[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'eveil d'Hëllequin

Aller en bas 
AuteurMessage
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 50
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: L'eveil d'Hëllequin   Mer 3 Mai - 20:21

Esprit, pensée… Que cela reste entre nous, l’essence peut survivre au-delà des mots, par delà les corps, nous le pouvons. Sinistre est la mission qui nous guette, la quête est pour l’heure insondable, mais qui es-tu ! Toi, là ! Et toi !
Engeance du passé, devenir d’ailleurs et quiétude vaine, tu te perds, ici nul n’existe, tout subsiste, rien ne meurt…

***


Les souvenirs… Les mots si lointain… Où suis-je !

Je regarde et je ne vois rien ; j’écoute, mais je n’entends pas. Pourtant je sens… Non, je ressens, je peux toucher, mais pas avec mes mains, pas avec ma peau, pas avec mes fibres. Depuis combien de temps… Pourquoi suis-je ici, et puis quel est cet endroit, je veux voir, entendre, j’ai soif !

Est-ce un rêve… Oui, sûrement, je dois rêver ; seuls les rêves sont porteurs de tels effrois, de pièges plus puissants que la conscience pure : la peur est cauchemar, le rêve son réceptacle.
Quelque chose ne va pas…

J’étouffe, je ne connais rien ici, je veux toucher, je veux sentir… un visage, un corps, une pierre… mon masque !

Je me battais contre des chimères, contre moi. Les sens si familiers n’étaient plus, le néant, je le croyais, m’ouvrait ses bras corrupteurs, broyant ma conscience, étripant mes instincts, renvoyant en vagues successives, les émotions qui me submergeaient et je ne pouvais me débattre. Je voulais frapper, envoyer mon poing dans la figure de ce piège, déchirer sa toile, mais sa trame m’emprisonnait, enserrant mon corps et ficelant mes mains.
Je me sentais si faible, si impuissant, perdu au milieu de nulle part, seul et en face de moi.


La lumière… Une histoire se dessinait d’abord sous forme de couleurs ondoyantes, puis s’entrelaçant, elles formèrent non pas des mots, mais des images, des esquisses du temps, un relent lointain, bravant les lois de la physique, reléguant au rang du primaire ce que je fus, ou bien ce que je suis, je ne sais plus, je ne sais pas… Tout est si confus.

Les images se voilent, un mot, un nom : Hellequin


_________________


Speaker Trapp Etc


Dernière édition par le Dim 7 Mai - 19:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 50
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: L'eveil d'Hëllequin   Ven 5 Mai - 19:41


Hellequin, ce nom… Il résonne dans ma tête, soudain, c’est comme un éclair, il fuse de toute part, bousculant tout sur son passage, pensées, idées sombres et heureuses, il pulvérise mes souvenirs comme l’on brise une vitre, en mille morceaux déversés dans les confins de ma mémoire, au plus profond de mes souvenirs, je vois, je ressens…

Qui es-tu !

Pourquoi ce nom, pourquoi est-il dans ma tête, pourquoi est-ce si douloureux…
Dieu que ça fait mal… Mais où es-tu toi, celui que certain nomme ainsi, celui qui prétend être l’essence suprême, la bonté infinie, où es-tu, où étais-tu ! Ils avaient faim, ils mourraient et tu n’étais pas la. Tu les as oublié. Les enfants aussi.



Je vois maintenant… Mais ces souvenirs, ils ne m’appartiennent pas, pourquoi sont-ils la, dans ma tête, dans ma mémoire, pourquoi… J’ai si mal.

Hellequin ! Mais qui es-tu !

J’ai froid. Non ! Pas celui la… Ce n’est qu’un enfant, il est si petit, si fragile… Arrête ! Lâche…

Tout se met à tourner, je suis emporté dans un tourbillon sans fin, le tourment encore et toujours elle, la souffrance… que fais-tu là petit ? Je ne t’entends pas, parle plus fort. Non ! Ne pars pas, pas maintenant, n’ai pas peur, pas de moi.

Je peux sentir sa peine, il a mal, il a peur… Il chute, il se tord de douleur, les coups l’ont mis à terre, il plaque ses mains sur son visage pour se protéger. Un bras se lève, armé d’un fouet et s’abat sur le dos du petit garçon, lui déchirant les chairs dans un claquement sinistre et sanglant. Il sert les dents, il ne dit rien, pas avec des mots… J’entends ses pensées, elles sont dans ma tête, sa rage, sa colère, sa souffrance devient la mienne et ça m’arrache le ventre, tripe après tripe, éviscérant comme un poignard que l’on retournerait dans mes boyaux. J’ai envie de vomir…

Les visions se mêlent, il disparaît. Je la vois, elle, belle et fraîche, arborant le plus joli sourire de ses vingt ans. Et eux… Sauves-toi ! Ne reste pas la, ils sont cachés… Trop tard.
Le plus grand s’approche, les deux autres la tienne, il défait sa braguette, soulevant le gras de son ventre dégoulinant et prenant ce qui ne lui appartient pas, sauvagement, comme un animal répugnant.

Dieu… Où étais-tu !

Tout redevient noir, sombre, froid. Et lui, non ! Pas elle, pas encore et celui là, pourquoi ce père de famille, et ce paysan et elle, elle est vieille, pourquoi…

Je hurle de toute la colère de ces victimes, je pleure de toutes leurs rages qu’ils ont enfoui en moi, dans chacun de mes souvenirs, se trouve l’un d’eux, l’une d’elle, un peu de lui et de l’autre la bas, de celui la aussi. Je suis tous et chacun d’eux à la fois, mille souvenirs, mille douleurs, l’empathie immaculée se déverse dans ma mémoire, dévastant tout sur son passage et un mot, un nom : Hellequin.


_________________


Speaker Trapp Etc


Dernière édition par le Dim 3 Sep - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 50
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: L'eveil d'Hëllequin   Sam 6 Mai - 18:18

Tout devient flou, les lumières fusent dans tous les sens, tourbillonnent et emmêlent les images, les mots n’ont plus de sens, les sons s’entrechoquent et le vertige me happe, m’emporte dans son sillage, je tombe dans un tunnel sans fond. J’aurai du me briser les os cent fois, mais rien, aucune douleur, aucun sang versé et je chute indéfiniment sans pouvoir me raccrocher, il n’y a rien… Le vide.

Soudain, je me relève. Je ne sais pas où je suis, mais tout est si beau, si pur, si doux et je vois, j’entends, je sens… mon dieux, c’est si bon, Alyss… Non, ça n’est pas toi, mais je sais que tu aurais pu être ici.

Un sanglot… Non. Un rire.

Là, un enfant qui rit aux éclats, plus loin, ce père qui prend son enfant dans ses bras tendrement et qui l’enlace parce que rien d’autre n'a d'importance. Et ce sourire de l’enfant qui boit la vie, c’est si bon.

Ceux là, ils sont superbes de leur amour. Elle est belle, ils sont amoureux et se serrent dans les bras l’un de l’autre, inséparables, ils sont faits pour ne jamais être séparé et leur nuit sera douce et leurs corps crieront de tout leur amour et ils donneront naissance, une nouvelle vie, heureuse.

Je peux tout ressentir, la moindre de mes fibres vibrent des joies et bonheurs d’ici, d’un peu plus loin aussi, oui là, cette jeune maman qui berce son enfant de son amour, à l’infini. Je peux toucher l’âme de son enfant, je peux voir le bonheur qu’elle lui transmet et il sourit ; celui-là verra la vie et s’en gorgera jour après jour. Il grandira sans jamais avoir à se retourner, sans pâlir de son histoire, sans jamais avoir mal de n’avoir été aimé.

Ici, tout est merveilleux, calme, paisible ; les sons deviennent mélodie, la lumière au contraire d’aveugler, dessine des tableaux faits des couleurs les plus flamboyantes et elles dansent et ça sent bon ; tous les parfums se mêlent aux félicités qui foisonnent partout dans la générosité absolue.

Une larme. Je peux pleurer. L’allégresse.

Je ferme les yeux, emprisonnant ce sanglot, par respect pour le bonheur qui est entré en moi.

Et un mot, un nom : Hëllequin.

*
* * *
*


Lorsque je réouvre les yeux, c’est pour voir, autre chose, plus ici, plus la bas non plus, mais ailleurs.
Où suis-je… Je sais : La source.

Je marche lentement, mon pas est lourd, je n’ai ni chaud ni froid, la peur chatouille encore mes entrailles. Maintenant, j’ai une consistance, pas celle que je connais, différente, palpable mais aussi légère et volatile.

Elle est la, elle m’attend. Elle ne prononce pas une seule parole, elle n’en a pas besoin, je connais ses pensées. Elle est la source.




A coté d’elle, gravé dans la roche, je vois un cercle aux symboles d’une autre langue que la mienne, pourtant je peux les lire et les comprendre.
Dans sa main, elle tient une boule de lumière et lorsque j’approche, elle se met à grandir, entourée de halos bleutés. Elle grandit encore et encore, jusqu’à envelopper tout mon corps et là, je ne suis plus rien et tout à la fois, mon esprit s’imprègne de toute sa substance, elle grandit en moi, immaculant chacune de mes particules, le savoir, la pensée à l’état pure, mêlant la beauté à la laideur, le grâce à l’horreur, la beauté à l'abject, l’altruisme à la corruption.
Tous ses éléments me pénètrent, parcourant mon esprit, touchant mon âme au plus profond, dépassant sa réalité au delà même de l’imaginaire, la fusion parfaite de chaque élément composant le palpable et l’insondable.

A cet instant, je reçois le savoir ancestral, la connaissance, la mémoire de mon peuple, les Osëfyen.

Assommé par la mémoire retrouvée, je m’effondre à genoux, les mains posées sur le sol, le visage mouillé de larmes dégoulinantes et se rompant sur la terre sombre.
La peur s’est écartée pour céder la place à mes racines, ma raison d'être et je pleure de retrouver ce que je cherchais sans même en avoir conscience ; c'était il y a si longtemps.

Je me redresse vers la source, lui transmets d’un geste dépouillé, ma gratitude. Ma tache n’est pas fini, je dois encore retrouver les autres, pour former à nouveau les puissants et réunir notre peuple, les Osëfiens.






Mon nom est Hëllequin.




_________________


Speaker Trapp Etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'eveil d'Hëllequin   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'eveil d'Hëllequin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de l'Eveil 2008
» L'Eveil de la débutante ... Assez dur.
» Eveil du seigneur des runes
» PKM : Diamant & Perle : Éveil des Légendes
» Le Shaan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: La bibliothèque Ithryn Luin - Archives :: Ithryn Luin de toutes les couleurs :: Archives : Chapitre I - La troupe des Ithryn Luin :: Le campement :: Le monde d'Osëfyen-
Sauter vers: