[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Afectueuses penssés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ChimericSpirit
Maitre des Arts
avatar

Féminin Nombre de messages : 1663
Age : 29
Jeu : SW
Race : humaine
Classe : jouer a SW bien évidemment
Date d'inscription : 27/10/2004

MessageSujet: Afectueuses penssés   Dim 30 Oct - 13:45

Du plus loin que remonte ma mémoire,
je ne vois que des farandoles multicolores et vivaces, de larges sourires et des gens qui m’invitent à danser,
je n’entends que des chants paillards, ou des mélodies entraînantes accompagnées de rires joyeux et de gloussement féminin
je ne sens que des parfums de rôti appétissant mélangé aux vapeurs d’alcool de fête crépusculaire
je ne sens sur moi que des mains qui m’attrapent tantôt a la taille pour m’asseoir sur des genoux, ou bien d’autres qui m’attrapent le bras pour m’emmener danser, certaines effleurant mon fessier, coquins d’humain masculins…

Juste ciel mes sens se mélangent… je ne dois pas distinguer les souvenirs par catégories de sens.

je reprends donc

du plus loin que remonte ma mémoire
Je ne me souviens que de grandes fêtes, magnifiquement plaisante, des spectacles amusant de débauche, et des histoires si drôles que l’on ne fini que par s’étouffer de rire. Tout est la pour s’amuser. Musiques, danses, repas, spectacle, boissons, et surtout de très bon compagnon.

Je ne sais plus trop bien ! Je suis jeune c’est vrai et l’amnésie m’a gagné ! Cette fête, est pourtant récente, et célèbre notre écart volontaire d’un groupe de soigneur magicien arborant une couleur de l’arc-en-ciel.
Peu importe qui sont ces gens, je vis très bien depuis.

La fête est finie, le campement s’est vidé de nos invités. Mais vrais compagnons, eux, sont encore tous la ! Un peu partout c’est vrai, mais il sont la !

Je reste un long moment debout maintenant. Une fête tout aussi réussis que la première qui célébrais une sorte d’indépendance.

Après avoir repéré chacun de mes compagnons, je déambule entre eux, comme reine d’un empire tout neuf.

Le premier sur mon chemin, ce n’est pas celui qui a été le plus facile a supporter ! Toujours plein de malice, l’ironie l’habite de toute part ! Je ne pensais pas avoir de choses gentilles a penser sur ce gai luron qui sait profiter de l’occasion pour rire des gens. Un peu comme un parrain, Il rira presque toujours de mes idioties, mais s’il s’inquiète, il retrouvera sa sagesse pour nous expliquer qu’il se fait bien du soucis.
Je souris après être passé à coté de lui. J’aurais bien pu me venger en lui larguant un coup de pied aux fesses pour toutes ses moqueries passées, mais non, je le laisse dormir, je ne suis pas rancunière.

Je fredonne « mélodieusement » une rengaine nostalgique qui appels a des souvenirs passés bien plaisant. Je déambule à droite a gauche entre les tables, le sourire aux lèvres.
Je m’arrête devant une table, et me penche sur ce qui y est allongé, une bouteille a la main et une petite culotte entre les dents. Je me penche sur ce personnage et lui dépose un petit bisou sur le front. C’est celui qui m’a tout simplement montré la voie du bien. Jeune aventurier fougueux qui m’a emmené jadis parmi les siens et qui m’a trouvé une famille. Edrahen est maintenant comme un frère pour moi, avec tout les bons moment, comme avec les petites chamailleries et peu délicates moqueries. Mais comment pourrais-je lui en vouloir.

Je me retourne et tourne sur moi-mêmes en quelques gracieux pas de danses. Plus loin quelqu’un d’autre est également allongé sur une table, mais qui a quelque peu craqué sous son poids. AshKrrr est maintenant un collègue bien particulier, et porte tout les trait d’anciennes connaissances avec qui j’aimais a laisser mes idées délirer. Dans les premiers temps, je lui en voulais d’avoir dégusté le délicieux chats qui canalisaient biens d’étrange sensation. Bientôt j’aurais fais le deuil de la boule de poil, et je sais que je pourrais, avec lui, partir dans de nouveaux magnifiques fou rire.

Je ris déjà en imaginant…Je recule en le regardant amusé. Mon regard se pose alors sur un joli foulard en soie grise. Je m’y approche intriguée… C’est le foulard d’Etoilfilante. C’est vrai, elle était la, elle a rie avec nous, nous nous sommes amusé avec elle. Et comme une fée elle a disparus. Mais je pense a elle comme une maman si importante. Je me dis, naïvement, qu’elle a du travail ailleurs, pour me rassurer.

Je dodeline bêtement de la tête et laisse vagabonder mon regard autour de moi. Plus loin, j’entends un tonneau ronfler. La curiosité en éveil, je m’y approche, attrape le couvercle, et le soulève. Presque comme si je m’en doutait, j’aperçois un amusant petit lutin bleu ! Toujours caché, il ne se manifeste pas, mais la preuve est ici, c’est qu’il s’amuse tout autant que nous. On pourrait peut être dire, le conseiller artiste de la troupe, toujours la quand il le faut, tonton G2M même dans sa discrétion est une personne a part entière dans la troupe, et peu importe ce que les autres diront.

Je traverse maintenant la pièce un peu maladroitement, je m’approche de ce grand fauteuil. Il est grand et imposant. Comment ça qui ? Je ne parle pas du siège, mais de la personne qui y trône… assez étrangement on va dire. Il ronfle comme un panda en hibernation involontaire.
C’est celui que maintenant nous nommons tous « Arlequin » Le papa de tout ce joli monde. L’homme qui m’a enseigné l’audace, et bien des choses encore. Comment le remercier ?
Son charisme est de toute beauté, un vrai plaisir de discuter avec lui, de tout de rien. C’est le maître des lieux, comme mon papa, même si je l’appel bien plus souvent patron, même si je me fais rouspéter encore, et même s’il sait être strict et dur ! Il aime le travail bien fait, il sait apprécier le travail des autres. J’ai envie de lui mettre une claque amicale dans le dos ! Mais ne le réveillons pas. Il doit se reposer de la fête de la veille !

Le soleil se lève déjà, et je veux aller dormir. Je me dirige vers mon petit nid douillet dans l’arbre. Sur mon chemin je passe devant la cuisine. Edwenn, nébuleusement essaye de préparer un petit déjeuné ! Sympathique personnage que ce petit bout de femme ! Je lui lance un sort pour qu’elle s’endorme comme tout le monde, il n’y a pas de raison qu’elle se décarcasse alors que tout le monde dort ! Il faudra qu’elle apprenne… le lendemain de fête, c’est sommeil obligatoire.

Je vais enfin pouvoir m’endormir en pensant amoureusement a cette magnifique troupe dont j’ai fais le tour tout à l’heure…
Je passe par la porte de l’arbre
… Amoureusement… ce mot prend un sens autrement différent ici.

Eldahin est étendu sur son lit. Il dort comme petit enfant. Très peu sociable, j’espère pour lui qu’il n’a pas passé sa soirée ici. En y réfléchissant, non, je me souviens bien de ses taquineries de la veille. Il aura eu la sagesse de venir s’écrouler ici au lieu d’au milieu de la foule.
Je m’allonge a coté de lui, joue avec ses mèches de cheveux, dépose un petit bisou sur sa joue, sur son nez et dans son cou.
Je décide de l’embêter un peu et je parle maintenant
« Tout les autre, je les apprécie énormément… c’est ma famille, et sur eux je peux compter… je ne dis pas que ce n’est pas le cas pour toi… mais… allez va ! »

Je me relève et vais me coucher sur ma paillasse. Plus tard, quelques seconde avant de m’endormir, je murmure

« Je leur dirais demain combien je les aime »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://img230.imageshack.us/img230/5497/bannchim28xq.png
 
Afectueuses penssés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque contemporaine (Présent) :: Le Théâtre :: La loge des écrivains-
Sauter vers: