre médiocrité...

Le Danger et la Mort sont toujours dans mon esprit,
Alors, essayez donc de me tuer, si cela était écrit,
Je vous faire avec ma vie, un million de débris,
Allez y, je ne pousserai pas le moindre cri.

Mais j'ai aussi d'autres idées bien en tête,
Si il n'y a vraiment aucune réponse honnête,
Je suis prêt à oublier ces derniers mots de tempête
Et recommencer avec vous une autre quête...»

A la fin de sa tirade, il tourna le dos à la colombe.
Il restait fier, et le serait jusque dans la tombe.
D'un geste ample, il fit tomber sa robe,
De manière à partir simplement dans les Nimbes.

«Frappez donc si il y a en vous un peu de vrai...
Où venez me rejoindre si vos mots sont défaits,
J'ai tant de douloureux tourments que j'oublierai.
Une dernière fois, faites selon votre souhait...»

[HJ : Youpiiii ! Ca fait deux heures que j'y suis, mais j'en viens à bout =) ! Je tenais à faire tout comme toi (juste au niveau du style hein parce qu'après...)
J'espère que la maîtresse sera contente de son élève ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Lun 6 Nov - 14:20

Tel le paon, fier il se montrait,
Du mépris maintenant il crachait,
A la mort, dénudée il s’offrait,
De lui uniquement se préoccupait.

Comme les autres, de lui il ne savait parler,
Des paroles qu’elle avait dit, maintenant regrettées
Elle avait trahit son maître, pour le protéger,
Et lui n’avait rien de ces paroles écouter.

Orgueilleux de sa souffrance, il ne voyait,
Que dans ces mots, la trahison et les forfaits,
De la souffrance, l’unique détenteur, il se croyait
Incapable de voir au-delà de la lame qui le menaçait.

Mon père ne faisait plus qu’une ombre,
Et les yeux de roses de plus en plus sombre,
Son cœur envahit de cette pénombre,
Marchant vers lui sur des décombres.

Sortant la rapière, sa paume la tenant serrée,
De son sang, la garde venant d’être souillée,
Ces paroles venaient à nouveau de la blesser,
Pourquoi avait elle essayé de l’épargner.

« Votre mépris des autres sera votre perte,
A la mort vous laissé porte ouverte,
Votre cœur n’est que plaine déserte,
Et ne voulez cueillir une rose offerte.

La mort je ne peux vous l’offrir,
Votre âme est déjà entrain de pourrir,
De votre colère, la terre ne veut se nourrir,
Et ne chercher que ma main pour mourir.

Dans votre souffrance, vous aimez vous complaire,
Et de moi, ou de la mort vous n’avez que faire,
Trop prétentieux et dans votre cœur vous faite taire,
Tous sentiments qui puissent un instant lui plaire.

Vous n’êtes qu’un aveugle et maintenant un sourd,
La vérité n’est plus, que pour vous, qu’un jeu de cour,
Pour vous, une voleuse n’usant que de vilains tours,
Mais ne chercher prés de vous qu'un humble secours. »

La pointe venant sur son torse se poser,
Prés de son cœur la peau légèrement entamer,
Saisissant une larme a l’instant échappée
Sur la pointe doucement entrain de rouler.

Le regardant lasse et fort énervée,
Son père courant derrière les nuées,
D’un geste brusque, venant se planter,
En terre, la lame et sang maintenant mêlés.

De la plaie, le sang avait coulé et aussitôt séché,
La rose, du paon maintenant pouvait s’approcher,
D’un tendre baiser, ses lèvres venant cicatriser,
A la mort, son sang, elle venait de donner.

(Hrp ... de mieux en mieux !!! Wink ... voici la suite avec un peu de retard !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mer 8 Nov - 19:36

Jamais Erohir ne c'était soucié d'autre que lui,
Cela durait, depuis que son passé l'avait fuit,
Quand il avait tout perdu, il était devenu celui,
Que la souffrance adore, même là où la Mort fuit...

Même quand son coeur l'attirait vers une femme,
Il restait distant, ne se préoccupant pas de sa dame,
Préférant un coeur sans vie, plonger sa rame
Dans l'étang de l'errance, et la froideur d'une lame...

Aujourd'hui l'oublié de la vie fermait les yeux,
Toujours dans la même crainte quand on est deux,
La peur de perdre tous ce qui été acquis par le feu.
Cette peur de devenir pire qu'un coeur cendreux...

Cette Rose ravivait cette flamme qu'il étouffait.
Son monde était totalement faux et surfait,
Elle était simple et ne demandait que d'être aidée,
Par un homme déjà mort du mal qui la rongeait...

Son âme damnée voulait pourtant rennaitre,
Une vie sans malheur et peine, un autre être...
Auprès d'un esprit tel que le sien, près à disparaitre,
Dans un univers ou jamais il ne pourra se connaitre.

Ses yeux s'ouvrirent sur la Rose attristée,
Allait-il enfin, permettre à ses sentiments d'exister ?
Son coeur en peine, pourrait il à jamais persister,
Ou devrait il s'abandonner, et cesser de resister ?

Son choix avait été fait... Sa main posée sur sa joue,
Il séchait la rosée de cette rose, si beau bijou...
Elle l'avait touché et détruit son garde-fou,
Plus rien ne l'empêchait de l'aimer de tout son saoul.

«Mon coeur est si plein de dureté qu'il est pierre,
Ma joie, si rare est ma seule raison sur cette terre.
Je suis resté le plus souvent trop distant, trop fier,
Votre baiser m'a délivré de cet étouffant lierre...

Laissez cette lame et venez donc près de moi,
Laissons la douleur qui en nos âmes perdues fait loi,
Je suis prêt à vous écouter, et à avoir pour une fois,
Le fardeau d'une autre. Essayer d'approcher la Joie...

En mon coeur j'accepte de vous faire confiance...
J'espère qu'il n'est pas trop tard dans ma déchéance,
Mais je vous aiderai sans la pointe d'une lance,
A combattre votre mal dans cette éternelle danse.

Ouvrez moi votre coeur pour retrouver le mien»
Un espoir... Si mince espérance de trouver un lien...
La fin du doute sans fin, d'un dilemne cornélien,
Erohir s'offrait, ses yeux plongés dans les siens...

[Hrp : C'est pas juste >< Tu fais pleurer Aislin ! Enfin... En Amour comme à la Guerre tous les coups sont permis, n'est ce pas ? ^^ Merci pour tes félicitations ça met du baume au coeur Mr. Green]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 10 Nov - 21:38

D’un geste doux, il venait de cueillir,

Une larme du coeur qui venait de fleurir,

Elle était si proche, qu’elle le sentait frémir,

Son âme, en cet instant, venait de s’ouvrir.



Son costume de paon venant de tomber,

Elle écoutait ses paroles avec grand intérêt,

Devant la rose, il avait oublié sa fierté,

Dans ses yeux, son regard était plongé.

« Laissez de côté tous ces combats si cruel,

Où la mort, la vie ne savent que se battre en duel,

Vous et moi ne sommes nullement éternel,

Je ne suis pour vous qu’une simple sentinelle.



Le mort en votre cœur est maintenant confusion,

L’oubli de tous vos tourments sera sa reddition,

Le destin vient de vous offrir votre seule occasion,

De vous sauver et de libérer vos émotions.



Vous m’offrez maintenant de m’aider,

Mais sans le savoir, vous venez de me sauver,

Qui de votre mal ne peut être touché,

Hormis la rose que vous venez de rencontrer. »



Tout contre lui, maintenant venant d’approcher,

Son souffle sur sa peau doucement le brûler,

Ses mains de voleuse, osant à peine l’effleurer,

Elle n’osait plus, dans les yeux le regarder.



Sa peau était si délicate et soyeuse,

Savourant se contacte, silencieuse,

Plus de rose, mais femme voluptueuse,

Loin du sang et des guerres affreuses.



A la pale clarté de la lumière languissante,

Elle était pour son âme, caresses apaisantes,

Le conduisant sur cette route mouvante,

Salvatrice de toute son épouvante.



(HRP : Ben tu l'as fait pleurer ? hi hi !!!

A toi de continuer! (tous les coups sont permis, c'est toi qui l'a dit !! ) bisou )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mar 14 Nov - 2:45

Oublier le monde et toutes les saisons,
Elle faisait dans son coeur une belle guérison.
Réussir à briser les barreaux de sa prison,
Expulser de son âme tout cet affreux poison.

La main d'une femme sur sa peau d'albâtre,
Si loin de la chaleur d'une lame sortie de l'âtre...
Avec elle il avait oublié son éternel théâtre,
Ses manières tout au mieux douceâtres.

Le léger frisson porté par la brise légère,
Un moment d'éternité pourtant éphémère,
Laissant loin, tellement loin les rapières,
Toutes ses idées noires, les plus amères.

Il osait à peine la serrer contre son coeur,
Il ne parvenait pas toucher la douce fleur.
Ses mains avaient retrouvé leur chaleur,
Le parfum de la rose, une douce liqueur...

Il approcha sa main de sa peau, doux pétale,
Aussi beau que ce lieu, rêve d'un dernier râle.
Il laisse tomber le voile, déchire son châle,
Ne laissant plus que son âme, sombre opale.

«Douce Rose, que mon coeur noir s'obstine !
Je n'ai su voir en vous ce mal, cette épine,
Votre âme en peine est pour moi une bruine.
Mes mains désormains ne seront plus qu'assassines»

A ses mots, il regardait son beau visage,
Tout près, dès à présent s'offrant au partage,
Rêvant de s'éloigner de ces sombres rivages,
Penser à autre chose qu'au prochain carnage.

Il déposa sur sa nuque un baîser enflammé,
Reflet d'un désir depuis trop longtemps sublimé,
Tendresse, avec souffrance, tellement opprimée...
Et a présent gravir le plus haut des sommets...

Le Soleil, astre merveilleux, pourtant si brûlant,
Comme l'amour vrai, parfois trop aveuglant...
Veillait sur eux comme l'eau où rien de cinglant,
Ne perturbait ce moment et cet être ensorcelant...

[HRP : Vraiment désolé pour le retard... Je fais pas ce que je veux... En tout cas en tant que poètesse tu aurais amplement ta place aux côtés des plus grands
Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mer 15 Nov - 19:18

Quelle étrange sensation que ce baiser,

Jamais sur elle que des yeux posés,

Une fleur sublime pour les empoisonner,

D’une main experte, d’un coup égorgé.



A sa mère, elle aurait du son âme lui donner,

Mais son père, pour lui, une autre destinée,

Peut être pour enfin lui offrir de voir la vérité,

Mais elle ? Que pouvait elle dans ses bras y gagner.



Une rose, une femme, mais aussi une âme damnée,

Trop de questions venaient maintenant s’entrechoquer,

Frémissante sous la bise, elle qui jamais n’avait échouée,

Un orage au loin, maintenant venant à gronder.



Se blottissant contre lui, cherchant à se protéger,

Ses bras doucement, sur la rose venant se refermer,

Il n’y avait plus de jeu entre la proie et le gibier,

Juste deux âmes perdu en cet instant retrouvées.



Elle se sentait si vulnérable dans les bras de ce guerrier,

Mais que faire, hormis le fuir pour ne pas s’exposer,

Se sauver ? Non ! Par ce baiser, la rose était subjuguée,

Elle sentait sa main, dans ces cheveux lentement se cacher.

Le vent autour deux venant tourbillonner,

Mur invisible ne voulant que les protéger,

Le mal au fond de ses yeux venant de s’envoler,

Elle lisait en lui, tant de bonté et de pureté.



Comme le papillons étendant ces ailes froussées,

Délicatement les mains de la rose venant glisser,

Découvrant les marques des combats passées,

S’arrêtant un instant pour y déposer un baiser.



Reprenant sa route, découvrant ainsi son passée,

Chaque cicatrice disparaissait, comme volée,

Les épines de son cœur, commençant à tomber,

L’aventurière s’arrêtant un instant pour le regarder.

(HRP : jamais je ne pourrais me comparer à un poète ! oh non, se serait sacrilège de ma part .... triste ! Allez la suite la suite !!!! Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Sam 18 Nov - 20:04

Quel étrange rêve que ce regard échangé,
Elle le traite autrement qu'un esprit dérangé,
Malgré son âme dans la tempête, il n'est pas l'étranger,
Seulement un homme jouant avec le danger...

Assez des apparences, il est venu le temps de l'être,
Celui de jetter les beaux habits pour mettre des guêtres,
Le temps d'être nu comme notre premier ancêtre,
D'ouvrir son coeur, devenu dur comme le hêtre.

A la si belle rose, son coeur à nouveau s'ouvrait,
Devenir un homme simple, ne garder que le vrai...
Dans ses bras dénudés, délicatement il la couvrait,
Un nouveau sentiment, si tendre, il découvrait...

Son visage il approchait, une rencontre d'émeuraude,
Les anges à travers le vent murmurent une ode.
Le Zéphyr léger et doux, devient un rhapsode,
Et peu à peu pousse Erohir à quitter son exode...

Leurs visages se rapprochent, inoxerablement,
Son corps est traversé d'un léger tremblement,
Frisson de peur, être si fragile, mais paisiblement,
Etait il ému par cette femme ? Probablement...

Un baiser déposé sur ses plus beaux pétales.
Cette femme pure, pourtant loin d'une vestale,
Lui devenait de plus en plus une fleur vitale,
L'opposé de la sombre et mortelle digitale...

Un si douce senteur de séduction émanait d'elle,
Mélange d'épices, de fleurs parfumée et de miel,
Une fragance, où il n'y plus une seule kyrielle,
Un arôme qui vous fait oublier tous les fiels...

Cette sensation divine résonnait comme un écho,
En son coeur libéré, son âme damnée, et sur sa peau,
Sensation éloignée de la griffe du violent ocelot,
Ou de ses blessures faîtes à la pointe du javelot...

A son tour il découvrait le corps de cette étrange femme,
Ravivant en lui la plus belle et la plus ardente flamme.
Ses lèvres s'aventuraient, embrassant ses monts de charme,
Ses collines et leurs vallées couvertes de baisers, autres oriflammes...

Moment de plaisir si intense qu'il vous découvre un autre monde,
Si léger, mais possèdant cette atmosphère si profonde,
Toucher sa peau, poser une belle caresse moribonde,
Sur les parties les plus belles de cette rose rubiconde...

[HRP : C'est un sacrilège que tu peux te permettre aisément Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mar 21 Nov - 21:06

Chaque caresse l’éveillait de sa la chrysalide,

Métamorphose sous la soie de cette fleur insipide,

Papillon de nuit, pour elle, les lumières s’illuminent,

N’écoutant que cette sensation qui maintenant l’anime.



Aventurier sur son corps, à sa flamme attentive,

Elle n’ose bouger et demeure encore craintive,

Volupté de cet astre, dont les baisers charmants,

Allumant sur sa peau des millier de diamants.



Comme la feuille au vent, sur l’onde qui chavire,

Effleurement sur sa peau tel le sillon d’un navire,

La fleur contre lui, à présent, de ses lèvres, s’enivre,

Sous ses doigts, son cœur bas, elle le sent revivre.



A la nuit jalouse, il la tient embrassée,

Aucune autre n’est par ce baiser à sa pensée,

Une soif inexorable, en elle, peu a peu révélé,

Le désir allumé par les philtres de Circé.



L’aventurier s’égarant, au penchant des vallées,

Voyant les derniers feux, dans ses yeux se colorer,

Parcourant les champs, et ainsi son cœur pénétrer,

Son âme entre ses lèvres, imperceptiblement expirer.



Le pourpre sur ses joues effaçant les nuages,

Insatiable, parcourant coteaux, et feuillage,

La profondeur de ses yeux et son si doux visage,

Leur souffle ranimant la flamme d’un autre age.



Effrois charmants venant troubler son âme,

Du papillon de nuit, naissance d’une femme,

Sa vie froide et mortelle, s’allumant à la sienne,

Telle la fleur, se dressant sans qu’on la soutienne.



La nuit renvoyant l’écho de leurs corps mêlés,

De Frivoles baisers de mortels insensés,

Emanant de son âme un charme séducteur,

Du ruisseau de ses lèvres des murmures flatteurs.



(Hrp ... maintenant je ne suis plus toute seule à le mériter ! langue )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Sam 25 Nov - 21:00

Effluves tendres dégagées par ses doux pétales,
Ce délicieux poison le dévorait tel le crotale,
Son âme en lambeaux brûlait d'un passion fatale,
S'unir ou laisser mourir, elle lui devient vitale...

L'argonaute perdit sa vie dans la mer de l'Effroi,
Son coeur flottant à la surface, devenu pâle et froid.
Elle l'avait capturé, comme l'on prend un palefroi,
Avec patience et douceur, loin d'un sombre beffroi...

Il ne parvenait pas à garder tout contrôle,
Le paon, mué en fauve, n'était plus dans sa geôle.
Terminée la divine comédie, où le véritable rôle,
Consistait à les guider dans ses filets, sombre luciole.

Dans ses bras il la tenait, ne pas la laisser faner.
Ses gestes n'étaient pas réfléchis, juste spontanés,
Guidé par la merveille de sa peau safranée.
Elle était pour lui une autre vie, sans succès damné..

Un souffle de braise faisant naître la rosée,
Ce mistral ardent qui fait renaître les âmes osées,
Un sombre guerrier à présent métamorphosé,
En un tendre homme, un doux opposé…

Il l’embrasse encore, la désirant toujours plus,
Plus belle que toutes les fleurs, sombre lotus.
Il la caresse tendrement, son doigt sur son plexus,
Ses yeux perdus dans un fabuleux cirrus…

Il la regarde dans les yeux, et la voit mourir,
Une raison de plus pour encore souffrir,
De nouveau une ombre pour s’assombrir…
Devait il s’unir même s’il la voit périr ?

Trop de questions sans la moindre réponse,
De prendre la Rose comme une vraie ronce,
De ne même pas lui donner la valeur d’une once.
Dans la nuit son cœur alors lui annonce :

« Délicieuse Aislin, plus belle des fleurs,
Vous devenez à présent mon crève-cœur,
De vos peines vos souffrances je serai le voleur,
Car vous méritez de ne plus vivre la douleur… »

[HRP : Faut pas exagérer, je débute, mais merci ^^
Désolé pour mes retards, mais j'ai de moins en moins de temps...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 8 Déc - 19:03

« Dans mon cœur, il n’y a plus de douleur,
Prés de vous, je ne connais plus la peur,
Pour vous je serais cette simple fleur,
Même si pour cela, il faut que je meure.

Je n’ai eu que votre vie à vous offrir,
Mais je sais que vous ne deviez pas périr.
Il m’est impossible de vous prédire l’avenir,
Dans vos mains, le choix de votre devenir.

Je ne suis de cette araignée, que le fil étoilé,
N’attirant les proies que pour être dévorées,
Pour vous, la toile je viens enfin de déchirer,
Je suis maintenant libre et peux ce lieu quitter.

Il en est de même pour vous si vous le souhaitez. »
Tel le chat au bord de l’eau, il semblait hésiter,
Ces bras autour d’elle venaient doucement se retirer.
Son regard d’éclaires maintenant semblait lui lancer.

Qu’avait elle dit, qu’avait elle fait, son cœur se serait,
Tel le roseau pliant sous le vent son regard elle affrontait,
Lentement ses points contre son corps se fermaient,
Il semblait vouloir partir, la laisser seule à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Mar 12 Déc - 2:02

Pourquoi tant de Peur dévore son âme ?
Pourquoi se refuser à faire naître une flamme ?
Il ne pouvait plus éternellement jouer cette gamme,
Qui les mèneraient tôt ou tard face au drame.

C'est une bataille qui se livre dans son esprit,
D'une part la volonté de réduire en débris,
Ce sentiment naissant, déjà bien amaigri,
Un bourgeon naissant qui a besoin d'être chéri.

« Aislin… Vous avez dérobé ma douleur…
Avec vous rien n’est mort, pourtant j’ai peur,
Perdre ce que vous m‘offrez à moi le valseur,
Je crains que votre vie ne soit prise par le faucheur.

Ce mal est le mien, fruit de mon bon plaisir,
Un nouvel abysse, et à jamais s’y transir…
Même face à la mort à jamais je vous désire,
Mon âme à déjà trouvé sa voie, je n’ai plus à choisir »

Une tendre et aimante caresse sur sa peau de soie,
Cette rose, tout son être en son esprit fait loi.
Jamais il ne peut la quitter, elle lui offre la joie,
Il devient à présent la plus aisée des proies…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislin
Rousse aux jeux de vers
avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Ven 29 Déc - 18:02

Il y avait dans son coeur tant de désarrois.
Sur sa peau maintenant courrait ses doigts,
Et dans ses paroles, elle y trouvait la foie,
La mort sur elle n’avait plus aucun droit.

Mais hors de ce lieu, quel serait son destin,
De la vie, elle n’en connaissait rien.
Elle n’était qu’une rose née ce matin,
Aurait elle le droit de quitter ce jardin ?

Contre lui, tout lui semblait possible,
Devant la mort, il était invincible.
De ces caresses, elle était si sensible,
A ces baisers, elle se donnait en cible.

Son souffle dans son coup maintenant brûlait.
Des rayons du soleil, jamais la rose ne souffrait !
Dans ses bras, tant de choses qu’elle ne comprenait,
De quelle magie sur sa peau et son âme, il usait.

De sa gorge les mots se refusaient à sortir,
Elle voyait des flammes dans les yeux d’Erohir.
Mais elle voulait savoir, s’il lui fallait mourir,
Ce que dans son cœur, il pouvait ressentir.

« Qu’avez vous, me semblez si furieux ?
Je vois tant de choses au fond de vos yeux … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erohir
La main au ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 1100
Age : 30
Jeu : Ithryn Luin
Race : Éveillé
Classe : Duc Noir
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   Jeu 4 Jan - 4:54

Ce moment d'éternité dérobé au temps,
Un instant divin dont rêve chaque pénitent,
Le sentiment sublime de vivre au présent,
Attendu, espéré, durant mille et un printemps.

Mais hélas chaque chose à un début et une fin...
La Mort et l'oubli au final ont toujours leur butin.
Pour les dieux et le temps nous sommes pantins,
Ils peuvent sans peine nous jeter dans le Ravin.

Erohir, ombre et poussière ne le savait que trop bien.
Son âme était déchirée, entre ce passé qui était le sien,
Et un avenir, aveugle et sans repère ni gardien,
Telle la partition qu'on aurait masquée au musicien.

Il sera pas plus son étreinte sur la sublime dame,
De peur qu'elle souffre et s'évanouit tel une flamme.
Se résoudre à la perdre lui était un impossible drame,
Le murmure qu'il lui souffla le blessait comme une lame.

«En réalité, cette fureur que vous voyez n'est que pâleur,
Ce Feu est le reflet même de ce qui se trame en mon coeur,
J'ai honte à vous l'avouer mais du Futur j'ai grand peur,
Car vous perdre serait désormais mon ultime malheur»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Rose et le Paon   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Rose et le Paon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epo dragoune rose
» nez rose clignotant....
» le nez de Certiclignote rose, qu'est ce qu'il veut me dire?
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» La Cabale de la Rose d'Ebène.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque contemporaine (Présent) :: La place des Poètes :: Le jardin des runes-
Sauter vers: