[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un verre, deux verres, misère...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Un verre, deux verres, misère...   Jeu 14 Sep - 16:23

Ce soir, je me suis risquée dans les rues de la ville, à la recherche de ceux que je ne veux pas trouver. Les verres se sont enchaînés, ce soir encore. L’un pour se rappeler, l’autre pour oublier, et la descente s’amorce. Une descente en solitaire vers l’ivresse, seule déesse qui me tend des bras réconfortants dans ce bas monde démoniaque.

Le tavernier commence à rechigner, craignant que la bourse qui le payera laissera une lourde ardoise à l’un de ses plus fidèles clients. Il ne veut plus remplir ce verre aussi vide que mon âme. De toute façon, je ne supportais plus les mains crasseuses et baladeuses de ces oiseaux déplumés qui siègent dans cette assemblée pitoyable.

Malgré le hoquet alcoolisé, je mets un pied devant l’autre sans trop de mal. Je quitte cette auberge sans regret, regagnant les recoins sombres des ruelles escarpées. Là, à la croisée des chemins…

Cette croupe, je la reconnaîtrais entre mille!

Qui devrais-je reconnaître? Je ne sais pas. Mais je suis les sabots qui claquent sur les cailloux, pressant avec difficulté le pas pour rejoindre cet étalon…

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Jeu 14 Sep - 16:33

La ville l'attire et la repousse aussitôt. Elle vient quelquefois s'y perdre, le regard flottant au-dessus des têtes affairées de la foule, sentir le frôlement de la vie contre ses membres froids. Cette nuit elle ne regagnera pas sa clairière, elle préfère marcher dans la ville bientôt déserte. Se faire attaquer, peut-être, mourir, peut-être. Pourquoi pas...

Elle passe devant une taverne glauque. Odeur de bière froide et de sueur rance. Pas envie de supporter ça ce soir... Elle continue son chemin. Le claquement de ses sabots sur les pavés résonne contre les murs aveugles. Elle marche, les bras ballants, les yeux vides.

On la suit. Quelqu'un de léger. Son assassin, peut-être ? Un sourire vient étirer ses lèvres. Elle continue à marcher. C'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Jeu 14 Sep - 16:44

J’y suis presque… Un bond, et je serai à nouveau sur son dos, comme lorsqu’il m’emmenait voir le soleil se coucher dans son lit fleuri aux mille couleurs. Des souvenirs, devenus vagues mais pourtant si clairs, tout à coup, me reviennent. Et son nom qui résonne dans ma tête comme le clairon qui m’annonce une nouvelle chasse.

Oui, c’est lui, j’en suis sure. Je reconnais sa robe, sa crinière, son odeur… J’ose me lancer dans les airs, espérant que la distance du saut a été bien jaugée.
Il est si doux, ton pelage… Je me blottis comme une enfant, entourant le buste du centaure, déposant des baisers aux effluves alcoolisés sur ce cou offert.

Mon gentil poney, enfin on se retrouve!

Je ne peux contenir ma joie. Mon cœur tente de s'échapper de ma poitrine, attiré par le corps de l'autre. Mes mains se baladent sur sa peau, retrouvant des sensations oubliées.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Jeu 14 Sep - 17:26

Ah. Nous y voilà. Ca bouge, là derrière.

Un poids sur son dos. Classique, comme technique d'assassinat. Ils s'imaginent qu'ils sont maîtres, là-haut, ces crétins qui croient qu'ils viennent de sauter sur une espèce de cheval.

Ah. Une paire de mains baladeuses. C'est plus inattendu, tout de suite, mais c'est pas la première fois. Par contre... des mains aussi petites ?

Surprise, elle interrompt son geste qui aurait été :
1- arrêt brusque
2- échappée vers la droite
3- coup de cul
avec pour résultat atterrissage de l'intrus dans le tas d'ordure, juste là, en face.

La voix, féminine aussi, à n'en point douter. Et de toute évidence, à entendre le petit surnom, y'a méprise sur la personne. Justifiée par les vapeurs "chargées" accompagnant la voix...

Mais...
Ca alors...
Des bisoux sur la nuque ???

Immobile, les yeux écarquillés dans l'ombre, la centauresse reste pétrifiée, tétanisée et en même temps étrangement amollie sous les caresses et les baisers de l'inconnue éméchée qui vient de lui sauter sur le dos. Touchée, malgré elle.

De la tendresse... Mal dirigée, destinée à quelqu'un d'autre. Mais de la tendresse. Elle a chaud, et elle a mal. Parce que c'est doux, et parce que ce n'est pas pour elle. Tant pis. Tendresse donnée, elle se laisse faire. Et puis ça ne se reprend pas. Reprendre c'est voler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mar 19 Sep - 15:53

Quel bonheur… Pour la première fois depuis bien longtemps, mon cœur et mon esprit sont en osmose totale. Pendant que mes lèvres restent colées à la nuque sucrée du centaure, mes mains s’amusent encore à parcourir la partie humaine de ce corps inconsciemment désiré. Peu à peu, je sors de ma torpeur éthylique. Je prends conscience des formes étonnantes de mon petit poney…

Lui, auparavant si bien charpenté… Ses épaules, ses bras, ont perdu de leur puissance. Ils sont frêles, mais toujours aussi doux. Et ses pectoraux, dont il était si fier, se sont ramollis au point de former dans le creux de ma main un véritable sein de femme. D’ailleurs, j’en serai presque jalouse… Y’a du monde au balcon, et c’est de la première qualité, un sein comme ça! Et cette douceur, toujours plus ensorcelante…

Mes mains se décident enfin à remonter un peu, effleurant ce visage que j’aimerai embrasser. Mes doigts viennent se perdre dans la longue chevelure, peignant de larges mèches qui retombent ensuite sur mon visage. Dans un élan de folie mêlée à un désir profond, j’attrape fermement la longue crinière que je ramène sur moi. Mon nez s’y noie littéralement, s’appropriant toutes les fragrances qui y résident. J’ai peut être tiré un peu fort, mais égoïste, je continue à m’enivrer de son odeur.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 20 Sep - 11:41

- Attention, petite... Je veux bien qu'on joue avec, mais j'aime pas qu'on s'y pende.

Il y a un frémissement de rire dans sa voix. Elle a laissé les petites mains la frôler un peu partout, résistant à l'envie d'éclater d'un rire chatouilleux, anticipant la surprise de sa cavalière impromptue. Quand les doigts étroits et fuselés sont arrivés à son buste, elle a attendu une réaction, et ... rien. Les mains ont continué à se promener sur elle, indiscrètes et fureteuses, si douces... Jolies, aussi. Souples, claires, petits ongles ovales et nacrés... Ravissantes mains de demoiselle...

Mais bon, c'est pas une raison pour la laisser m'arracher la moitié des cheveux, quand même ! On va gentiment se calmer, là derrière. Elle lève les mains, attrape l'une de celles qui traînent dans sa chevelure, et la décroche prestement (d'autant plus prestement qu'elle est sobre, elle...). Ce qui lui permet de tourner la tête et de jeter un coup d'oeil à ce qui s'agite sur son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 20 Sep - 14:42

Sa main vient saisir la mienne, avec force et douceur, provocant un frisson qui se met à courir le long de mon bras, s’aventurant jusque dans mon bas ventre. Sa tête se tourne maintenant vers moi. Dans une fraction de seconde, je pourrais plonger mon regard dans l’océan émeraude de ses yeux. Ses yeux…

Mais… Mon petit poney s’est efféminé au possible! J’observe, plissant les sourcils, ce visage qui trouble mes souvenirs. Puis tout se met en place. La robe plus claire, la chevelure longue et soyeuse, le buste rebondi, et ce visage…

Comment t'as fait ? T'as pris la place de mon Aeron, alors que j’étais déjà sur son dos! Wahou, t’es trop forte, toi!

J’esquisse un mouvement, me préparant à remettre pied à terre. Les effets des nombreuses boissons ingurgitées ne se sont pas tous dissipés, et accentuent ma maladresse naturelle. Mes bras viennent se cramponner aux épaules de la centaure, pour éviter à mon visage de saluer trop brusquement le sol bien plus dur que mon crane. Son odeur emplit à nouveau tout mon être, me faisant oublier bien des choses.

Peu importe qui tu es… Tu sais qu’tu m’plais, toi?

A nouveau, mes lèvres viennent couvrir dans son cou, sans demander d’autorisation préalable.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 20 Sep - 17:27

C'était bien ça... Complètement saoûle, la petite humaine... Mais l'ivresse a l'air de bien lui aller, ça lui met le rouge au joues et de la lumière dans les yeux... Sa position sur le dos de la rôdeuse est un défi aux lois naturelles qui font que plus un corps contient d'alcool, plus il est enclin à s'écraser au sol et à y laisser ses dents... D'ailleurs voilà qu'elle frise la chute, et se récupère de justesse.

Et en profite pour se remettre à embrasser son cou. Décidément... Un début d'agacement lui fait froncer les sourcils. Ses lèvres impatientes la dérangent. Le corps svelte plaqué contre son dos est doux et chaud, si léger, pas gênant, mais les rondeurs qu'il accuse, même menues, sont trop précisément dessinées contre ses omoplates. Et ça lui fait bizarre. Un drôle de malaise, impossible à identifier. Et comme elle a sa dose de malaises de ces temps-ci, pas question d'y ajouter celui-là.

Hop, une volte serrée, il n'en faut pas plus pour déséquilibrer l'impudente, tous en glissant un bras sous ses épaules et l'autre derrière ses cuisses. Ce serait dommage de fracasser un si joli minois sur le pavé... La voilà porteuse d'un corps d'adolescente, tout tiède et détendu. L'inconnue lui offre un visage ahuri, charmant, deux grands yeux chavirés couleur d'ambre, qui reflètent la lune comme deux joyaux polis, une petite bouche entrouverte sur un piaulement de surprise.

Qu'est-ce que tu attends pour la déposer par terre ? Pourquoi restes-tu figée comme une statue, ton fardeau entre les bras ? Parce qu'elle est souple et douce comme un chaton ? Parce que ses cheveux défaits glissent sur ton bras, et qu'à côté, la soie la plus fine est plus râpeuse que de la laine mal tissée ? Mais qu'est-ce qui te prend, Boa ?

Pourquoi est-ce que tu l'embrasses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 22 Sep - 13:32

Je n’ai pas fini de courtiser la pouliche qu’elle colle déjà ses lèvres contre les miennes. Jamais je n’aurai imaginé qu’il y avait moins patient que moi… Ce baiser, je ne l’accepte pas, je le dévore. Il m’entraîne vers ce monde dont même l’ivresse ne connaît pas le chemin.
Ahhhh… Si j’étais Félys, je ronronnerais à en faire trembler la terre…
Si j’étais Sorcier, je ferais éclater mon extase dans le ciel telles des étoiles aux mille feux….
Si j’étais un mâle…


Non! Va t’en de ma tête, idée diabolique!!!


Ces actes inavouables qui prennent forme dans mon esprit me font lâcher prise. Mes bras remuent au-dessus de ma tête pour disséminer ces pensées qui ne m’abandonnent pas, telles des mouches autour d’un pot de miel. Avec tant d’agitation, la chute est inévitable. Le sol que je souhaitais tant éviter vient saluer sans ménagement mon crane. La position est fort inconfortable, car pas totalement horizontale. La centaure m’agrippait avec tant de force qu’elle a gardé mes jambes dans ses bras.

Ma chaussure droite s’est fait la male pendant la bataille, mettant à nu ce pied que personne ne saurait voir. Et pour détourner l’attention de ma pose peu séduisante, mes orteils s’agitent, chatouillant lèvres et narine de la Belle. Tout ceci accompagné d'un grand sourire enfoui sous la terre qui masque mon visage.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 22 Sep - 14:11

Brong...

C'est quoi ce bruit ?

Ramenée brusquement à la réalité, après ce baiser ravageur qui l'a envoyée dans les nuages à la poursuite de petits anges aux fesses roses et dodues, la voilà qui contemple avec stupeur ses bras vides... Euh, non, pas tout à fait.

Elle n'a pas encore compris que dans l'émotion de l'instant sa prise sur les épaules de l'envoûtante demoiselle s'était quelque peu amollie. D'où le
brong bizarre. La triste vérité lui apparaît à peine que quelque chose d'inidentifiable vient s'agiter devant son nez. Une espèce de chauve-souris mutante ? Un oiseau sans plumes tout charnu ? Elle a du mal à mettre un nom sur le bidule qui gesticule, d'autant plus que, ne le répétez pas, elle est un peu hypermétrope...

Action, réaction. Quelle que soit cette bestiole, elle est soit malveillante, soit très malavisée de venir se promener ici et en ce moment précis. Donc, la riposte fuse, immédiate. Une main prise, l'autre qui pendouille bêtement, que nous reste-t-il ?

Un bon coup de dents dans la viande.

Marrant, c'est en bas que ça crie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 22 Sep - 14:30

V’la ti pas qu’elle me bouffe le pied la grande !?!

Quelques petits mordillements sensuels, personnellement, j’adore ça… Mais un vif plantage de ratiches dans la voûte plantaire, ça ne peut laisser personne indifférent. La douleur qui se diffuse insidieusement le long de ma jambe me fait oublier un temps ma piètre position. Mais lorsqu’elle s’immisce jusqu’au siège de mon éthylisme, ma réflexion en est quelque peu troublée. Je ne saurai dire pourquoi, mais continuant à désapprouver à gorge déployée qu’on se nourrisse de ma personne, je me lance dans une concertation interne, avec pour thème principal la dentition des centaures.

Existe t’il des études à ce sujet? Tout le monde le sait, le centaure est une sorte d’hybride entre le canasson et l’homo sapiens. Extérieurement, on sait reconnaître quelle partie vient de telle ou telle race originelle. Mais qu’en est-il du râtelier? Je me concentre tellement pour analyser les empreintes douloureuses que j’en oublie de respirer. Virant au rouge, puis au blanc, en passant par des teintes jusqu’ici jamais vues sur une peau humaine, j’arrive tout de même à une conclusion avant de sombrer dans l’inconscience: dans tous les cas, ça fait mal…

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 22 Sep - 15:08

Bon. Ben c'était son pied.

Elle passe par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, pour finir sur un beau rouge pivoine... On n'a pas idée de gaffer ainsi... Non seulement elle lui fracasse le coin de la tronche sur le pavé, mais en plus elle lui boulotte le peton... Boa tu n'es qu'une sombre imbécile avec un degré de self-control qui confine au zéro absolu...

Elle s'agenouille vivement à côté de la jeune fille, pour découvrir qu'elle a quitté ces rivages pour voguer librement dans les ondes tièdes de l'inconscience. Elle s'en veut à mort, la centauresse, et se mord la lèvre à la vue de l'ecchymose majuscule qui apparaît sur la pommette délicate de l'infortunée victime de sa maladresse... Elle ramasse doucement la corps inerte, et se relève avec des précautions de jeune mère pour son nourrisson endormi...

Elle tourne la tête, perplexe, indécise, et opte pour une grange abandonnée croisée un peu plus tôt en guise de refuge improvisé. Quelques minutes plus tard, elle dépose délicatement sur un tas de paille épais et odorant son précieux fardeau. Une vieille pompe dans le coin de la bâtisse lui fournit de l'eau claire pour humidifier un bout de tissu propre prélevé dans sa besace. Doucement, elle entreprend de nettoyer le visage maculé de boue de la demoiselle inconsciente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 22 Sep - 15:31

Mal de crane… Ma main vient gratter mon cuir chevelu, afin d’encourager la tignasse à pousser vers l’extérieur. Parce que ça chatouille le cervelet, dans ce sens. Mes paupières hésitent encore à se lever, protégeant mes pupilles de la possible luminosité aveuglante du grand jour.

Fiou, mais j’ai transpiré comme un troll, je suis trempe!

Cette moiteur inhabituelle sur mon visage me rappelle les masques de boue du 3e jour de pleine lune. Mais, quel jour on est, au fait? Après un gros effort, je soulève une paupière avec prudence. J’entrevois un visage angélique, qui aurait pu me faire penser que je rêvais encore si les tambourins ne raisonnaient pas autant dans ma pauvre tête.

Cette personne, au visage doux et tourmenté, semble s’occuper de moi avec une telle douceur… Mais ce n’est pas ce qui me marque le plus. Ses cheveux… J’ai envie de les lui arracher! Ils sont plus beaux que les miens, et ça, ça m’est difficilement supportable. Mais restons polie, au moins quelques minutes. Surtout qu’elle pourrait me remettre les cases en place, la beauté.

Bien le bonjour, gente dame! Auriez vous l’aimable amabilité de me dire comment j’ai atterri ici? Et… Heu… Pour le mal de crane, je pense en connaître la raison… Mais peut être sauriez vous me dire quels déboires m’ont mise dans cet état?

J’ai mis dans cette phrase toutes mes connaissances grammaticales, ainsi que toutes les politesses de mon répertoire. Ça devrait suffire pour obtenir une réponse.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 22 Sep - 15:45

Il fait sombre dans la grange, heureusement, car les paroles de la donzelle lui ont à nouveau porté le sang au visage... C'est vrai ça, vous n'avez pas idée de la malédiction que c'est d'être claire de peau ET émotive, en plus ! Enfin bon, le problème, c'est qu'elle dit connaître l'origine de son mal de crâne ! Est-ce qu'elle parle de la cuite, ou de la chute ? Elle ne semble pas garder souvenance de la seconde...

Elle hésite. Mentir, c'est mal... Mais comment lui avouer qu'elle l'a laissée tomber au cours d'un baiser passionné, et sauvagement mordu le pied par la suite ? Vous y arriveriez, vous ?

Ele se mord les lèvres à nouveau. Que faire, que faire... La vérité lui fait vraiment trop honte... Le mensonge aussi... Elle opte pour le compromis...

- Je crains d'être la cause d'une partie de votre mal de tête... Nous nous sommes, euh... rentrées dedans, en fait (là, le souvenir du contact frais et affolant de la langue de la jeune fille la fait carrément virer au cramoisi. Mais au moins ce n'est pas un mensonge...) Le choc a dû être un peu violent... J'ai tendance à être... parfois assez maladroite...

Ouf. Demi-vérité n'est pas complet mensonge... Mais Dieux que cette haute voltige verbale l'embarrasse ! Pour masquer son trouble, et va jusqu'à la pompe rincer son mouchoir et le tordre.

- Je vous ai amenée ici. Je ne pouvais pas vous laisser inanimée au milieu de la rue... Ne bougez pas, ceci va vous faire du bien... Un beau bleu en perspective... Je suis désolée...

Elle pose le plus doucement possible le mouchoir imbibé d'eau fraîche sur la joue déjà gonflée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 29 Sep - 14:40

Un choc, plus la beuverie phénoménale… Ceci explique cela, en effet. Je ne peux lui en vouloir, même si je ne me souviens pas bien, je dois être quelque peu en tord dans cette histoire. Et puis, elle s’occupe si bien de moi. Par contre, quand elle m’annonce que je vais avoir un hématome…

Première réaction, je me dis que je pourrais raconter moult aventures sulfureuses ou valeureuses qui auraient pu me causer un tel traumatisme. Et j’avoue, je ne peux retenir ce sourire satisfait qui se dessine, miroir des images qui se bousculent dans mon esprit.

Deuxième réaction. L’horreur ! Mes traits se tirent, mes yeux se mouillent, mes lèvres tremblent. Je fouille dans mes poches, à la recherche de ce petit miroir dérobé dans… je ne sais plus où, en fait. Mes larmes coulent à flot, torrent non pas de tristesse, mais de désarroi.

Non, pas ça… Tu te rends compte? Un bleu… ça va pas du tout, ça! Je peux pas avoir de bleu, j’ai rien à me mettre qui va avec cette couleur! C’est une catastrophe!!!

Le désespoir s’empare de moi. Totalement perdue, je me projette littéralement dans les bras de la belle centauresse. C’était inévitable, nos têtes se rencontrent à nouveau dans un beau fracas.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Ven 29 Sep - 15:05

Des étoiles.

Des tas de jolies étoiles...

Regarde la jaune, là, comme elle est jolie ! Et puis la verte à côté, elle est pas mal non plus... Tiens, c'est quoi, ça ? Un ptit oiseau ? Au milieu des étoiles ? Il en a de la chance, cet oiseau... Quoique... C'est bizarre, rose cucul, comme couleur de plumage, non ?


La centauresse a culbuté en arrière et roulé dans la paille. Elle gît les sabots en l'air et les bras à 9h15, et un ravissant filet vermeil s'écoule de sa narine gauche... Elle a les yeux dans le vague et un grand sourire béat...

C'est marrant ce bruit... Des cloches ? En pleine nuit, ils sont pas gonflés de sonner les cloches ainsi ? Comment ça se fait que je sais que c'est la nuit, moi ? Ah oui ! Pasqu'il y a plein d'étoiles !


Alors reprenons... La nuit, les cloches... Pourquoi donc sonnerait-on les cloches en pleine nuit ?

Soudain elle se redresse dans un grand cri d'effroi, les yeux écarquillés !

- Aaaaaaaaaaaah ! AU FEU !

Effarée, elle se rappelle de la grange, du foin... Sortir d'ici, et fissa ! Elle bondit sur ses pieds. C'est là que la douleur la rattrape. Comme un second coup de boule en plein visage, en fait... Elle se courbe, se tenant la tête à deux mains...

- Oooooow, mais qu'est-ce qui s'est passé... ?

Une ombre confuse sur sa droite... Elle a du mal à faire la mise au point, les images se dédoublent et se chevauchent... Prise de vertige, elle retombe agenouillée dans la paille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 4 Oct - 14:34

Au feu ??? Il ne m’en faut pas plus pour bondir sur mes pieds, maîtrisant tant bien que mal la loi de la gravité, mon équilibre étant quelque peu perturbé par les nombreux neurones détruits en si peu de temps. L’alcool, les chocs, que de choses non conseillées pour une bonne faculté intellectuelle! Mes bras s’agitent sans raison. J’essaie de m’envoler? D’éteindre le feu? De l’attiser? Consciente que le ridicule peut tuer lorsqu’il est suivi de grave conséquence, je force mes membres supérieurs à se faire plus discrets.

La pouliche retourne à ses origines ancestrales, s’installant dans la paille. Elle semble confuse, la beauté, le moment d’en profiter est peut-être venu… Je m’approche d’elle, tâtant mon visage, comprenant que la nouvelle bosse va me permettre de m’équilibrer niveau boursouflures. Je me dandine sans grâce, le mouvement de balancier n’étant en aucun cas volontaire, tout en essayant de garder un poil de mon charme. Plus qu’un pas, et je serai tout proche. Concentration maximale, éviter tout contact involontaire trop brutal, c’est pas le moment de tout gâcher…

Ma main vient d’un geste des plus délicat dégager son visage, masqué par sa chevelure toujours aussi soyeuse. Là, je ne sais ce qui me prend, une sensation étrange m’envahit. Si je raconte que j’ai l’impression qu’un Felys fantôme vient de se glisser dans mon corps, on ne me croira jamais. Pourtant…

Je ne maîtrise plus rien. Est ce cet esprit qui commande mes gestes, ou cette passion sauvage que la centauresse éveille en moi ? Mes lèvres viennent se poser, affamées, sur sa bouche gourmande.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 4 Oct - 17:57

J'ai dû prendre une poutre sur le crâne. Ou une pierre. Ou un troll. Je sais pas mais ça devait être fameux pour faire un effet pareil... Y'a tout qui danse, bon sang, je n'y vois plus rien. Quelque chose qui s'approche, je n'arrive même pas à distinguer qui ou quoi ou...

Ca y est j'y suis. C'est la gamine éméchée de tout à l'heure. Je la reconnais, c'est la même haleine douce et en même temps légèrement parfumée d'alcool. Et la même petite bouche ferme, aussi... De même que la langue fureteuse, je la reconnais aussi, celle-là.

Mais...

Qu'est-ce que...

Je...

Je rien du tout.
J'enlace sa taille toute gracile et je la renverse dans la paille fraîche, ça oui. Et je lui rends son baiser avec... avec... oh misère, avec la fureur affamée d'une bouche solitaire depuis bien trop longtemps. J'en perds le souffle. La tête qui tourne, tout le corps qui picote et les mains qui tremblent. Un bon moyen, ça, de les plaquer sur elle...

Ca tourne de plus en plus... Oooooh qu'est-ce qui m'arrive ? J'ai chaud, j'ai froid, je vais me trouver mal... Ce petit sein rond et ferme, c'est une ancre pour moi, c'est grâce à lui que le monde reste stable, alors surtout ne pas en éloigner ma main, vu que de toute façon, elle est très bien là, ma main ! C'est exactement la bonne dimension de sein pour ma main, ni trop grand, ni trop petit, il est parfait, ce sein, merveilleusement doux et élastique, et cette petite pointe au creux de ma paume...

Mais qu'est-ce que je suis en train de faire ?

Au feu...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mar 10 Oct - 14:29

Elle répond passionnément à mon baiser. Quelle que soit la raison qui m’a poussée à chatouiller sa langue, je ne veux plus m’en séparer. Et sa main, qui vient se plaquer sur mon sein, tantôt tâtant, tantôt tentante. Là, on reconnaît le toucher féminin. Une prise en main ferme et délicate, une caresse appuyée avec douceur, un titillement du bout des doigts juste au bon endroit. Je profite de ce moment, me laissant fondre dans ses bras.

Mais sa main reste en place, elle ne part pas à la rencontre d’autres recoins de mon anatomie. Pourquoi? Je détache une seconde de cette passion qui m’attise, pour comprendre une chose. Sa main, ici, précisément. Ce doit être un rite centaure…

Ni une, ni deux, j’en fais de même. Main droite sur sein gauche. Mais celle-ci est plus à l’aise dans une poche… Mes doigts frétillent, ma paume tremble. Maladroite comme je suis, je risque de faire trop fort, de mal m’y prendre… Toujours collées l’une à l’autre, j’entrouvre un œil pour voir si les siens la gardent à l’intérieur de ce plaisir interdit. Ils sont clos.

Pour voir…

Ma main lâche prise, et vient se poser sur mon sien. J’expérimente pendant quelques secondes le doigter que j’utiliserai sur elle. Pourquoi son bras décide t’il d’écarter le mien juste à ce moment là? Pas grave, j’ai une autre main, et un autre sein.

Oups, j’avais oublié qu’il était pris...

Consciente, mais inapte à arrêter le mouvement, je continue à malaxer mon sein à travers la main de la centauresse.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mar 10 Oct - 15:40

Quelle cruauté en ce bas monde...
Là je ne sais vraiment plus quoi faire.
Trop de possibilités, trop de tentations, une seule bouche...
Son baiser me rend complètement dingue, et à côté de ça j'ai une folle envie de river mes lèvres à son cou, vous savez, sous l'oreille, là où la peau est toute fine... Et je ne vous parle pas du délire qui s'installe dans ma tête à la seule évocation de ce merveilleux, de cet impérieux, de ce sûrement délicieux petit bout de sein que je roule sous mes doigts...

Elle choisit pour moi, c'est pas plus mal. Enfin je me comprends. Maintenant qu'elle presse ma main contre elle, je n'ai plus qu'à me décider entre perdre mon âme dans ce baiser prolongé, mais pas encore assez, et glisser vers sa gorge offerte, vers le parfum de sa chevelure qui m'obsède déjà... A vrai dire, le choix est fait. J'ai besoin de détourner mon attention de la chair palpitante et gonflée qui réchauffe ma paume... C'est ça ou... ou... je sais pas mais je suis salement dans le rouge, là... Je choisis le voyage.

Et je crois que je ne le regretterai pas. Sa peau m'enivre... Je la caresse du bout des lèvres, humides encore de ce baiser, ce fichu baiser qui m'a collé le vertige, et mon souffle rapide sur la petite trace mouillée lui fait venir la chair de poule... Vite, je la réchauffe d'un baiser, deux, trois, toute une moisson de baisers cueillis dans son cou, de l'oreille à l'attache de l'épaule... Sucre et épices, elle n'est que douceur et parfum, un délice, si je ne me retenais pas je la mordillerais...

Et au fait, je me demande bien pourquoi je me retiens... Ca sert à quoi de me retenir maintenant, je vous le demande ? Les bornes sont loin derrière, et depuis bien longtemps. Voyons les choses en face, je suis couchée dans la paille avec une jeune humaine dont j'ignore le nom, je lui caresse un sein et je lui en lèche la pointe de l'autre. Tiens ? Déjà ? J'ai loupé un épisode... Voilà à quoi ça mêne de se poser trop de questions, j'ai raté bien 20 centimètres de peau, là ! Mais je vais me rattraper, oh oui... Cette parcelle de peau-ci est...

Est...

Est ?

Indispensable, voilà...

Frémissante.

Somptueuse.

Je crois que je vais tomber dans les pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelis
Saucisson, mais pas boudin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5759
Age : 37
Jeu : floode donc je suis
Race : un peu de ci, un peu de ça
Classe : pied
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 11 Oct - 16:40

Jamais je n’aurai pensé être dans une telle position, dans les bras d’une autre femme. Mais voilà, j’y suis, et je ne veux qu’une chose, que cet instant dure à jamais. Qui d’autre qu’une femme peut savoir exactement quel endroit doit être embrassé, quel creux doit être chatouillé? Un long soupir de plaisir s’envole dans la grange. Puis un autre. Et un autre. Non, le dernier ne vient pas de moi. Et ce bruit ressemblait plus à un grondement qu’à un soupir.

Je lève les yeux vers ceux de la Belle, pour lire sur son visage ce qui a pu causer un tel râle. Un nouveau grondement, plus bruyant, me fait sursauter. Le téton pointé vient se frotter sans délicatesse sur une dent, procurant une sensation bien moins agréable que lorsque c’était la dent qui venait à lui. Douleur, frayeur, l’orage fait rage.

Quelques éclairs viennent illuminer l’intérieur de la grange, le tonnerre gronde, annonçant de bien mauvais présage. Et déjà, des trombes d’eau se font entendre. Les gouttes claquent sur le toit de bois, comme sa langue le faisait au creux de mon épaule. Par chance, on est à l’abri. Quoi que…

Le doute s’installe quand un craquement sourd vient s’ajouter à tous ces bruits pas vraiment rassurants qui se jouent de nous. Il vient de… juste au-dessus de nous. Je relève la tête, juste assez, juste à temps pour me retrouver trempée, noyée sous le torrent qui s’abat sur nous.

_________________
Il faut regarder la vie en farce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boa
Esprit de croupe et Dame de coeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 4359
Age : 45
Jeu : On my own
Race : Centaure OFF / Humaine ON
Classe : Vous trouvez ?
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   Mer 11 Oct - 17:43

Couic. Coupé le sifflet. J'aurais bien crié mais là, y'a plus rien qui veut sortir. J'ai déjà pris des averses sur la gueule, mais là c'est pas une averse, c'est une cataracte ! Immédiatement, j'ai les cheveux qui se plaquent au visage et la chair qui poule... Brrrrr, l'horrible sensation... Quand à la belle, elle pousse quelque chose qui se situe à mi-chemin entre le couinement de souris piégée et le miaou furieux du chat pris au piège... Drôle de mélange. Joli quand même...

Je me suis redressée, elle aussi... Encore plus ravissante avec sa tunique trempée, rabattue au-dessus de la poitrine, et maintenant tellement gorgée d'eau que ça va être une belle galère de remettre ça en place... Les cheveux dans la figure, de grandes auréoles sombres sous les yeux, là où le maquillage a coulé... Elle frissonne, les mains crispées, les tétons plus dardés encore sous le froid, la lèvre tremblante, le menton aussi... On dirait qu'elle va se mettre à pleurer, ma jolie petite amante inconnue... Et du coup j'ai envie de la reprendre dans mes bras, rien que pour la réchauffer et la rassurer, l'emmener à l'abri, là où il ferait chaud et sec, pour lui oter ses vêtements trempés, essuyer son visage souillé, frictionner sa peau, embrasser cette petite bouche dont les coins s'abaissent, caresser...

Non, non, non, Boa, tu as assez caressé pour aujourd'hui. Non mais c'est quoi, ça encore ? T'as pas assez avec une douche froide, il faut te ligoter les mains ma parole ? Ca SUFFIT !


Elle respire profondément, et dégage les mèches collées sur son visage. Un regard en l'air lui donne l'explication... Le toit gauchi a accumulé d'eau de l'orage comme un creux dans le sol, et c'est le poids de la petite mare qui a fait céder les planches pourries. D'où la masse d'eau qui s'est déversée sur elles... Elles ont eu de la chance... Il y a des bouts de planche un peu partout, des petits, des grands...
Des très grands, très lourds et très pointus...
Glups...

- Sortons d'ici, vite... Le toit ne tient plus que par habitude, et encore...

La demoiselle semble pétrifiée de froid... Elle bouge à peine. Le choc, sans doute. Et si... Et si...

Oh misère.

Et si c'était pour enlever ta main qu'elle avait mis la sienne dessus, triple buse ? Ca t'a pas traversé ta tête de bourrique stupide, ça ? Si ça tombe t'étais en train de la violer, ou presque ! Mais t'as complètement perdu le nord, sombre crétine ! Maintenant si elle ne bouge plus, c'est parce qu'elle a peur de toi, à tous les coups...


Un grincement de mauvais augure...

Pas le temps de moisir ici. Tu t'excuseras plus tard.

- Pardon... Mais il faut partir très vite...

Elle tend les mains rapidement, se bat une ou deux secondes avec la tunique trempée de la jeune fille, parvient à la rabattre sur ses hanches, non sans frôler au passage, Ô délice volé, l'un des tendres globes si doux et le bourgeon érigé qui le couronne... Frisson dans tout le corps... Du câââlme, Boa, du câââlme... Puis elle se lève, ceinturant la belle, la redressant sans brusquerie, mais avec fermeté.

En trois pas elles sont hors de la vieille grange. De l'autre côté de la rue, un auvent court le long d'un bâtiment de pierre. Elle mêne sa protégée à l'abri des trombes d'eau qui s'abattent sur la ville. Une fois au sec, sinon protégées du vent, elle lâche la jeune fille.

Comment tu vas faire maintenant, hein, carne stupide ? Tu va lui demander pardon et lui payer un verre ? Tu crois vraiment que ça suffit ?

Euh...

Et pourquoi pas en fait ?


- Mademoiselle ?... Je ne connais pas votre nom... Puis-je vous conduire quelque part où vous pourriez vous réchauffer ? Je... Je suis désolée...

Et tu rougis et tu baisses la tête. Idiote, idiote, idiote... C'est pas permis d'être aussi cruche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un verre, deux verres, misère...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un verre, deux verres, misère...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: La bibliothèque Ithryn Luin - Archives :: Ithryn Luin de toutes les couleurs :: Les inclassables :: Le port des brigands-
Sauter vers: