[Les Ithryn Luin]

Forum des créateurs de Munuroë
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cimetière des Arlequins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Le cimetière des Arlequins   Mer 26 Oct - 12:54

Il est déjà tard, Pèlerins,
il est grand temps de partir
Rangez vos nénuphars, vous n'avez plus le temps de lire
Crapauds de goudron, alligators et mannequins de cire
Arlequins !

Agenouillez vous bonnes gens, le grand Prêtre va passer
Branlez vos chapelets excrémenteux et dilapidés
Comme l'aigle impérial, son goupillon va vous déchirer
Arlequins !

Levez-vous beau monde, cette nuit la lune a quartier libre
Pincez votre peau afin que nulle cellule ne vibre
Retenez votre souffle, comprimez vos poumons de fibres
Arlequins !

Nous traverserons l'ondée de vase de la fortune
Nous découvrirons les eaux magiques de la lagune
Un lézard parleur nous contera l'histoire de la dune
Arlequins !

Brûlés par un volcan de thym
Burinés par le chant des lutins
La mer des hydres a pleuré ses requins
Engloutissant le sang des Arlequins
Le sang des Arlequins,
Le sang des... RIENS !!!

Nous voilà très loin enfoncés dans la zone aquatiques
Les jambes en vilebrequin, l'épiderme teinté chimique`
Réfléchissons nos visages dans le miroir excentrique
Arlequins !

Au carrefour des trois flaques d'or nous rencontrons le roi mage
Il nous dit: " Restez-là je visite vos organes fromages
La folle sangsue ne fait plus partie de mon voyage "
Arlequins!

Rendez-vous au champ où les salsifis sont sucrés d'orge
Où Lucifer met en quarantaine ses soufflets de forge
Allaitons-nous au pis de Vénus qui pend à sa gorge
Arlequins!

Il est trop tard passez donc le temple du souvenir
Rangez vos catafalques, vous n'aurez plus le temps de vivre
Crapauds de goudron, alligators et mannequins de cire
Arlequins!

Entrez, entrez, beau monde!
Choisissez votre tombe!
Dans le cimetière des Arlequins!
Entrez, entrez, braves gens!
Recherchez le tourment
Dans le cimetière des Arlequins


HRP : écrit par le groupe Ange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Le cimetière des Arlequins   Mer 26 Oct - 12:55

La balade d'Arlequin.

Je flâne au gré de mes envies, je chatouille les vents d’insouciances, je perce les secrets des chants et perçois ce que nul n’entend, je pourvois à celui qui me voit, j’octrois à celui qui n’entend pas et je vide les poches de l’inconnu qui vole, je me cache pour mieux être vu, je ne cherche querelle qu’à celui qui s’ennuie, je suis Arlequin, pour rire.

Vous me voyez, fuyez ou amusez-moi, je suis le bouffon du roi mort ou, de celui au ventre dégoulinant, pour le plaisir d’amuser ses aises adipeuses, je l’amuse en farces pour rire à ses dépends, je charrie sa panse et chatouille son orgueil, pour mieux la railler, je suis Arlequin, pour en rire.

Saluez moi, ou pas, quelle importance, je m’en amuse, aux milles visages d’anges ou démons, d’un carrousel aux coloris d’arc en ciel, je ris ou je pleure, d’un rien, mais toujours en danse Paillasse, je berce vos âmes d’un belliqueux sans sérieux, j’adopte vos airs pour en faire des mélodies honteuses, ou joyeuses, je suis Arlequin, pour vous servir, ou pas.

J’amuse la galerie, quelle histoire, jetez-moi la pierre, j’en ferais un fétiche ou un présentoir, si ça m’amuse, dans le cas contraire, je renverrais la pierre en lame et fendrais vos hypocrisies, mais toujours en sauts de joie, satyre ou satyrique, je vous jugerais sans vos actes, toujours en couleurs, celles que je choisirais, mais jugez-moi plutôt, ce sera plus distrayant, je suis Arlequin, pour amuser.

Vous pleurez, non, surtout pas, la vie est trop courte pour en faire une plaie, laissez-moi panser vos peines avec quelques ébènes en louvoyant, je ferais naître un soleil dans vos griseries, je peindrais vos murs tristes en couleur vives de danses perpétuelles, j’ouvrirais vos satins pour les mettre au monde, je suis Arlequin, pour un sourire.

Vous riez, quelle heureuse engeance, puis-je rire de vos éclats, si je veux, mais oui, soyez mon spectateur, je serais votre public, sans pic d’ivoire, je chanterais sous vos rires de larmes échouées, je pleurerais peut-être de vos rires idiots, je serais le chat qui griffes vos bonnes humeurs ou le chien qui cherche sa caresse, après vos coups, vilain de père en fils, je suis Arlequin, pour un peu.

Je pleure ou je ris, c’est selon, faites de moi un ange et je serais un diable sans queue, faites de moi un démon et je serais l’ange gardien de vos mensonges, faites de moi ce que vous voulez et je ferais le contraire, parce que je trompe vos figures en guirlandes arrogantes, je suis libre de tout, libre d’un peu, pour un peu, je vous berne, pour si peu, je m’ennuie, par le peu, je vis en joie des vautres, si vous jouez avec moi, d’un peu de mes rires, je vous offrirais un peu de rien, pour si peu, je suis Arlequin, d’un peu, je fais le pire ou le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlequin
Fou du Roi .....Tac)
avatar

Masculin Nombre de messages : 9576
Age : 49
Jeu : Ithryn Luin !
Race : Humain
Classe : Egarée sous un trone
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Le cimetière des Arlequins   Dim 30 Oct - 19:51

Le masque d’Arlequin


Ce masque que je porte pour vous, pour moi surtout, il ne dévoile qu’un sourire, un sourire au multiple visages, pour cacher le mien. Ce masque de cuir, que j’arbore sans laisser entrevoir autre chose, sans vous en montrer plus, que masque t-il, si je vous le dis, ce sera alors, trop facile, je garde derrière lui mes secrets, pas ceux d’un polichinelle par trop indiscret, les miens tout simplement, ne vous en déplaise.

En loup, il estompe tristesses et détresses, joies et allégresses, à vos aises, vous n’y pouvez rien, c’est ainsi, un déguisement pour un autre, après tout, le faciès en dit long, sauf pour celui qui ne voit pas, celui qui trépigne de l’impatience du sot, l’aveugle me pardonnera.

En domino, il épargne de vos regards mesquins, d’épieurs en viles pensées, vous n’y verrez que ce que je choisirais de vous publier, ce sera selon ma volonté ou mon humeur, en cette heure ou à la prochaine, je choisirai pour vous, mais ce sera d’un trait de déguisement, jamais autrement.

En camail, je pleure sans déshonneur, de l’enfant qu’on frappe sans chercher la raison, de la fille qu’on viole sans en avoir honte, de la vieille qui s’affaisse de trop durer, mais ce sera sans vous, sans vos compassions obligées, vos politesses m’ennuient en ces moments la, laissez-moi derrière lui, je m’en arrange.

En pèlerine, je ris, de vous, pas seulement, de l’enfant qui vous nargue, parce qu’on aime pas ses yeux, ses façons de vous regarder, celui la qui pleure quand vous n’êtes plus la, pas seulement, de vos joies aussi, parce qu’elles sont vraies, parce qu’elles font du bien même si elles ne sont pas à moi.

Pour vous mesdames, je l’ôterai, peut-être, ce n’est pas certain, il en faudra beaucoup, mais toujours dans le noir, la nuit ou en toile de fond couleur d’étoile, jamais au grand jour, vos maris m’en voudraient, je me défendrai de vous les mettre à dos, ces bons messieurs aux arrières dupées.

Vous me croyez moqueur, facétieux ou narquois, comment vous détromper, c’est si commode et c’est aussi vrai, pour celui qui n’a pas de masque.
Vous me croyez lâche derrière ma mascarade, sans doute, mais est-ce pire que vos railleries, vos exclamations, vos encouragements devant l’injustice.

Alors oui, je porte un masque de cuir, celui que j’affiche en témoin de vos airs, en malice de vos exquises que je flatte, en délice de vos sottises, mais aussi en rage des arbitraires, de la partialité qui vous arrange, de vos yeux qui se ferment alors même, qu’ils devraient s’ouvrir, et encore, pour celui qui souffre d’être votre proie, la proie par ses faiblesses ou à cause des votre, celui la, il est la victime et pour lui seulement j’ôterai ce masque qui vous dérange.

Vous ne m’avez pas entendu ou pas compris, c’est dans l’ordre des choses, le pire sourd n’est-il pas celui qui ne veut entendre, dévoyés en ignorance, passablement intrigués, ce masque de bouffon est pour vous.
Vous m’avez vu, alors vous êtes mon ami ou ma sœur, je vous le rendrai au centuple, en aquarelle de jubilation, je vous offre le meilleur, c’est peu de chose, mais c’est de bon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cimetière des Arlequins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cimetière des Arlequins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arlequins jouables ?!
» Gisement de fossiles ou cimetière de créatures ?
» l'attaque du cimetière
» arlequins Comment les tuer????
» Les Arlequins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Les Ithryn Luin] :: Epoque Med/FAN (moyen age) :: Les Faubourgs :: Chambre de Shéry&Arlequin-
Sauter vers: